.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rapport sur les ‘’expulsions forcées’’ pour le développement touristique: L’ONG Amnesty International fait des recommandations aux autorités


Visits: 46

Les projets de développement touristique ou d’aménagement du littoral entamés depuis 2021 par le gouvernement ont conduit à des déguerpissements des populations dont les terrains sont expropriés. Dans son dernier rapport rendu public le jeudi 07 décembre 2023, l’ONG Amnesty international évoque des conséquences sur les droits économiques, sociaux et culturels des personnes victimes et recommande des mesures pour le respect des droits de l’homme, l’équité et le consensus.

Ce qu’il faut retenir : « Chassés pour planter des cocotiers, expulsions forcées pour le tourisme et l’aménagement du littoral au Bénin ». Tel est l’intitulé du rapport de l’ONG Amnesty international sur les projets de développement touristique ou d’aménagement du littoral, qui selon elle, ont entrainé des ‘’expulsions forcées’’. Le Directeur d’Amnesty International Bénin, Dieudonné Dagbéto, la Directrice régionale Afrique de l’Ouest et Afrique centrale, Samira Daoud et Fabien Offner Chercheur principal sur le Bénin étaient face à la presse pour présenter le contenu de leur travail d’enquête. En effet, le rapport se focalise sur des projets du « secteur tourisme » comme l’« aménagement d’une station balnéaire d’exception à Avlékété » et la « construction d’un complexe touristique « Marina » près de la Porte du non retour à Djègbadji ». Selon le document, plusieurs milliers de personnes sont victimes ‘’d’expulsions forcées’’ depuis 2021, pour laisser place à des hôtels de sociétés multinationales, des plages aménagées, des parcours touristiques, un golf, des espaces de loisirs… Le rapport détaille les conditions dans lesquelles ces expulsions ont été menées à Avlékété, Ahouandji, Djeffa, Djègbadji, Fiyégnon 1 et Xwlacodji, au regard du droit béninois et du droit international des droits humains, et présente des conséquences sur les droits économiques, sociaux et culturels des personnes expulsées.

L’impact sur les personnes délogées : Qu’il s’agisse des personnes réinstallées sur des sites prévus, les conditions de vie et de travail se sont fortement dégradées, les liens sociaux se sont distendus et des repères culturels ont été perdus. Parce que les quartiers et villages détruits le long du littoral, étaient en grande partie habités par des communautés de pêcheurs. Les expulsions ont durablement perturbé la pratique de la pêche artisanale sur ces sites, et ont privé ces communautés de leur principale source de revenus depuis plusieurs générations. Des enfants et étudiants ont été déscolarisés du fait de l’absence de domicile à la suite des expulsions. L’indemnisation reçue sous la forme de terrains et d’argent étant insuffisante pour leur permettre de reconstruire un logement correspondant aux critères d’un logement convenable, et/ou d’accueillir l’ensemble des membres des familles qui vivaient auparavant sous le même toit.

Quelles sont les recommandations : Face à ces multiples manquements, Amnesty International recommande notamment aux autorités béninoises de : sursoir aux procédures d’expropriation des propriétaires fonciers à Avlékété, tant qu’un accord pour une indemnisation juste et préalable n’a pas été trouvé ; de prendre des mesures urgentes pour proposer des mesures d’indemnisation et de réinstallation en consultation réelle avec les résidents de Fiyégnon 1, et en conformité avec le droit international ; de mettre en place une commission d’enquête indépendante chargée d’examiner si les indemnisations ont été justes et préalables et si toutes les personnes devant être dédommagées ont bien été prises en compte. En fonction des conclusions de l’enquête, l’ONG invite à s’assurer que les logements des personnes réinstallées à Djeffa et Ahouandji répondent aux critères d’un logement convenable selon le droit international. Elle exhorte à garantir l’exécution d’Études d’impact environnemental et social (EIES) et de Plans d’action de réinstallation (PAR) pour chaque projet menant à des expulsions ; à garantir leur accessibilité aux personnes concernées et plus largement au public ; à modifier le Code foncier et domanial du Bénin (CFD) afin de le conformer au droit international en matière d’expulsions forcées etc.

Alban TCHALLA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page