.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dieudonné Tékon, membre du parti Les Démocrates: « Il n’y a rien de consistant qui conduit à ces regroupements »


Vues : 18

L’émission débat de la Radio nationale de ce dimanche, a reçu Dieudonné Tékon, membre du parti Les Démocrates. Il a opiné sur l’actualité et a fait le point des préparatifs des élections de janvier 2023 au sein de son parti.

« Nous avons des adhésions. Nous n’avons pas enregistré des démissions ». C’est en ces termes que Dieudonné Tékon, membre du parti Les Démocrates a réagi sur l’actualité de son parti. Selon ses explications, le parti Les Démocrates se porte très bien. Le défi pour eux, c’est de finir avec le parlement monocolore. « Nous avons intérêt à nous battre pour sauvegarder les intérêts démocratiques », a-t-il dit. L’opposant a clarifié qu’on ne peut pas régler les problèmes que par les urnes. Raison pour laquelle son parti a fait le choix de participer aux élections législatives de 2023. « C’est un échec de la réforme du système partisan. Il y a juste un stratagème pour mettre le compteur à zéro. Il n’y a jamais de la réforme car les objectifs d’avoir des partis forts qui vont durer dans le temps, ne sont pas atteints », a-t-il regretté. Pour lui, aucun de ces partis n’a pas trouvé de candidat puisque le président Patrice Talon, de son point de vue, n’est pas membre d’un parti. « Connaissant le paysage, il est entré pour prendre le contrôle de la classe politique. Il a réussi sans concurrent », dénonce l’opposant. L’invité de l’émission explique que les textes ne posent pas de problèmes, mais c’est leur exploitation. Il évoque le certificat de conformité que les deux partis de la mouvance n’ont pas de difficultés à recevoir. Etant donné qu’on a refusé des alliances, Dieudonné Tékon pense que les concepts actuels de mise en ensemble des partis, sont accidentels aux réformes. « Quand ils sont élus de ces partis et ils démissionnent, ça veut dire qu’il n’y a rien de consistant qui conduit à ces regroupements », a-t-il soutenu. Son parti ne compte même pas à se fonder dans un autre parti. Car, cela ne respecte pas l’esprit de la réforme. Si 24 sièges sont réservés aux femmes, fait-il, c’est une bonne initiative. « Le quitus fiscal, c’est à ce niveau que nous avons de problème. Nous avons un problème de confiance dans ce pays », souligne-t-il avant d’ajouter qu’au même moment, plus de 3 milliards sont distribués aux partis soutenant les actions du pouvoir. « Le but du financement, c’est d’accompagner les partis. Si le concepteur est équitable, l’idéal c’est de financer tous les partis », propose-t-il. Tout en souhaitant des élections apaisées, il a indiqué que la caution va empiéter sur les formations qui n’ont pas bénéficié du financement. « 160 millions alors qu’avant 8 millions pour aller aux élections », a-t-il fait remarquer.

Alban Tchalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page