.
.

Le triomphe de la vérité

.

Nomination au Ministère de l’intérieur et de la sécurité publique: Boni Yayi confirme le choix de Martial Souton au haut commandement (Zinzindohoué en liberté conditionnelle)


Le débat est définitivement clos. Le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique a désormais pour nom Martial Souton. C’est le message véhiculé hier par le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi à travers la présentation officielle de son nouveau ministre au haut commandement de la police nationale. En effet, depuis la désignation de l’ancien directeur général adjoint du Conseil national des chargeurs du Bénin (Cncb) comme le successeur d’Armand Coovi Zinzindohoué, des rumeurs de mécontentement circulent au sein de la hiérarchie de la police au motif que ce dernier ne jouit pas d’une connaissance requise pour diriger ce département ministériel. Selon d’autres observateurs encore, le haut commandement exigerait le choix d’un des hauts gradés de la police nationale, après le général Tissou Hessou, pour mener à bien la politique de sécurisation des personnes et des biens dans notre pays.

Ainsi, en convoquant les hauts gradés de la police nationale pour leur exprimer de vive voix son choix définitif sur Martial Souton pour diriger ce département ministériel sensible, Boni Yayi a voulu mettre fin à la polémique et ramener la sérénité au sein des forces chargées de la sécurité publique.

Il va alors s’en dire que le nouveau membre du gouvernement est appelé à prendre la mesure de sa mission dans le gouvernement du Changement pour contribuer à faire de la sécurité des biens et des personnes l’un des acquis au Bénin.

 Armand Zinzindohoué en liberté conditionnelle depuis hier

La saisine de la Cour constitutionnelle par l’ancien ministre de l’intérieur et de la sécurité publique produit déjà des fruits. En effet, depuis hier mardi 2o juillet 2010, Armand Coovi Zinzindohoué jouit de la liberté après plusieurs jours de garde à vue dans les locaux de la compagnie de gendarmerie de Cotonou. Ainsi, soupçonné de complicité dans le dossier Icc-services qui défraie toujours l’actualité, Armand Coovi Zinzindohoué peut pousser un ouf de soulagement et respirer l’air frais de la liberté. Cependant, malgré la décision de libération de l’ex ministre, Armand Zinzindohoué fait toujours l’objet d’une surveillance surveillée de la part des forces de l’ordre qui maintiennent ainsi à son encontre à travers son maintien en résidence surveillance pour les besoins de l’enquête mise en branle par la commission spéciale d’enquête.

Somme toute, avec cette décision de lui permettre de rejoindre son domicile, Armand Zinzindohoué voit le gouvernement lâcher du lest à son endroit après son recours devant l’instance chargée de garantir la constitutionnalité des lois et de défendre les droits de l’homme dans notre pays.

Jean-Claude DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *