.
.

Le triomphe de la vérité

.

Santé et traditions : Pipi au lit


Vues : 36

Saisi d’une requête de Pipi au lit d’une femme, posons ensemble le diagnostic.

Bonjour Papa Claude Djankaki, merci pour le travail que vous faites à l’endroit de la communauté africaine. Dieu et les mânes de nos ancêtres vous protègent. Je vous suis depuis plus d’un an et je participe à tous vos rituels même celui de Juillet. Dans cette semaine, après un rapport avec ma femme, j’ai constaté que le matelas est mouillé mais j’ai pensé que c’était notre enfant de 8 mois qui a fait pipi au lit. C’est dans ce contexte que ma femme a constaté que c’est elle qui a fait pipi au lit. Mais c’est un acte qu’elle n’a jamais fait depuis qu’on s’est mis ensemble. On était ensemble il y a un an 6 mois .

Ma question est : Y a-t-il un risque après cet acte ? Quelles sont les précautions à prendre pour qu’elle ne le répète plus ?

Merci de me donner une suite Papa.

Mon avis.

D’entrée je vous demande de remercier cette femme pour son honnêteté et la franchise qui la caractérisent dans sa vie de maman. Elle n’a pas honte de sa maladie pour rejeter l’acte sur le pauvre enfant de 8 mois. Revenant aux conséquences des cas de pipi au lit de la femme ou de l’homme en couple, disons que cela n’est pas une maladie ordinaire, mais plutôt une maladie spirituelle. Le bébé est le seul autorisé à faire pipi au lit dans nos traditions. Lorsqu’un enfant qui parle et qui peut se lever tout seul fait pipi au lit, on l’observe pendant un temps pour voir s’il n’est pas possédé par les esprits maléfiques. Dans ce cas, les parents au constat le matin, se servent de l’urine pour réaliser une pâte à base de cendre des fagots de bois et non du charbon.

L’enfant est badigeonné de cette potion magique, de la tête aux pieds en passant par tout le corps. Ensuite, les enfants du quartier l’accompagnent sous la clameur publique par la chanson :Adidôgo, yayaya, adidôgo yayaya.

Voilà comment nos arrières parents chassaient les mauvais esprits qui viennent prendre corps dans l’enfant afin qu’il cesse de faire pipi au lit. S’agissant des cas de personnes âgées ou, vivant en couple, la tradition africaine aborde ces cas avec prudence et flexibilité pour préserver l’intimité.

Dans un premier temps il faut absolument consulter le Fâ pour connaître la dimension spirituelle de la maladie et recommander les rituels spécifiques. Car, il est plus difficile de chasser les esprits maléfiques des personnes âgées. La question est traitée avec rigueur au regard des conséquences que le pipi au lit entraîne dans la vie d’un couple.

Généralement les cas endurcis font de l’homme un veuf, au cas où c’est la femme qui fait pipi au lit, ou veuve la femme si c’est le conjoint. En français facile, le partenaire ou la partenaire qui fait pipi au lit tue son conjoint ou sa conjointe.

Pour le cas d’espèce, il n’y a pas encore péril en la demeure. L’acte n’a pas encore duré dans le temps. La franchise de cette femme est à saluer pour parer au plus pressé. En attendant, l’on pourrait demander à la femme de dormir séparée de l’homme dans la chambre en attendant les rituels et la fin des cas de pipi au lit. L’on pourrait aussi accompagner les vôssissa du Prêtre Fâ de l’une des deux recettes infaillibles ci-dessous :

1/ la femme sera internée à un endroit pas loin d’un termitière. Un rituel lui sera fait. Tous les matins pendant 7 jours, elle ira uriner dedans. Ce faisant, la nuit l’esprit des termites qui l’habite désormais va la réveiller du sommeil pour prendre la direction des toilettes.

2/la présente recette relativement simple ne fait pas déplacer la femme. Il s’agira de rechercher et de prélever l’eau, dans un creux d’arbres dans la forêt. En fon l’on parle de Somê-Sin.

Avec cette eau, l’on fera un rituel à celle ou celui qui fait pipi au lit.

Tel que l’arbre a pu contenir dans son creux l’eau recherchée pour le rituel, c’est de la même manière que la femme ou l’homme pourra contenir ses urines pour la salle de toilette et non plus au lit.

Apparemment c’est simple comme astuce.

Mais, le problème se situe là où trouver la qualité et la quantité d’eau devant couvrir le rituel.

Il devient alors loisible au guérisseur d’exiger un cachet spécial pour fournir un produit testé et approuvé.

Voilà comment la médecine africaine guérit avec faste, les cas de maladies qui résistent à la médecine occidentale.

Nous devons être fiers de faire la promotion de nos astuces qui donnent des résultats satisfaisants.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page