.
.

Le triomphe de la vérité

.

Célébration en pompe de la journée internationale de la Paix: L’opposition béninoise appelle au boycott des manifestations


IDJI Kolawolé Antoine, un des leaders de l'Union fait la Nation(Sévère mise en garde des G et F au Représentant Résident du Pnud-Bénin)

La caution de la haute institution onusienne qu’est le Pnud aux manifestations de la célébration au Bénin par le gouvernement de la journée internationale de la Paix le 21 septembre 2009 ne trouve pas un écho favorable auprès de l’opposition béninoise. Réunie au sein de l’Alliance politique l’Union fait la Nation, le collectif des partis dit G et F regroupant Force Clé, la Renaissance du Bénin, le Parti du Renouveau démocratique, le Parti social démocrate et le Mouvement Africain pour le développement et le progrès, a saisi le Représentant Résident du Pnud-Bénin. Par une correspondance en date du 18 septembre 2009, ces partis ont tenu à rappeler à l’institution, l’état réel de la Paix au Bénin à travers les menaces constantes dont elle fait l’objet par le fait du régime en place. Par ce mémorandum, les partis de l’Union fait la Nation ont voulu attester au Représentant résident la précarité de la Paix au Bénin. A cet effet, ils ont recensé les actes saillants du gouvernement reconnus comme attentatoires au climat de paix sous le régime du Dr Boni Yayi.
Ce faisant, l’objectif principal que vise les partis de l’opposition est d’empêcher les Nations Unies de cautionner les grandioses manifestations prévues par le gouvernement dans le cadre de cette journée internationale. Pour eux, les menaces sur le climat de la paix au Bénin ne sont jamais par le passé aussi actuelles que sous le régime de Boni Yayi. Ces partis trouvent inopportun la caution d’une haute institution onusienne à un climat social aussi corrompu que celui du Bénin actuel.
Médard GANDONOU

Collectif des partis politiques   
de l’Union fait la Nation (UN)
COTONOU

A
Madame le Représentant Résident du PNUD-BENIN
(Attention Organisateurs de la Journée Internationale de la Paix) COTONOU 

Cotonou, le 18 Septembre 2009

Objet : Célébration au Bénin de la Journée Internationale de la Paix

Madame le Représentant Résident,
Nous avons été informés depuis quelques jours des préparatifs de la célébration de la Journée Internationale de la Paix. Ce faisant, le Bénin sacrifie à une tradition internationale et donne par ces festivités la preuve de son attachement à la paix que les Béninoises et les Béninois ont plutôt promu, cultivé et sauvegardé depuis les assises de l’historique Conférence  des Forces Vives de la Nation de Février 1990. Nous adhérons, par conséquent, à toutes initiatives visant à préserver à tout prix la paix et à prévenir les troubles sociaux et les conflits.
 Les manifestations de cette année, auront, semble-t-il, un cachet spécial, avec des activités chargées de symboles forts qui tranchent avec la réalité du vécu quotidien de nos institutions et de nos populations.
  En effet, si les manifestations sont organisées telles qu’elles sont annoncées, la célébration de cette fête à laquelle vous êtes invitée par le gouvernement à donner votre caution, donnerait l’impression que le Bénin vit dans un climat apaisé. La célébration que le gouvernement fait couvrir par l’aura et la crédibilité de votre institution, servira sans aucun doute à faire une campagne promotionnelle des intentions pacifiques qu’il n’a pas, enverrait dans l’opinion nationale et internationale l’image que le Bénin est dirigé par des personnalités pacifistes, ayant le sens du fair play, du consensus, recherchant la paix et travaillant pour la concorde nationale.
  Or, comme vous le savez vous-même, la première source des situations de tension et de trouble restent le Président de la République et son gouvernement. C’est le Président YAYI qui, par sa conception particulière du pouvoir, sa préférence pour les passages en force plutôt que le dialogue et la négociation, a porté ces dernières années, de rudes coups aux libertés publiques, à la bonne gouvernance, à l’esprit de paix et à la démocratie. C’est le régime du Président YAYI qui a multiplié les actes de provocation à l’égard des associations, des organisations non gouvernementales, des syndicats et des partis politiques.
   Qui est responsable des sorties belliqueuses et injurieuses des ministres et autres thuriféraires du régime diffusées à longueur de meetings et de marches de soutien ? Qui est responsable de la caporalisation des organes de presse de service public qui servent de support à l’intoxication et pour discréditer constamment les acteurs politiques ayant des avis contraires à ceux du gouvernement ? 
   La volonté manifeste  de contrôler à tout prix et de mettre sous coupe réglée les institutions de contre-pouvoir  a conduit le gouvernement à s’écarter de la morale politique et des vertus démocratiques. L’Assemblée Nationale que le Président de la République a voulu transformer en une banale caisse de résonnance a fait et continue de faire l’objet d’une tentative de caporalisation.
  La Cour constitutionnelle a également été victime de l’unilatéralisme, de l’absolutisme et de l’absence de fair play de l’équipe au pouvoir. En témoignent le passage en force et la précipitation qui ont caractérisé la nomination de ses membres, recrutés en violation de la loi, exclusivement parmi les plus actifs partisans du Président de la République. Tous ces actes ne sont rien d’autre que l’expression de l’intention du Président YAYI de réduire les sages de la Cour au silence afin de les rendre complice des forfaitures savamment planifiées, mais contre lesquelles notre peuple et sa classe politique restent vigilants.
  Comment peut-on envisager la célébration de la Journée Internationale de la Paix et mettre en grande vedette le Président de la République, sans avoir à l’esprit la gestion catastrophique des élections municipales, la prise en otage des communes et la manipulation par voie contentieuse des résultats sortis des urnes ?
  Pourrait-on faire croire à notre peuple qu’est désormais homme de paix, un citoyen qui, bien qu’investi des plus hautes charges de la République, fait constamment obstruction et barrage à l’application de la loi ?
  Madame le Représentant Résident, notre peuple n’a pas oublié quel fut le rôle prépondérant du Président de la République dans la non installation des conseils communaux et municipaux pourtant élus ?
  Nous nous permettons simplement de vous rappeler que dans l’imaginaire et la conscience de ce peuple, le Président de la République est directement responsable des déviances, des tensions et des actes de violence électorale qui ont émaillé les législatives de mars 2007 et les élections municipales, communales et locales d’avril 2008. Ces deux élections, comme par hasard, sont organisées sous sa présidence. Elles sont, toute proportion gardée, les consultations électorales les plus violentes et les plus éprouvantes non seulement pour la démocratie, mais surtout pour l’unité de notre peuple et la paix dans notre pays. Car, en effet, plusieurs militants de partis opposés au gouvernement ont subi des pressions et harcèlements de tout genre, d’autres ont été  injustement jetés en prison. Ailleurs, des élus ont été chassés à coup de bâtons par des pseudos contestataires montés, manipulés et alimentés en sous mains par les mêmes autorités chargées de veiller à l’application de la loi et au maintien de l’ordre publique.
  C’est pour toutes ces raisons, que la dimension qu’on vous amène à donner à cette célébration paraît décalée et déconnectée par rapport à la réalité de notre pays.
  De quoi notre pays a-t-il besoin aujourd’hui ? Notre pays a besoin d’un respect plus scrupuleux de la loi par tous les acteurs de la vie politique nationale, à commencer par le chef de l’Etat. Notre pays a besoin d’initiatives hardies pour prévenir les conflits dont les germes apparaissent déjà aujourd’hui par l’accumulation des frustrations, des injustices, de violations graves de la loi, de l’atmosphère d’intolérance et d’instrumentalisation des institutions du pays.
  Madame le Représentant Résident, ce que notre peuple peut attendre de la Communauté internationale en général et du Système des Nations Unies en particulier, ne se situe pas dans des activités de pure forme, combinant accessoires et symboles spéculatifs qui seront vite récupérées par la propagande officielle afin de semer la confusion. Ce que les Béninois et l’écrasante majorité des acteurs politiques veulent, c’est un dialogue politique sincère, empreint de respect mutuel, dans une atmosphère de tolérance qui permette la restauration pleine et entière des acquis de la Conférence Nationale. Il s’agit, nous semble-t-il, des meilleures bases et des poutres les plus solides pour préserver la paix.
  C’est pourquoi, nous nous démarquons de l’option folklorique et hypocrite de la célébration, cette année, de la Journée Internationale de la Paix au Bénin. Nous voulons construire une paix durable dans notre pays, fondée sur les valeurs de liberté, de tolérance, de justice et de non-exclusion.
  Veuillez agréer, Madame le Représentant Résident, l’assurance de notre haute considération

 Pour les Partis membres de l’Union et PO

Antoine Kolawolé IDJI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Célébration en pompe de la journée internationale de la Paix: L’opposition béninoise appelle au boycott des manifestations

  1. mao

    c est tjr les mm chiens qui aboient.c est triste tout ce balets ,cotonou,porto nv,bohicon,paris ,au marché, ici et là .n’ont ils pas de dignité ces farfelus de messieurs?personne n’a aussi cause du tort au Benin que ces clowns de mr d’opportunistes opposants là.KOLAWOLÉ,FAGBOHOUN,AMOUSSOU,ADITRRIEN,PRD PSD PATATI PATATA.JE M’EXPLIQUE MALCOMMENT U AUSSI grand homme soglo est rendu à perdre la face si bêtement.il a souillé son illustre nom d’autre fois.ridicules donneurs de leçon.laisser le messieur yayi travailler pour nous là où vs avez échoué bande de malhonnêtes.votre tour viendra vs rejoindre dans vos maisons de retraités mr.Mao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *