.
.

Le triomphe de la vérité

.

Installation du président du tribunal de 1ère instance de Djougou:  Adandé Olatundé Henri Joël Ouessou prend les rênes de la juridiction


Vues : 71

Le nouveau président du tribunal de première instance de deuxième classe de Djougou, Adandé Olatundé Henri Joël Ouessou a été installé ce vendredi 21 octobre 2022, dans ses fonctions.  La cérémonie officielle de son installation a eu lieu à l’occasion d’une audience solennelle rehaussée par la présence du président de la Cour d’appel de Parakou, Monsieur Agboton Alexis Metahou, président de l’audience solennelle, des présidents de tribunaux de Natitingou, et d’autres personnalités représentant les différentes professions judiciaires.

De quoi s’agit-il : Nommé le 3 août 2022 en Conseil des ministres, Adandé Olatundé Henri Joël Ouessou est investi désormais par son supérieur hiérarchique,  président de la Cour d’appel de Parakou, Monsieur Agboton Alexis METAHOU, dans ses charges de président du tribunal de première instance de deuxième classe de Djougou. En cette qualité, il est le chef de cette juridiction, contrôle le fonctionnement de ce tribunal et convoque avec l’accord du procureur, les Assemblées générales et autres rencontres importantes permettant de faciliter la bonne marche des activités.

Qui est Adandé Olatundé Henri Joël OUESSOU : Avant sa nomination au poste de président du tribunal de première instance de Djougou, Adandé Olatundé Henri Joël Ouessou a pendant longtemps occupé le poste de substitut du procureur de la République près le tribunal d’Abomey, puis Juge au tribunal de première instance de première classe de Parakou. Titulaire du premier diplôme en droit, d’un DEA en droit à l’Université d’Abomey-Calavi, il a intégré le corps de la magistrature en 2011. Avec le parcours et l’ancienneté que le magistrat Adandé Olatundé Henri Joël Ouessou a, les autorités judiciaires ont trouvé en lui d’excellentes ressources pour pouvoir conduire les destinées du tribunal de Djougou. Il devient ainsi le troisième président de ce tribunal, a fait remarquer le président de la Cour d’appel de Parakou, président de l’audience solennelle.

A propos de son installation : Après les protocoles d’usage, la Cour, siégeant en audience solennelle sous la présence du président de la Cour d’appel de Parakou,   Alexis Metahou, déclare le magistrat Adandé Olatundé Henri Joël Ouessou installé dans ses fonctions et l’a invité à prendre siège. A l’occasion, certaines dispositions juridiques ont été rappelées au nouveau chef de la juridiction de Djougou. Il s’agit entre autres de l’article 64 de la loi de 2002 portant organisation judiciaire en République du Bénin, modifiée et complétée par la loi 2016-15 du 28 juillet 2016 et la loi 2018-13 du 2 juillet 2018 modifiant et complétant la loi 2001-37 d’août 2002 portant organisation judiciaire en République du Bénin, modifiée et création de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme. Le président du tribunal de Parakou, qui préside l’audience solennelle, a fait savoir au président du tribunal de première instance de Djougou et au nouveau procureur de la République près le même tribunal qu’en qualité de magistrats, ils ont l’obligation de bien remplir leurs fonctions dans le respect des lois. Aîné du nouveau président du tribunal de première instance de Djougou dans la fonction, le président de la Cour d’appel de Parakou, après les réquisitions du Procureur général, Monsieur Claude Dieu-Donné Montcho, saisi l’occasion pour prodiguer de sages conseils au magistrat Ouessou: « Vos prédécesseurs  dans la fonction ont su mettre leurs compétences au service, associer toutes les couches pour accomplir la mission qui est la leur. Être président d’une juridiction, ce n’est pas seulement les compétences techniques, juridiques, judiciaires. Quand on parle d’administrateur, il faut avoir le management et être à l’écoute de l’ensemble du personnel », a-t-il dit. Adandé Olatundé Henri Joël Ouessou porte donc, selon le président de céans, une lourde responsabilité, celle de conduire la juridiction et la justice. « Vous devez avoir un bon management et associer tout magistrat et officiers de police judiciaire pour la quête de l’information. En matière d’administration, vous n’êtes pas administrateur pour vous permettre de faire ce que vous voulez, il y a le principe de compte rendu et surtout la subordination hiérarchique. Il faut surtout associer le procureur, le consulter sur les actions à mettre en place », conseille le président de céans qui déduit que c’est désormais clair que le président du tribunal fera ce qu’il à faire en adéquation avec la loi et en parfaite symbiose avec toutes les autres catégories concernées. Mais avant il a tenu à leur rappeler que: « Le procureur, le juge et le président ne sont qu’indépendants par rapport à leur office, mais ne sont pas indépendants vis-à-vis de l’administration ».

Compétence Matérielle du tribunal de première instance de Djougou

Matière pénale, civile, sociale, administrative et des comptes.

Ressort Territorial

Communes de Djougou, de Bassila, de Copargo et de Ouaké.

Tribunal de première instance de droit commun

Juridiction de droit commun qui connait en premier ressort de toutes les affaires pénales, civiles, sociales, administratives et des comptes.

Lorsqu’une partie ou un procureur n’est pas d’accord avec un jugement rendu dans une juridiction de première instance, il peut demander que l’affaire soit rejugée par la juridiction de deuxième degré (la cour d’appel). On dira qu’ils font appel ou, mieux, qu’ils interjettent appel.

Alban Tchalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page