.
.

Le triomphe de la vérité

.

Demande de facilitation du retour des exilés et amnistie aux acteurs politiques: « Nous sommes tous égaux devant les juridictions », clame Patrice Talon


Visits: 158

(« Je n’ai pris aucun décret pour envoyer un béninois en exil », s’est-t-il justifié)

L’un des sujets abordés par la délégation du parti “Les Démocrates” conduite par Boni Yayi à la rencontre avec le chef de l’Etat, Patrice Talon le lundi 27 novembre dernier, est l’amnistie des acteurs politiques poursuivis pour divers actes et la facilitation du retour au pays des exilés. Face à cette demande, le président Talon a souhaité que le pays commence par prôner la lutte contre l’impunité. Et de ce fait, les acteurs politiques impliqués dans divers dossiers judiciaires, de son point de vue, répondront de leurs actes. « Je ne peux pas soutenir le fait que les acteurs politiques doivent être amnistiés systématiquement de tout délit parce qu’ils sont acteurs politiques », a-t-il répondu aux Démocrates. Dans son argumentaire, le Chef de l’Etat a précisé qu’il y en a parmi les personnes poursuivies, qui ont été appelées seulement à répondre de leur gestion ou des fonds disparus sous leur direction. « On leur reproche un délit de droit commun. Ce n’est pas qu’ils ont commis une faute politique ou une faute dans le champ politique direct. Si jamais, on fait la promotion d’une telle situation, tous les béninois deviendront des acteurs politiques ou des chefs de partis pour que toute faute soit impunie au Bénin », a-t-il expliqué. Poursuivant ses propos, Patrice Talon a déploré le fait que « quelqu’un pose des actes attentatoires à la vie des autres dans le processus électoral, et on dit que cet acte-là doit être impérativement amnistié ». « Quand est-ce qu’au Bénin, nous allons instaurer un climat d’équité de sorte qu’on soit acteur politique ou non, on répond de ses actes ? », s’est-il demandé. S’agissant des personnes exilées, Patrice Talon s’est montré favorable à leur retour. Car, dit-il, ils sont partis de leur propre chef. « Je n’ai pris aucun décret pour envoyer un acteur politique ou un béninois en exil. Quand on me dit que nos frères et sœurs qui sont en exil rentrent, je dis, je souhaiterais qu’ils rentrent. Effectivement, certains vont répondre de leurs actes et certains vont être non coupables. Mais, ceux qui sont en exil, ils sont partis de leur propre chef, à leur propre initiative. Pour moi, cette question n’est plus d’actualité. Au contraire, je souhaite que chacun puisse rentrer librement. Nous sommes tous égaux devant les juridictions », a-t-il dit.

Alban TCHALLA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page