.
.

Le triomphe de la vérité

.

Message du Chef de l’Etat sur l’état de la nation: Wilfried Houngbédji justifie la date choisie pour le prochain discours de Talon


Vues : 223

Le Secrétaire général adjoint et Porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji, était face à la presse le vendredi 25 novembre 2022. Cette rencontre avec les professionnels des médias s’inscrit dans le compte de sa traditionnelle séance hebdomadaire d’échanges avec la presse. 

De quoi s’agit-il : A l’ occasion de ses échanges, plusieurs sujets ont été abordés. Entre autres le port de casques pour le conducteur et son passager ; le vote du budget général de l’État exercice 2023 par l’Assemblée nationale et le message du président de la République sur l’état  de la nation ;  la loi portant régime de prise en charge et de protection des personnes victimes en mission commandée ; le repêchage du parti “Les Démocrates” pour prendre part aux élections législatives du 08 janvier 2023 ; et enfin la participation du Chef de l’État au Sommet de l’Initiative d’Accra pour enrayer la poussée des groupes djihadistes dans la sous-région ouest-africaine. En effet, le chef de l’Etat Patrice Talon tiendra son discours sur l’état de la nation plus tôt cette année contrairement aux années antérieures. Ce discours sur l’état de la nation ne sera pas délivré cette année au cours de la dernière semaine du mois de décembre, mais plutôt le 08 décembre 2022. Pour Wilfried Léandre Houngbédji, les dates sont choisies pour plus d’efficience dans la coordination des activités. Pour cela, le porte-parole a répondu que le timing, première moitié du mois de décembre, s’inscrit dans un souci de coordonner les contraintes de l’agenda du Législatif et de l’Exécutif et que les dates sont choisies pour plus d’efficience. Une pratique qui sera probablement observée tous les 5 ans dans la logique de l’alignement des mandats vers lequel le Bénin tend. 

Entre les lignes : « Il s’agit de préserver la vie, la santé, l’intégrité physique des populations béninoises. C’est cet enjeu qu’il faut mettre en avant. L’autorité s’emploiera à faire respecter cette mesure dans les conditions qui respectent le citoyen béninois et l’amener à comprendre que c’est pour son bien qu’une telle décision est prise ». C’est en ces termes que le porte-parole du gouvernement s’est exprimé sur la pertinence du port de casque par les usagers que la personne soit le conducteur ou non. C’est donc une question de cohérence, a-t-il poursuivi, qui soutient la prise de cette décision par l’autorité d’exiger le port de casques pour tous. Il faut donc que cette mesure soit comprise afin que chacun s’y conforme. En cas d’accident par exemple, dit-il, « le problème n’est réglé à moitié sinon pas réglé du tout ». S’agissant de la loi portant régime de prise en charge et de protection des personnes victimes en mission commandée, elle s’explique d’après le porte-parole, par le souci de l’État d’être aux côtés de ses Forces de défense et de sécurité et leurs ayant-droits en cas de survenance d’un accident ou d’un péril lié à l’exécution de leurs missions républicaines. Sur le volet politique, à la question sur le repêchage du parti Les Démocrates pour participer à l’élection législative de janvier 2023, Wilfried Léandre Houngbédji considère que chaque organe et chaque institution de la République a joué son rôle. Ce, d’autant que la Cour constitutionnelle a instruit le recours du parti “Les Démocrates” et a fait droit à ce parti en concluant à l’obligation pour la Cena de prendre en compte la liste remaniée que le parti était allé déposer. Conformément à cette décision de la Cour, la Cena a procédé à une nouvelle étude du dossier et l’a déclaré légal. Analysant, cette actualité, le porte-parole du gouvernement fait remarquer que ce qui nous rassemble, c’est la République. « Et la République, elle est régie par des lois auxquelles il faut se conformer », a conclu-t-il.  

Par ailleurs : Abordant l’une des résolutions phares du dernier sommet des Chefs d’État à Accra, le Secrétaire général adjoint a précisé que le Président Patrice Talon est l’un des initiateurs de l’Initiative d’Accra et il avait déjà plaidé pour que les pays concernés fassent eux-mêmes les efforts financiers qu’il faut pour ne pas avoir à attendre des partenaires. Que les partenaires viennent en appoint c’est une chose. Mais les partenaires ne devraient pas remplacer nos pays dans les efforts qui sont attendus d’eux. C’est ce qui justifie la planification d’opérations conjointes entre ces pays pour bientôt. Sur ce volet, rappelle le porte-parole, les efforts de développement que fait le Bénin visent à ce que l’ensemble du territoire soit impacté parce que dans la genèse du phénomène djihadiste, était pointée du doigt l’absence de l’Etat dans les zones où les groupes armés sévissaient. Une situation qui avait commencé par être corrigée avec la création de l’ABeGIEF sous l’ancien régime et qui a été densifiée sous le régime du président Patrice Talon qui octroie davantage de moyens pour marquer la présence de l’État béninois à travers la réalisation d’infrastructures communautaires. Mieux, le Programme d’Action du Gouvernement s’emploie à porter le développement dans toutes les localités du Bénin à travers la desserte en eau potable, l’électricité, les cantines scolaires, afin qu’aucun Béninois ne soit en rade du développement.

Alban Tchalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page