.
.

Le triomphe de la vérité

.

3 questions à Mansourou Arèmou, président de la confédération africaine de handball, participant à la marche pour la paix: «Avec le sport, on peut rapprocher des peuples qui ne s’accordent pas»


Visits: 14

Président Arèmou Mansourou lors de la marche

Vous venez de participer à la marche pour la paix. Vous devez être vraiment heureux puisque c’est quelque chose que vous cultivez depuis longtemps…

Tout à fait. Le comité national olympique et sportif béninois, à travers cette marche, a créé une occasion de retrouvailles. Cette activité m’a permis de rencontrer des anciennes figures, des amis que j’ai vus depuis de longue date. Des anciens étudiants qui aujourd’hui ont de hautes responsabilités, des anciens élèves et même des anciens écoliers. C’est un plateau très excitant. Ensuite, je voudrais ajouter que le sport reste un outil au service bien évidemment du développement et la paix. Des exemples sont légions pour montrer qu’avec le sport, on peut rapprocher des peuples ou des groupes qui ne s’accordent pas à un moment donné.

Justement président, racontez nous une occasion où par le sport la paix a été retrouvée au Bénin par exemple

Je retiens une très belle image de cela. Vous savez, pendant une période tendue au niveau du parlement, c’était en 2004, où on avait obtenu la fameuse qualification pour la CAN Tunisie 2004, l’hémicycle a retrouvé une harmonie malgré les divergences politiques. Et j’ai vu des députés, des gens qui ne se parlaient presque pas faire la paix et exprimer leur joie suite à cette qualification historique de l’équipe nationale senior de football qui a été suivie de celle des juniors en 2005 pour le mondial. En évoquant ce souvenir, souffrez que j’ai une pensée à mon chef d’alors, le ministre Aditi Houdé, et au président de la fédération de football, Martin Adjagodo qui j’avoue, était à un moment donné la pièce maîtresse qui nous a conduit à cette victoire. Il était entouré bien évidemment d’une dynamique équipe.

En somme, le sport joue un rôle capital pour le maintien de la stabilité sociale. Quel message avez-vous à l’endroit de tous ceux qui vous liront ?

Je pense qu’il n’est plus besoin de démontrer que le sport est un outil et qu’on peut en faire ce qu’on veut. Et je crois que le message qui est lancé à travers cette journée devait faire tache d’huile. J’invite toutes les parties prenantes, tous les acteurs sportifs, politiques, administratifs à fumer le calumet de la paix pour réaliser les performances que l’opinion ou le peuple attend d’eux.

Je voudrais aussi saisir l’occasion pour remercier le président de l’assemblée nationale, Louis Vlavonou, parrain de cet événement et apprécier aussi la présence marquée des honorables députés que je voudrais inviter à accompagner le rêve du chef de l’Etat qui veut véritablement faire du sport un levier de développement et de diplomatie.

Propos recueillis par Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%



1 thoughts on “3 questions à Mansourou Arèmou, président de la confédération africaine de handball, participant à la marche pour la paix: «Avec le sport, on peut rapprocher des peuples qui ne s’accordent pas»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page