.
.

Le triomphe de la vérité

.

Journée mondiale de lutte contre le Sida:Au Bénin, les progrès se concrétisent


La journée mondiale de lutte contre le Sida a été célébrée hier, jeudi 1er décembre 2011. A cette occasion, le thème choisi est : « Objectif zéro : zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida ». Nous vous proposons à cet effet un aperçu sur les progrès du Bénin contre le mal. Au-delà de tout, il y a la farouche volonté des personnes vivant avec le VIH de mener une vie normale dans une société qui les a longtemps rejetées.

Le taux de prévalence à VIH a commencé à stagner au Bénin depuis quelques années. Au sein de la population en général, ce taux est estimé à 1,2 % en 2010. Les décès sont aussi en chute libre. D’environ 8100 en 2003, le nombre de décès a atteint environ 1472 cas, selon les prévisions officielles du Programme national de lutte contre le Sida (PNLS) pour 2010. En fait, la tendance à la stagnation de la prévalence depuis 2001, ne connaîtra pas d’évolution sensible en 2011, selon une source du PNLS où aucune statistique pour cette année n’est encore disponible.

La prévalence de l’infection est plus élevée dans les zones urbaines, avec un taux de 1,7 %, que dans les zones rurales (0,9 %). Elle est de 1,5% chez les femmes, contre 0,7 % chez les hommes.

Le taux de prévalence qui était estimé à 51 % chez les prostituées, a littéralement chuté et estimé, en 2010, à 26%. Ce recul s’explique, selon la coordonnatrice du Pnls, le Dr Evelyne Akinocho, par la mise en place « des actions spécifiques au profit de cette cible ». La prévalence de l’infection est de 23 % chez les tuberculeux.

Cette évaluation est obtenue grâce à un système de surveillance mis en place depuis 1990 et qui est essentiellement orienté vers les femmes enceintes, les porteurs d’infections sexuellement transmissibles, les personnes atteintes de la tuberculose, et des populations considérées comme à risque tels que les prostituées, les transporteurs ou les routiers.

Au Pnls, on explique la stabilisation de l’épidémie par des actions de sensibilisations et les actions concertées des pouvoirs publics, des partenaires au développement, des associations et organisations non gouvernementales.

Des chiffres en baisse

Selon des chiffres prévisionnels du PNLS, le Bénin a enregistré en 2010, 1472 décès dus au Sida. Les prévisions pour 2011 sont à la baisse (1401 cas de décès). 601 cas de décès d’enfants ont été prévus en 2010 et en 2011, les prévisions tablent sur une baisse à 531 cas. Ce recul est le signe de l’efficacité relative des actions de sensibilisation menées mais surtout de la mise en place conséquente des ARV dans les centres de traitement prévus à cet effet.

Mais, le Dr Akinocho temporise. « Il faudra garder la veille permanente parce que les comportements à risque n’ont pas disparu », a-t-elle dit. « Le risque d’explosion est toujours présent », indique-t-elle. « Le Bénin met un accent particulier sur la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant et compte réduire de 14% à 5%, d’ici à 2015, le risque de contamination de l’enfant au cours de la grossesse, de l’accouchement ou de l’allaitement », a ajouté la coordonnatrice du Pnls.

Près de 20.000 personnes infectées sont sous antirétroviraux depuis le début de 2004. Le taux de survie des bénéficiaires de ce traitement est estimé, en 2008, à 88% et en 2010 à 92%. Les premiers cas de personnes infectées ont été détectés en 1986.

Olivier ALLOCHEME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *