.
.

Le triomphe de la vérité

.

UEMOA: Abdoulaye Bio Tchané, nouveau patron de la Boad


Abdoulaye Bio TCHANE, le nouveau patron de la Boad        Le Bénin gagne la Boad et perd le Fmi
Le sommet des Chefs d’Etat de l’Uemoa à Ouagadougou a livré son verdict le jeudi 17 janvier 2008. La diplomatie béninoise a marqué un gros point en réussissant malgré toutes les menaces, a positionné son cadre Abdoulaye Bio Tchané à la tête de la grande institution financière de la Communauté économique et monétaire ouest africaine qu’est la Boad. En réussissant cet exploit, le Bénin  a pu sauvegarder la tradition de nationalité des présidents d’institution dans l’Uemoa. Les convoitises étaient évidentes et le Sénégal était annoncé comme un prétendant de taille à ce poste.  L’élection du cadre béninois Abdoulaye Bio Tchané à la présidence de la Boad vient consacrer sans nul doute l’efficacité de la diplomatie béninoise et le dynamisme de son Chef le Dr Boni Yayi, précédemment Président de la même institution.
La Côte d’Ivoire en  a fait tout autant que le Bénin en réussissant à faire élire son cadre Philippe Dacoury Tabley à la tête de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) qui succède à Henry Konan Banny.

Le Bénin perd sa place à la Fmi
Le Département Afrique du Fond monétaire International (Fmi) dont le locataire était  jusque hier le Béninois Abdoulaye Bio Tchané échappe désormais au Bénin. Ce dernier dorénavant patron de la Boad, laisse son siège vacant et il est quasiment impossible pour le Bénin de reprendre ce poste.
C’est pourquoi il est opportun malgré tout la palme qu’on pourra décerner à la diplomatie béninoise après ce positionnement, de remettre véritablement en cause la justesse du choix d’un cadre déjà bien loti dans les institutions. Bio Tchané est-il le seul cadre compétent dans ce secteur  au Bénin pour que l’Etat accepte sacrifier un poste aussi important dans sa diplomatie que la direction du département Afrique du Fmi. L’interrogation est entière face à cette perte diplomatique qui fait croire à une carence de cadres sur le plan national.
Médard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *