.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réaction du vice-ministre chinois des Affaires étrangères Ma Zhaoxu: Les États-Unis exhortés à « ne jouer à aucun jeu » concernant Taïwan


Vues : 4

Beijing a appelé mardi à Washington à « renoncer à toute tentative d’utiliser Taïwan pour contenir la Chine » et à « ne jouer à aucun jeu », exhortant les États-Unis à respecter le principe d’« une seule Chine » et les trois communiqués conjoints sino-américains qui consacrent ce principe.

Dans une interview accordée lundi à des médias sur la situation dans le détroit de Taïwan, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Ma Zhaoxu a avancé que « le peuple chinois ne sera pas induit en erreur par de fausses idées ou effrayé par le mal, et ne vacillera jamais dans la défense de nos intérêts fondamentaux ».

Des experts ont affirmé que « cette déclaration montre la ferme volonté de la Chine de sauvegarder sa souveraineté ainsi que sa sincérité dans le maintien à flot des relations sino-américaines ».

Washington a récemment averti qu’il serait obligé de réagir si la Chine continuait à prendre davantage de contre-mesures contre la récente visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi.

En réponse, M. Ma a avancé que « nous voulons insister auprès des États-Unis : n’agissez pas de manière imprudente et arrêtez d’aller plus loin sur cette voie condamnée ». Il a demandé aux États-Unis de « faire ce qu’il faut et de prendre des mesures concrètes pour faciliter le développement régulier des relations sino-américaines ».

Vendredi, Beijing a annoncé sa décision d’annuler trois dialogues ou réunions de coopération avec les États-Unis dans le domaine de la défense, et a suspendu la coopération judiciaire bilatérale dans des domaines tels que l’immigration illégale, la criminalité transfrontalière et la lutte contre les trafics de drogue, ainsi que la consultation bilatérale sur le changement climatique.

Alors que Washington a déploré que la décision de ne plus collaborer en matière de changement climatique ne punissait pas les États-Unis mais le monde entier, M. Ma a répondu que « les États-Unis ne peuvent pas représenter le monde entier ».

« La Chine avait averti les États-Unis bien à l’avance que si Mme Pelosi se rendait à Taïwan, cela provoquerait une crise et des perturbations majeures dans la coopération et les échanges sino-américains », a-t-il ajouté.

Su Xiaohui, directrice adjointe du Département des études américaines de l’Institut chinois des études internationales, a déclaré que la sincérité était une nécessité pour maintenir à flot la communication sino-américaine, ajoutant que c’est la base pour éviter toute erreur de calcul.

« Washington cherche à dialoguer avec Beijing pour minimiser le risque d’urgences inattendues. Cependant, il est réticent à arrêter la reconnaissance et les exercices contre la partie chinoise », a-t-elle avancé.

« Étant donné que les États-Unis continuent d’accroître leur présence militaire aux portes de la Chine et de saper la stabilité régionale, il est peu probable que Beijing laisse les États-Unis profiter de tous les avantages au moindre coût », a-t-elle soutenu.

Jusqu’à présent, plus de 170 pays et de nombreuses organisations internationales ont pris la parole pour réaffirmer leur attachement au principe d’« une seule Chine ».

Interrogé sur les récentes « préoccupations » exprimées dans une déclaration conjointe du G7 et de l’Union européenne concernant les exercices militaires chinois dans le détroit de Taïwan, le vice-ministre Ma Zhaoxu a déclaré : « Comparé à plus de 170 pays, qui le G7 pensent-ils qu’ils sont ? Qui se soucie de ce qu’ils disent? »

Dong Chunling, chargé de recherche sur les études américaines aux Instituts chinois des relations internationales contemporaines, a soutenu que « la visite de Mme Pelosi a suscité de nombreuses critiques dans la communauté mondiale, et Washington est confronté à des pertes croissantes et à un dilemme qui s’aggrave face à une série de contre-mesures militaires et diplomatiques de Beijing ».

« Alors que le monde s’attend à ce que les deux pays renforcent le dialogue et la coopération pour s’attaquer au déficit mondial en matière de développement et de sécurité, cette farce faite par des politiciens comme Mme Pelosi marque une manifestation tragique de l’échec de la politique américaine », selon M. Dong.

Contestant l’affirmation américaine selon laquelle les exercices militaires chinois de ces derniers jours ont exacerbé les tensions, M. Ma a avancé que « ce sont les États-Unis qui menacent la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan ».

« Les États-Unis et leurs alliés viennent souvent dans les eaux proches de la Chine pour faire jouer leurs muscles et semer le trouble, et ont mené jusqu’à 100 exercices militaires chaque année », a ajouté M. Ma. « Ce sont eux, et personne d’autre, qui réagissent de manière excessive et aggravent la situation. »

M. Ma a également avancé qu’« il n’y a pas de ligne médiane dans le détroit ».

« Les forces armées chinoises mènent des exercices militaires dans les eaux au large de l’île chinoise de Taïwan pour sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine. Nos mesures sont ouvertes et proportionnées », a-t-il soutenu.

« Dans le cadre du recul de Washington sur son engagement envers les trois communiqués sino-américains, les ventes d’armes américaines à Taïwan ont connu une expansion constante, totalisant plus de 70 milliards de dollars », a déclaré mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin.

L’administration du président américain Joe Biden a vendu à elle seule plus de 1,1 milliard de dollars d’armes à Taïwan, et ces dernières années, « les États-Unis ont été de plus en plus flagrants en ajoutant de l’ambiguïté, en creusant et en déformant le principe d’“une seule Chine” », a-t-il affirmé.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page