.
.

Le triomphe de la vérité

.

Passage à la valeur transactionnelle : Les prix d’une vingtaine de produits vont encore augmenter


Vues : 7

Alain Hinkati, Directeur général de la Douane

Viande de poulet, poissons congelés, farine de blé, sucre, lait, huile de palme raffinée… Les prix de ces produits de première nécessité vont bientôt augmenter. Dans une correspondance adressée au Directeur général de la société Bénin Control S.A,  en date du 19 septembre 2022, le Directeur général de la Douane, Alain Hinkati, a demandé à ses services d’appliquer désormais les valeurs transactionnelles de ces produits importés au Bénin à compter du 1er octobre prochain. Par le passé, le passage aux valeurs transactionnelles dans le cadre de la mise en œuvre du programme de vérification des importations (2010-2011) avait occasionné la flambée des prix des produits de première nécessité, conduisant à sa suspension. Dans un rapport en date de février 2012, la Direction générale des affaires économiques du ministère des finances, avait noté que les valeurs consensuelles « sont généralement des valeurs minorées », contrairement aux valeurs réelles ou valeurs transactionnelles « qui permettront d’appréhender la juste valeur douanière des marchandises importées. » La mise en application des valeurs transactionnelles dès 2016 avait eu le même effet inflationniste, conduisant une fois encore à sa suspension.  En mai 2017, un « Comité Valeur » a été mis en place du fait de cette difficulté à dédouaner les marchandises à partir des valeurs transactionnelles qui sont les prix réels des marchandises depuis leur pays d’origine. Et ces prix sont généralement plus élevés que les valeurs consensuelles en usage lorsque l’administration douanière décide  de dédouaner les produits importés sur la base d’une entente avec les importateurs. Le « Comité Valeur » mis en place avait été  « chargé de prendre toutes les dispositions idoines pour aider à la mise en œuvre progressive, efficace et efficiente, de la valeur transactionnelle », selon la note de service.  Cette fois-ci, le directeur général de la douane a motivé sa décision par la volonté de respecter les engagements du Bénin vis-à-vis des organismes internationaux, notamment l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ainsi que les recommandations du Fonds Monétaire International (OMS). Cette décision intervient dans un contexte parqué par une inflation qu’une mission du FMI a jugée « L’inflation est plus basse qu’anticipé », à l’issue d’une mission effectuée la semaine dernière à Cotonou.

Olivier Allotchémè

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page