.
.

Le triomphe de la vérité

.

NOUVEAU SELECTIONNEUR POUR LES ECUREUILS: Oui ! mais Troussier est trop cher


Troussier, le sorcier Noir annoncé enj pompe au Bénin Il est une évidence que le Bénin doit jouer la Can avec un entraîneur expérimenté de la trempe du français Philippe Omar Troussier. Mais le technicien français coûte exagérément cher pour le contribuable béninois. Pour les 3 premiers mois d’essai, le Français demande à l’Etat béninois la somme de 98 250 000  francs Cfa. De quoi dresser les poils d’un chien sur sa tête. Si tant est que le ministre Galiou Soglo a discuté avec son homologue Bernard Laporte de la France, le coût financier  de cet entraîneur doit être bien négocier. Mais à voir de près, on constate que ce n’est pas le secrétaire d’Etat qui a fait que le coach français est en train d’être choisi dans le lot de dossiers reçus par le ministère des sports. Ce que le Français est en train de perdre de vue, le foot béninois n’a pas encore pris les dimensions de ceux du Cameroun, de la Côte d’Ivoire ou du Nigeria par exemple. Ces pays se qualifient pour la compétition continentale en donnant pour tche aux coachs le retour au pays avec le trophée. Et les entraîneurs, souvent bien payés parviennent à avoir le résultat. Le Bénin par contre est en train de construire son football. Il n’est pas question de faire venir des entraîneurs qui vont coûter excessivement cher pour le pays. Dans un passé récent, le Bénin n’a jamais parlé de recrutement d’un expatrié, mieux de la trempe du « sorcier blanc ». Si le Français veut réellement prendre le Onze national qu’il revoit sa copie et qu’il dise clairement jusque où il compte amener le Bénin pendant cette compétition. Si c’est pour amener les Ecureuils en demi finale au moins, il a le quitus de tout le peuple béninois. Ce qui paraît absurde actuellement. Le Bénin est à la recherche d’un nom. Et ce que tout le peuple veut aujourd’hui après la qualification de son Onze national est que le Bénin ne soit pas un donneur de points et que l’on fasse bonne prestation à Sékondi. La cerise sur gteau serait une qualification pour le second tour. Le ministre de la jeunesse et des sports dont la dextérité n’est plus à démontrer doit faire en sorte que le Français accepte de faire un travail sur la durée au lieu de vouloir faire un bout de temps au pays des Ecureuils et repartir sur d’autres cieux. Le Bénin qui est en train de reconstruire son sport roi a besoin d’un entraîneur qui va signer un contrat sur une longue durée. Surtout avec cet homme qu’on appelle Philippe Troussier il faut faire très attention car l’homme est un déserteur. Par le passé aussi bien au Burkina qu’au Nigeria en passant par la Côte d’Ivoire ou l’Afrique du Sud, l’histoire a montré que ce Français prend souvent ses bagages sans avertir personne. Le ministre est averti et doit surveiller cet Français comme le lait sur le feu et doit revoir à la baisse son contrat si tant est que c’est lui qui doit prendre la commande du Onze national. Au lieu d’un  contrat de 3 mois renouvelable, il faut faire avec lui un contrat de longue durée et dans ces conditions, il a l’obligation de résultats. 
José Mathias COMBOU
 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *