.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dénouement de la crise qui secoue le football béninois:Didier Aplogan reconnait le bureau d’Anjorin Moucharafou


Ça y est. C’est fait. Le ministre des sports Didier Aplogan vient de prendre l’acte qui reconnait le bureau d’Anjorin Moucharafou issu de l’Assemblée générale du 15 avril dernier. Nous étions en train de mettre sous presse lorsque le scoop nous est parvenu de source concordante proche du ministère des sports.

L’acte a été pris dans la journée d’hier mais le ministre attend ce jour pour le mettre à la disposition des acteurs. On peut dire alors que le gouvernement béninois a pris la décision de mettre un terme à la crise qui secoue le football béninois en choisissant l’un des camps qui sont en crise depuis le 20 décembre 2010 lorsque 12 des 15 membres du bureau exécutif de la fédération ont démissionné.

C’en est suivie une crise sans précédente allant de l’Assemblée générale élective du camp Attolou du 04 février entérinée par plus de 72% de la famille du football, de celle du camp Anjorin où les membres ont été cooptés et des différentes raclées subies par les équipes nationales de football. Le gouvernement béninois vient de prendre un acte qui aura ces échos les jours à venir. Pourvu que cette décision profite au monde du football béninois.

Mathias COMBOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Dénouement de la crise qui secoue le football béninois:Didier Aplogan reconnait le bureau d’Anjorin Moucharafou

  1. ILOU

    Est-ce que cet acte va dénouer vraiment la crise du cuir rond béninois?je ne suis pas si tant pessimiste,mais plutôt pragmatique.L’acte pris fait avancer sans doute, mais le mal demeure.Tenez, depuis 2006, je n’ai réellement pas vu ou apprécié une victoire béninoise.Je n’ai réellement rêvé qu’après celle sur le Ghana,mais mon rêve a été de très courte durée;la suite, vous la connaissez.Par cela, je dis que ma faim persiste et que le mal est vraiment ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *