.
.

Le triomphe de la vérité

.

Contradiction entre la nomination de politiciens et l’engagement du Chef de l’Etat d’opérer la dépolitisation de l’Administration publique:Le pied du projet de refondation de Boni Yayi brisé


Le Chef de l’Etat semble se contrarier avec les dernières nominations à la Douane à la Préfecture de l’Atlantique et du Littoral. Lors de son investiture le 06 avril dernier à Porto, Boni Yayi a clairement affiché sa volonté de gouverner autrement le Bénin. Sa dernière décision de limoger tous ses Conseillers techniques et spéciaux de la Présidence a été d’ailleurs fortement appréciée par les populations. Mais les dernières nominations qu’il a faites viennent tout chambouler. Ceux qui espéraient mieux commencent bien par se poser moult questions sur les réelles ambitions du Chef de l’Etat d’opérer la Refondation de la République qu’il a promis aux Béninois à l’occasion de son second quinquennat qu’il vient d’entamer.

Le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi

« Le Gouvernement doit en outre consolider et renforcer la primauté du droit, accompagner plus efficacement l’action de la société civile et imprimer à l’Administration publique une forte dimension éthique et apolitique pour en faire un vecteur de développement» Avait déclaré le 06 avril dernier à Porto-Novo, le Président de la République réélu, Dr Boni Yayi.

Devant toute la communauté internationale et les corps constitués de la Nation, le nouveau Chef de l’Etat, levant un coin de voile sur sa nouvelle réforme de refondation du Bénin, a insisté sur la situation de l’administration publique sérieusement politisée aujourd’hui, toute chose qui entrave le développement du Bénin.

 A cet effet, Boni Yayi s’est engagé officiellement, à œuvrer pour débarrasser l’administration béninoise de ce mal afin d’en faire une administration résolument orientée vers le développement. C’est d’ailleurs un chantier sur lequel beaucoup de Béninois l’attendaient puisque victimes des travers de ce phénomène qui ne sert nullement le pays.

Mais curieusement, les dernières nominations à la Douane et à la Préfecture de l’Atlantique et du Littoral ont tôt fait de désillusionner plus d’un observateur de la vie politique, confortant d’ailleurs ceux qui avaient juré qu’ils attendaient de voir avant de croire aux promesses de Boni Yayi et que rien ne changera pendant les 5 prochaines années contrairement aux engagements pris à la prestation de serment.

En limogeant le Préfet des départements de l’Atlantique et du Littoral, Honorat Hessou et le Directeur Général de la Douane Isiaka Inoussa, l’on attendait du Chef de l’Etat, une mise en application immédiate de son projet de refondation du Bénin. Erreur ! Boni Yayi a simplement renoué avec les anciennes pratiques qui consistent à placer ses partisans politiques à la tête des structures stratégiques dont la bonne gestion nécessite néanmoins une certaine dépolitisation.

 En nommant en remplacement du DG/Douane Issiaka Inoussa un de ses proches partisans, le Chef de l’Etat a viré de la route qui mène à la refondation de cette unité. Car le tout nouveau Directeur de cette régie financière, le colonel Théophile Soussia, nommé dans la nuit du mercredi dernier est un député élu de la 6ème Législature, sur la liste Fcbe dans la 18ème Circonscription électorale, donc un politicien endurci.

Tout comme cet honorable député qui est bombardé à la tête de l’administration douanière, l’ex premier adjoint au maire de la commune d’Abomey-calavi Placide Azandé, fraîchement nommé au somment des administrations communales est lui aussi un pur et dur du pouvoir, un allié politique de Boni Yayi et un politicien de premier plan et dont le manteau connu est le Frap, parti de la première dame.

Avec ce remplacement de Honorat Hessou à la tête de la Préfecture de l’Atlantique et du Littoral par un mouvancier pur et dur, membre influent du Front républicain pour une alternative au peuple (FRAP), un parti parrainé par la première dame du Bénin, Chantal de Souza Yayi, on se rend à l’évidence que la dépolitisation de l’administration promise par le Chef de l’Etat ne restera à l’étape actuelle que sur les lèvres.

Ceux qui ont espéré voir les régies financières complètement dépolitisées et l’administration publique également apolitique sont déçus par les dernières nominations prononcées par Boni Yayi à la tête de la Direction de la Douane et des Droits indirects et la préfecture de Cotonou.

Au regard de ces faits qui contrastent bien évidemment avec une quelconque volonté de dépolitiser l’administration publique béninoise, on est en droit d’affirmer sans risque de se tromper que le projet de refondation de la République a du plomb dans l’aile, ou du moins, son géniteur semble le noyer. A moins que le Président de la République donne prochainement un nouveau signal.

Wandji A

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *