.
.

Le triomphe de la vérité

.

EDITORIAL: Une générosité déplacée


La façon dont le gouvernement distribue l’argent du contribuable au profit de tiers est écÅ“urante.
On a vu la semaine dernière les cent millions de FCFA, flambant neufs dans un attaché-case tout aussi rutilant offerts aux Togolais sinistrés par les inondations de ces derniers jours. J’aime bien cette solidarité africaine et la voudrais plus agissante d’autant plus que le malheur n’arrive pas qu’aux autres. Et je ne voudrais même pas faire un parallèle avec ce qui serait en train de se passer dans la commune d’Adjohoun. Parce que la crue de l’Ouémé est un événement cyclique qui arrive tous les ans et fait même partie de la culture des populations de la vallée. Sans crue, il n’y a ni poisson pour les pêcheurs ni culture de décrue pour les paysans riverains. Je comprends très mal tout le tintamarre que mène le maire Gérard Adounsiba pour attirer les regards sur sa commune alors qu’il eût mieux fait de présenter les potentialités d’une commune largement propice à la production halieutique. Il a donné la désagréable impression que le gouvernement se soucie mieux des souffrances de nos « frères » du Togo que de la famine qui serait en cours à Adjohoun. Ce couac a permis une fois de plus à l’Honorable Saka Fikara de hausser le ton. Pour lui, Boni Yayi abandonne les populations de la vallée à leur sort parce qu’elles n’auraient pas voté pour lui. C’est d’autant plus faux que le maire braillard d’Adjohoun est FCBE. Ce qu’il y a d’anormal à donner autant de vivres et d’argent à nos « frères » du Togo, c’est la période choisie. Elle tombe fort mal à propos à un moment où le gouvernement clame qu’il n’en a pas assez pour augmenter les primes des travailleurs de la santé. De quel argument peut-il se prévaloir maintenant pour ne pas sortir de l’argent pour ses propres citoyens qui lui en réclament ?
Dans le même temps, l’annonce du demi-milliard octroyé aux confessions religieuses et aux chefferies traditionnelles tombe comme un pavé dans la mare. Il s’agit bien d’une mesure budgétisée donc parfaitement votée par l’Assemblée nationale et censée connue de tous depuis près d’un an. Personne ne devrait s’y opposer maintenant sans tomber dans le ridicule. Mais tout ceci donne l’impression du « travaillement » présidentiel, le «travaillement» étant bel et bien ce que l’égérie de la musique ivoirienne Douk Saga a présenté comme une distribution effrénée de billets de banque à des fins d’autoglorification. L’annonce faite en ces moments difficiles en est maladroite parce qu’elle suppose que l’Etat corrompt les têtes couronnées et les religieux pour les pousser à l’aider à résoudre les diverses crises auxquelles il est en bute dans le pays. On pensera à une certaine forme d’achat de conscience. On se demande même comment tous ces gens feront le partage de l’argent gouvernemental. Que feront-ils dans des communes remplies d’indigents comme Cotonou et Parakou par exemple ? Pour généreuse et novatrice qu’elle soit, l’initiative présidentielle porte les germes d’une division au sein des têtes couronnées qui ne s’entendaient d’ailleurs pas. Il faut surtout craindre qu’à la faveur de cette manne qui tombe, de nouvelles royautés ridicules ne surgissent comme des champignons. C’est pratiquement inévitable dans les conditions actuelles, même si le prochain forum national des rois et chefs traditionnels fixe des normes. Ce forum censé poser les balises pour éviter les dérives n’est même pas reconnu par certaines têtes couronnées qui hausseront le ton au moment venu.
Là encore la générosité présidentielle tombe comme un cheveux sur la soupe. Elle alimentera la polémique au moment où on en a le moins besoin.
Olivier Djidénou

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *