.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mise en place du vaste projet pipeline d’export Niger-Bénin: La construction de la station terminale de Sèmé avance à grands pas


Vues : 468

(Le ministre Seïdou Adambi satisfait des 78% taux d’exécution des travaux)

Avec pour point de départ Diffa au Niger, le pipeline d’exportation du pétrole brut du Niger via le Bénin, se termine à Sèmé où la société chinoise West African Oil Pipeline Company (WAPCO)construit actuellement une station. Une délégation conduite par le ministre de l’eau et des mines, Samou Seïdou Adambi, a effectué le lundi 12 décembre 2022, une visite de constat et d’inspection des travaux sur le chantier.

Descente de la délégation ministérielle à la station terminale de Sèmé

De quoi il est question : La station terminale de Sèmé est globalement exécutée à environ 78%. Cet état de réalisation de cette station du projet pipeline lancé le 20 mai 2021, a réjoui le ministre Samou Seïdou Adambi après sa visite des lieux. La visite s’est effectuée en présence de l’Administrateur général de CNPC Niger, Zhou Zuokun, de l’Administrateur général de Wapco/Bénin et Wapco/Niger, Jin Jinsong et des travailleurs présents sur le site. Occasion pour l’autorité ministérielle de s’imprégner des opérations en cours d’exploration pétrolière en terre et celles qui s’effectuent en pleine mer.

Que faudrait-il retenir : La station terminale du projet d’exportation du pétrole brut du Niger via la République du Bénin qui atterrit à Sèmè est la plus grande station pour pouvoir convoyer ce pétrole au niveau du marché international. Située près du port de Sèmè, la station terminale PS09 couvre une superficie d’environ 250 000 m². Elle se divise en six zones d’utilité, dont celles de production, des auxiliaires, de magasinage et de maintenance, de bureau, d’habitation et les réserves. Les installations principales comprennent trois réservoirs de stockage de pétrole brut de 100 000 mètres cubes, deux réservoirs d’eau de lutte contre l’incendie de 2 000 m³ chacune, et de six bâtiments de travail et d’habitation, avec des fonctions telles que la réception du pétrole entrant, le comptage des transferts et le chargement du pétrole sortant.

Ce qu’il faut préciser : Sur ce même chantier, des travaux sont réalisés en pleine mer. Il s’agit des terminaux maritimes et Quai à bateaux de travail. Le projet de terminaux maritimes contient principalement un pipeline sous-marins d’un diamètre extérieur de 711mm, et un point d’amarrage unique de 160.000 tonnes et des installations de soutien. Le tracé de l’oléoduc est de 14,4 km, soit environ 28,8 km au total. La profondeur d’eau le long du tracé est de 0 à 27 m. La profondeur d’eau au niveau du système d’amarrage à point unique est d’environ 27 m, et l’amarrage maximum peut être un pétrolier de 160 000 tonnes pour réaliser l’exportation de pétrole brut du projet , et la capacité de conception est de 450x104t/a. en ce qui concerne le projet de quai à bateaux de travail d’oléoduc brut Niger-Bénin, il se situe au nord de la zone marine de station terminale Sèmé, ce qui se servit principalement à amarrer 2 remorqueurs polyvalents 5000PS et 1 navire auxiliaire pendant les opérations terminales marines. Le contenu de ce projet contient principalement un brise-lames en pente extracôtières de 422.5 mètres. Un pont utilisé pour relier une zone terrestre à un brise-lames d’environ 262.2 mètres, et un quai à pile élevée pour les navires de travail dont le mesure est de 60 mètres fois 25 mètres.

Visite guidée du chantier suivie d’explication

Que disent les autorités : « Les travaux avancent très bien et le chronogramme établi dès le départ est respecté même malgré les perturbations liées à la pandémie de la covid, ils ont su rattraper. Ils ont dédoublé les équipes. Au lieu de trois équipes par exemple sur le terrain, actuellement nous en avons sept équipes », a constaté le ministre Samou Seïdou Adambi. Ce qui, à l’en croire, permet de tenir dans le chronogramme approuvé par les deux Etats. Selon le ministre, les travaux sont prévus pour être terminés courant avril 2023. « Le gouvernement attache beaucoup de prix à l’évolution normale des travaux. Nous sommes à environ 78% globalement. Normalement en août 2023, les travaux sont entièrement achevés sur terre comme en mer », a-t-il dit. Pour l’Administrateur général de CNPC Niger, Zhou Zuokun, le Bénin et la Chine ont établi une bonne amitié. C’est pourquoi la société Wapco a reçu un grand soutien de la part de l’Etat béninois. « Le projet avance de façon ordonnée », fait-il savoir. Zhou Zuokun a saisi l’occasion pour remercier l’Etat béninois pour son grand soutien. Il a réitéré par la même occasion, leur engagement de respecter les lois béninoises dans l’instruction de ce projet. « Nous avons assez confiance pour le respect du délai. Le projet sera mis en service comme prévu dans le calendrier », a-t-il rassuré. Pour sa part, l’Administrateur Général de Wapco/Bénin et Wapco/Niger, Jin Jinsong soutient que le projet a eu un succès grâce au soutien du gouvernement. Il a rassuré de leur bonne relation avec la population locale dans le cadre de la construction de ce pipeline. Selon ses explications, d’ici la fin de l’année 2023, le Bénin doit pouvoir effectuer la livraison du pétrole brut.

Alban Tchalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page