.
.

Le triomphe de la vérité

.

Désolidarisation de la Rb dans le vote loi modificative de la loi organique de la HAAC: L’Alliance G4 vole en éclat


(Le dossier définitivement ajourné)


Le parti la Renaissance du Bénin continue t-elle d’appartenir au groupe G4 ? Difficile de répondre à cette interrogation au regard de la confusion que créent les responsables de ce parti depuis le vote du budget général de l’Etat, exercice 2009. Alors que les spéculations allaient bon train d’un retour de la RB au sein de la mouvance soutenant l’action du président Boni Yayi, compte tenu de la part active prise par sa présidente en faveur du vote de ce budget, les résultats du vote qui a sanctionné l’ajournement de l’examen de la proposition de loi portant modification de la loi organique de la HAAC a révélé au grand jour que la RB ne fait plus parti du groupe G4 ou du moins qu’il y a une crise au sein de cette coalition anti Yayi. En effet, les six députés RB se sont ajoutés aux députés FCBE en plus des dissidents G13et G4 pour donner une majorité confortable de 47 députés pour un ajournement des débats, contre 35 députés contre. La messe de la coalition anti Yayi est donc dite. Et la question que l’on se pose aujourd’hui est de savoir pourquoi après tous les engagements pris à l’université de vacance d’Abomey et de Bohicon en novembre dernier, la RB en arrive à agir de cette façon ? Cette question mérite bien de réponse et les responsables de ce parti qui n’ont pas cessé de surprendre depuis un certains sont interpellés. La conférence de presse que donne le député Epiphane Quenum ce jour vendredi 23 janvier 2009 au siège de l’association Vidolé à Cotonou apporterait certainement des réponses.

Le dossier définitivement ajourné

Les députés se sont retrouvés hier jeudi 22 janvier 2009 au palais des gouverneurs à Porto-Novo pour poursuivre l’examen de la proposition de loi portant modification des article 11, 16, 18 et 35 de la loi organique de la haute autorité de l’audiovisuel (HAAC). Malheureusement, les, divergences de point de vue entre députés de l’opposition non déclarée et ceux de la mouvance FCBE n’ont pas permis d’avancer dans l’étude de cette loi. Ainsi, le dossier a été simplement ajourné.
L’examen de la proposition de loi sur la modification de la loi organique de la haute autorité de l’audiovisuel et de la communication est reporté sine die. C’est la décision prise hier par les députés de la 5ème législature à l’issu d’un vote à main levée dont le résultat se présente comme suit : 47 voix pour, 35 contre et zéro abstention. Tout était pourtant bien parti avec les explications des députés qui pour défendre le bien fondé des différentes modifications proposées par la proposition de loi en étude et d’autres pour soutenir le contraire. Il faut signaler que c’est surtout autour de la modification apportée à l’article 11 de la loi organique de la HAAC que les débats se sont achoppés. La suppression du bout de phrase « autres que celles de l’Etat » proposée par la loi modificative apparaît aux yeux des députés FCBE comme une façon de priver l’Etat qui selon eux est représenté par le gouvernement de ses prérogatives de propriétaires des fréquences. Mais, les députés de l’opposition non déclarée, soutiennent qu’il faut d’abord faire la distinction entre l’Etat et le gouvernement et que la HAAC étant une institution de l’Etat, c’est uniquement à elle que revient le pouvoir d’octroie des fréquences. Malgré ces divergences de point de vu, les débats se sont poursuivis. Mais,  alors que le vote article par article allait commencer et contre toute attente, le député Djibril Débourou a demandé à travers une motion de procédure l’ajournement du dossier. Comme toute raison évoquée pour justifier cet ajournement, le fait que les deux camps antagonistes n’arrivaient pas à accorder leur violon, ce qu’il a d’ailleurs qualifié  d’un débat de sourds.  Faux rétorque le député Eric Houndété, pour qui il n’y a nullement aucun débat de sourds. C’est alors que le président de séance, le professeur Mathurin Nago a soumis au vote, la demande d’ajournement du député Djibril Débourou, ce qui a débouché sur un report sine die.
Hugues E. PATINVOH

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *