.
.

Le triomphe de la vérité

.

Pipeline d’export Niger-Bénin: Voici les raisons de l’autorisation d’embarquement du 1er navire


Visits: 144

Suite à l’interdiction d’exportation du pétrole nigérien le lundi 6 mai dernier, le Bénin a temporairement levé la mesure et autorisé le chargement du premier navire déjà à quai. Cette annonce a été faite lors d’un point de presse tenu le mercredi 15 mai 2024 par le ministre de l’Énergie et des Mines, Samou Séidou Adambi, en compagnie du Directeur Général de l’entreprise chinoise CNPC INTERNATIONAL, He Wen Ywan, responsable de l’exploitation du pipeline.

Bien que cette autorisation soit provisoire, le ministre a souligné que « le Bénin n’a aucune intention de nuire aux intérêts de l’État du Niger ni à ceux de leur partenaire commun, la CNPC ». C’est pourquoi le gouvernement a permis ce premier chargement se basant sur la lettre adressée par la douane nigérienne . « La douane nigérienne ayant adressé une lettre à la douane béninoise pour la participation d’une délégation de cadres nigériens ensemble avec les cadres béninois aux opérations de chargement telles que prévues par les accords, nous avons autorisé le premier chargement », a précisé le ministre Samou Séidou Adambi.  

Il est important de mentionner que selon l’article 3.1 de l’accord bilatéral, le droit de transit du pétrole brut en provenance du territoire nigérien vers le territoire béninois est accordé par l’État du Niger. En vertu de ce droit et de tous les autres accords et instruments juridiques mis en place, « l’Etat du Bénin et du Niger sont tous garants de la jouissance à travers le système de transport du droit de transit à l’Etat du Niger par les expéditeurs du pétrole brut ». Le Bénin entend jouer sa partition dans tous ces accords signés. Cependant, il est nécessaire que la partie nigérienne rétablisse un cadre normal de relations entre les États. « Cette autorisation ponctuelle et provisoire telle que mentionnée dans la lettre de la douane nigérienne ne saurait être érigée en règle de conduite pour l’exploitation normale du pipeline qui doit se faire dans un cadre normal de relation entre Etat », a insisté le ministre. Par ailleurs, la société WAPCO en charge de la construction de l’oléoduc a demandé la réunion du comité inter-États Bénin/Niger de pilotage du projet, conformément aux articles 21 et 22 de l’accord ainsi qu’à l’article 10.4 du gouvernement hôte, afin d’examiner les sujets urgents liés à la bonne conduite des opérations du pipeline. Le Bénin a accepté cette demande. He Wen Ywan, Directeur Général de CNPC INTERNATIONAL, espère que « ce pipeline deviendra un symbole d’amitié et de développement grâce aux efforts des trois parties », soulignant la coopération entre le Bénin, le Niger et la Chine tout au long du processus.

Alban TCHALLA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page