.
.

Le triomphe de la vérité

.

EDITORIAL: L’heure du remaniement


Ça reprend. Les rumeurs d’un remaniement imminent du gouvernement ont commencé à circuler depuis le début de la semaine. Et comme toujours, ces rumeurs confirmées depuis la Présidence de la république, annoncent pour les prochains jours le passage à l’acte du Chef de l’Etat.  Il n’y a pas de fumée sans feu. Il n’y a pas non plus de remaniement aussi précipité sans raisons valables. En l’espèce, les services de la présidence disent que Boni Yayi a autour de lui des ministres dont certains seraient des repris de justice. Que les partenaires au développement trouvent l’équipe actuelle pléthorique par rapport à la nécessité de resserrer le train de vie de l’Etat.  Et que de surcroît certains ministres anciennement en place auraient induit le Chef de l’Etat en erreur.     

En examinant ces raisons de plus près, en faisant semblant aussi de les prendre au sérieux, on tirerait la conclusion que Boni Yayi se fait manipuler par ses sentiments et par ses proches. Ainsi donc, lui-même n’aurait pas suffisamment de renseignements sur ses ministres avant de les nommer à des postes d’une si haute importance. Ce serait donc des promotions hâtives dont le seul responsable reste le Chef lui-même qui avait eu le temps et les moyens pour procéder à une enquête de moralité sérieuse avant toute nomination.   Evoquer ces arguments, c’est supposer que Boni Yayi fait chaque remaniement à la légère, comme sur un coup de tête.   Evoquer ces arguments, c’est penser aussi que l’Etat lui-même se gère à la petite semaine avec les humeurs changeantes du prince, et non avec la raisonnable placidité d’un véritable homme d’Etat.

Le prétexte des partenaires au développement sonne encore plus faux. C’est faire penser que notre pays est dirigé de l’extérieur et qu’il est clairement une république bananière à la solde des puissances de ce monde. C’est même remettre en cause l’indépendance du Chef de l’Etat, incapable alors de gouverner sans satisfaire les desiderata des chancelleries étrangères promptes à interférer dans nos affaires pour sauvegarder leurs intérêts. Lorsque ces mêmes intérêts seraient menacés, on ne doit pas donner chers de ceux du peuple béninois. En même temps, le Bénin n’a aucune chance d’intervenir dans les affaires des autres et se fait fort même d’être un pays indépendant. Boni Yayi garantit-il toujours l’indépendance de notre pays s’il s’agenouille devant la volonté des ambassadeurs en poste chez nous ? Assurément non. Il est en tout cas sidérant de s’en remettre à l’étranger pour justifier des actions de politique intérieure dans lesquelles devraient s’affirmer toujours les vertus de prudence et les capacités réelles de notre gouvernement. En se pliant aux humeurs des ambassadeurs, l’Etat béninois finira un jour par s’infantiliser à la face du monde.

Au vrai, la question du remaniement ministériel s’est posée aux lendemains mêmes du tout dernier changement de l’équipe gouvernementale. Apparue au terme de tractations politiques menées au forceps par Boni Yayi, cette équipe portait des incertitudes dues aux refus divers essuyés par le Président de la République dans sa volonté de constituer un gouvernement d’union. On a encore en mémoire, le cinglant refus apporté par le G13 de même que les démentis rageurs du Madep suite au  » débauchage  » de deux de ses membres les plus éminents. On se doutait bien que le Chef de l’Etat allait profiter d’une prochaine embellie au plan de ses relations avec les grandes formations politiques de l’opposition pour reconstituer son équipe. Aujourd’hui, de nouveaux horizons apparaissent avec le positionnement ambigu de la RB sur l’échiquier. On la dit sur le point de rejoindre le gouvernement, et les derniers actes posés par ses députés accréditent l’idée d’une remise en cause radicale de sa participation à l’opposition. Ceci expliquerait-il cela ? Le doute est encore permis.
Tout compte fait, ce nouveau remaniement, s’il se concrétisait, constituerait un sérieux coup porté à la crédibilité du Bénin et aux actes de Boni Yayi qui perdrait en image d’homme d’Etat véritable.
Olivier Djidénou

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



3 thoughts on “EDITORIAL: L’heure du remaniement

  1. Abou

    Pouvu que le gouvernement pensent à un ministre qui va penser aux étudiants qui représentent digniment le pays surtout à l’extérieur car ce n’est pas en laissant les plus méritants sans le moindre crayon à papier qu’on prone l’excellence.Je parle surtout des étudiants béninois à Cuba qui ne vivent que de 2000CFA(4 dollards)du gouvernement cubains et sans aucune assistance de la part de leur pays alors que les autres étudiants reçoivent d’aide de la part de leur état.Après tout, Cuba c’est un pays où étudient des étudiants de 123 nationalités.Au secors YAYI BONI car nous vivons le martyr et cela fait mal dans la peau

  2. Andoche Amegnisse

    Quitte le Cuba et rentre au pays,m c’est la seule solution pour toi mon frere…

    Andoche Amegnisse

  3. AVOCEGAHOUN LEON

    salut chers amis je ne vous souhaite pas cela dans cette vie tout etre humain est est convie a une souffrance afin d`aboutir au noblesse je vous conseillerai donc de bien vouloir souffrir pour etre dependant car ici au Benin ca chauffe obtenez vos diplomes a tout prix car actuellement les detenteurs des diplomes externes sont recherches sur le marche de l`emplois au pays. Je proffite de cette occasion pour faire un coucou a mon cher frere AVOCE Semassa Pierre bon vent a lui.merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *