.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec Sèhomi Alokpon, Artiste musicienne du rythme traditionnel ‘’Tchinkounmin’’: Alokpon junior,  Sèhomi annonce la révolution musicale à savalou


Vues : 262

De la passion à la relève d’un défi inimaginable

En prenant la passion comme fil conducteur, l’artiste Sèhomi Alokpon a réussi contre vents et marrées à succéder à son défunt père ‘’Alokpon’’, Roi du rythme Tchinkounmin. Considérée comme la première femme courageuse à pratiquer ce rythme traditionnel, elle accompagne l’histoire et les accomplissements de la culture béninoise à travers ses œuvres exceptionnelles. Dans un entretien accordé à la rédaction de l’Evènement Précis, l’artiste a livré ses confidences et annonce un géant concert à Savalou le 04 Janvier 2023. Lisez plutôt !

L’Evènement précis : Présentez-vous à nos lecteurs

On m’appelle  Houndéfo Eugénie Sèhomi. Et pour que le nom de mon père ne disparaisse,  je suis sa relève à travers mon nom d’artiste surnommé Sèhomi Alokpon. Je suis l’enfant de l’artiste Alokpon et je joue le rythme Tchinkoumin comme mon lui. Je suis mariée et vis avec mes enfants.

Comment êtes-vous lancée dans la musique?

Tout a commencé quand j’avais l’âge d’aller à l’école. Mon père a refusé de m’inscrire à l’école et en apprentissage. Donc je le suivais pour aller au champ. A un certain âge, j’ai commencé par danser dans son groupe musical et je lui prenais aussi le micro pour fredonner lors de ses prestations. Souvent il chante quand on travaille au champ et d’habitude je le seconde et je crée aussi ma propre mélodie que je chante. Un jour, pendant qu’on travaillait au champ, j’ai entonné une chanson qui a rendu stupéfait mon père. Il m’a aussitôt demandé l’auteur de la chanson et je lui ai dit que c’était moi. Il m’a également demandé comment j’ai pu et je lui ai répondu que l’inspiration m’est seulement venue. En rigolant, mon père disait qu’il a déjà trouvé l’enfant qui lui succédera, mais je ne croyais pas qu’il parlait de moi. Au fur et à mesure qu’on faisait des prestations, il me donnait le micro pour que j’achève ou que je continue la chanson. C’est ainsi qu’on faisait jusqu’à sa mort. Mais avant qu’il ne parte, il disait qu’il fera l’exception dans toute la ville en initiant son enfant fille à ce rythme. Après la mort de mon père, j’ai dit à mon grand frère que conformément à la décision de notre père, je vais poursuivre son œuvre. C’est ainsi que j’ai commencé et j’ai déjà fait 7 ans avec des sorties d’album, concerts et tout.

Comment c’était au début de votre carrière ?

Chaque début de carrière est toujours difficile. Après le décès de mon père, mes grands frères n’ont pas contesté la décision que j’ai prise de succéder à notre défunt père. Même si l’accord n’a pas été unanime, la majorité a accepté. Bien que je sois d’une famille polygame, mes frères et sœurs me soutenaient. Comme je vous l’ai dit, les débuts ont été difficiles, mais je suis arrivée à franchir tous les obstacles.

Vous avez prévu animer la ville de Savalou ce 04 janvier 2023. Que voulez-vous faire exactement ?

D’habitude je fais une prestation tous les 04 janvier de chaque année. Mais pour cette fois ci, il y aura une grande différence. Je veux apporter une touche particulière à ce qui se faisait. J’ai fait un audio sur les rois de Savalou, j’ai fait un hommage pour eux où j’ai vanté leur mérite, leurs exploits. J’ai donc fait écouter la chanson à notre roi actuel, Sa Majesté Toffa qui a apprécié avec admiration et a ordonné de faire écouter également cette mélodie au grand public puisque c’est une bonne idée que j’ai eue. Il m’a également invité à faire la même prestation du 04 janvier au 09 janvier, la veille de la fête de vodoun où je chanterai les œuvres de tous les rois de Savalou au Palais Royal. Il a décidé de m’apporter tous ses soutiens pour que l’événement soit beau. Donc ce 04 janvier 2023, la ville de Savalou et toutes les localités environnantes seront en feu musical.

Avez-vous le soutien des artistes de la région de Savalou?

Quand il s’agit souvent de mes prestations de janvier, je les informe et quand ils sont libres, ils viennent puisqu’en janvier, chacun a son programme. Mais si c’est un album que je veux faire sortir, sincèrement j’ai tout leur soutien, que ce soit moral ou financier. Même ‘’Gbèzé’’ vient souvent suivre mes sorties musicales. Il m’assiste et me donne des conseils et recommandations. Mais pour cet audio qui s’avère être une chanson de tristesse parce que j’ai raconté non seulement les prouesses mais aussi les mauvais temps passés par les rois de Savalou, ce qui peut valoir des pleurs juste en écoutant, je n’ai pas encore informé les artistes mais je le ferai.

Vous êtes une dame qui a eu le courage d’emboîter le pas de votre défunt père en continuant avec son rythme ” Tchinkounmin”, dites-nous, dans une ville comme Savalou, avez-vous le soutien des autorités de la ville ou des politiciens?

Je n’ai pas une relation tendue avec ni les autorités de la ville, ni les politiciens. Mais quand j’ai besoin de leur soutien, j’avoue qu’ils me l’accordent s’ils peuvent. C’est vrai que ce n’est pas tout le temps et je ne les accuse pas non plus. Encore qu’une sortie d’album nécessite assez de moyens financiers, j’essaie de me chercher mais très souvent, les autorités m’aident quand je vais chez elles leur présenter ma situation.

Que diriez-vous pour conclure?

Ce qu’on n’a jamais vu, s’est produit à Savalou avec la fille d’Alokpon. Une dame qui joue correctement le rythme “Tchinkounmin “. Moi Sèhomi Alokpon j’invite tout le peuple béninois, les amoureux de ce rythme à venir massivement me soutenir ce 4 janvier 2023. J’invite également Jacques Ayadji et son staff du parti Moèle Bénin à venir me soutenir. L’artiste est un éducateur, il sensibilise les populations et informe aussi. Je joue ce rôle depuis 7 ans et j’ai eu un parcours impressionnant avec mon père. C’est déjà difficile pour un homme de jouer ce rythme, imaginez donc ce qu’une femme éprouverait. Je demande donc l’appui indéfectible des autorités afin que je puisse garder ce flambeau de mon père et contribuer à la promotion de la culture béninoise.

Entretien réalisé par Assise Agossa

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page