.
.

Le triomphe de la vérité

.

L’he Léon Comlan Ahossi à propos de l’actualité parlementaire: « Nous ne sommes pas une opposition de blocage systématique »


Visits: 79

Le 2è vice-président de l’Assemblée nationale, Léon Comlan Ahossi, membre du parti Les Démocrates sur l’actualité parlementaire notamment la programmation de l’examen de la loi spéciale portant amnistie. Il a été reçu sur l’émission Grand Angle de Crystal news le dimanche 26 novembre 2023. Pour lui, la diplomatie parlementaire est très « boiteuse », mais ils sont disposés à accompagner tout ce qui est de l’intérêt général.

Léon Comlan Ahossi

Qu’est-ce qui est important : « C’est pourtant la fausse impression qu’on a de nous. Nous ne sommes pas une opposition de blocage systématique. Il y a la diplomatie parlementaire qui est très boiteuse, mais nous sommes disposés. Le Chef de l’Etat n’est pas notre ennemi,  il est notre adversaire politique ». C’est en ces termes que le député Léon Comlan Ahossi s’est exprimé sur le vote contre des députés Démocrates que leurs collègues qualifient de vouloir tout rejeter. Pour Léon Comlan Ahossi, au sein de leur parti, ils ne peuvent pas laisser une seule tendance imposer sa réflexion au pays. « Nous sommes conscients qu’on a besoin des autres, mais il faut qu’on nous respecte », a-t-il dit.

A propos de la loi spéciale portant amnistie : Sur ce sujet, l’invité de Crystal news reconnait qu’ils n’ont pas consulté leurs collègues de la mouvance avant de proposer cette loi, mais ils vont le faire si telle est la condition pour qu’elle soit votée. « Ce n’est pas la formule facile mais nous avons vu que c’est une formule juste. Notre pays a besoin de réconciliation. Les députés UP-R et BR ont des parents parmi ceux qui sont en prison. C’est la politique qui fait qu’on ne s’entende pas », explique-t-il avant d’inviter ses collègues à trouver la formule pour sortir leurs camarades de prison. Etant donné que les Démocrates votaient contre, est-ce qu’ils pourront bénéficier du vote des députés de la mouvance ? A cette question,  il a répondu que tous les députés de la mouvance n’étaient pas d’accord avec les rapports du président de l’Assemblée qu’ils votent à l’unanimité. « C’est une loi qui concerne tout le monde. Concédons ce qui peut être meilleur pour le pays. La libération des prisonniers ne fera pas tomber le président Talon avant 2026 », note l’opposant.  Il ne trouve aucun mal à l’alerte de Boni Yayi sur le cadre institutionnel des élections générales de 2026. Car, il constate que toutes les institutions sont verrouillées. « On n’a pas de procès à faire à Boni Yayi. Je ne trouve aucun mal. Etant donné que le Bénin n’est pas sorti de ces institutions et communautés, il faut continuer à leur saisir pour mieux corriger les problèmes », soutient Léon Comlan Ahossi, qui déplore qu’il y a des « institutions très hypocrites qui n’aiment pas égratigner les chefs d’Etat en exercice ». Même le président Yayi, a-t-il poursuivi, en écrivant ne doit pas s’attendre à ce que les gens de la mouvance l’appuient.

Sur les mesures prises pour le commerce du Soja : « En disant que les exportations ne vont partir que par le port, c’est un blocage parce que je ne vois pas le producteur de Tanguiéta, Malanville chargé son Soja et faire des formalités de transit alors qu’à la frontière, on fait des formalités de déclaration verbale », s’est-il indigné. Il suggère que le gouvernement trouve le juste milieu en permettant à la douane de mettre le contrôle au lieu de dire à celui qui est à Karimama de venir au port. « C’est pratiquement impossible. L’Etat doit créer des conditions favorables pour que les sojaculteurs renoncent de transporter leur produit hors du territoire. Que le Soja reçoive une première transformation dans notre pays. C’est une valeur ajoutée qui va créer des emplois et de la richesse », a laissé entendre Léon Ahossi.

Alban TCHALLA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page