.
.

Le triomphe de la vérité

.

Fusion annoncée entre le PRD et l’UP : « Cette mise en œuvre de la vision du Chef de l’État est un exemple », selon Eric Adja


Vues : 11

Éric Adja, Conseiller spécial du président Adrien Houngbédji

Conseiller spécial du président Adrien Houngbédji, Éric Adja s’est prononcé sur les dernières actualités des Partis Prd et UP. Sur la question de la fusion de ces deux entités politiques, Éric Adja trouve qu’il y a des raisons d’espoir surtout que c’est un mariage historique basé sur une longue expérience politique et sur la confiance. Lisez plutôt

Le militant Prd a-t-il de bonnes raisons aujourd’hui de pousser un Ouf de soulagement et de joie lorsqu’il entend parler de la fusion prochaine de son parti avec l’UP?

Les militants du parti arc-en-ciel, le plus ancien parti politique maintenant en fonction au Bénin, plus de 30ans de vie politique, peuvent trouver des raisons d’espoir dans cette démarche de rassemblement et de fusion qui se met en place. Surtout qu’effectivement l’union fait la force. Ensemble on est plus grand, ensemble on est plus fort. En réalité, en politique comme dans la vie active, ce qui nous unit est toujours plus fort que ce qui nous divise. Il me semble que c’est le sens aussi des réformes du système partisan entreprises par le Chef de l’État depuis 2016. Donc, tous ces éléments vont dans la droite ligne des grands regroupements politiques souhaités par le Chef de l’État.

Je pense qu’il y a des raisons objectives de pouvoir se réjouir de cette perspective d’union et de fusion qui se déroule en temps réel sous nos yeux. Et c’est historique.

Les deux partis ont-ils la même vision ?

J’ai été un témoin oculaire des discussions de la rencontre entre le président Adrien Houngbédji et le président Joseph Djogbénou et son équipe. Et il me semble que dans les propos des uns et des autres, surtout du président Djogbénou qui a tenu à préciser que ce n’est pas le Prd qui est demandeur, mais que c’est l’UP qui souhaite cette alliance. Je pense que vraiment, il y a un désir de collaboration sincère de part et d’autre surtout de la part du président Djogbénou dont je tiens à saluer l’audace politique qui a rencontré de l’autre côté la sagesse politique que le président Houngbédji a cumulé au fil des années. Donc je pense qu’en alignant l’audace et la sagesse, nous pouvons avoir un alliage original qui pourrait sur le lit de la confiance construire une relation, ce partenariat que le président Djogbénou a qualifié de fiançailles, au-delà des fiançailles, on peut parler de noce et de mariage de raison. C’est la realpolitik, il faut le dire, basée sur une longue expérience politique et sur la confiance.

Il est question de donner du contenu au système partisan….

Exactement. Et c’est un exemple cette mise en œuvre de la vision du Chef de l’État par rapport aux grands regroupements politiques dans le pays.

Les dés sont-ils déjà pipés au niveau de l’architecture du grand ensemble en gestation ?

Je répondrai oui et non  oui parce que c’est un travail de longue à haleine. Donc qui ne sera jamais terminé d’office, qui ne sera pas  à proclamé, à construire d’abord à l’échelle de la hiérarchie du parti, mais surtout le vrai travail sera à la base. Au niveau des militants dans les villages, arrondissements, communes et les circonscriptions électorales. C’est un travail qui va se faire non seulement du haut vers le bas, mais du bas vers le haut. De façon pyramidale pour que la base soit vraiment imprégnée des enjeux de cette décision qui effectivement pourrait soulever des inquiétudes de part et d’autre. Mais comme l’a dit le président Djogbénou dans son allocution, on ne va pas de l’avant sans faire quelque chose. L’oiseau ne prend pas son envol sans perdre aussi quelques plumages. Ou pour vous parler aussi comme quelqu’un d’autre, on ne fait pas de l’omelette sans casser les yeux. Les militants vont devoir faire diligence avec la direction exécutive du parti.  Le congrès du Prd est prévu pour le Samedi prochain pour prendre la base avant d’aller vers un congrès de décision dans les prochains jours.

Le responsable de Toffo ou le coordonnateur départemental de l’un des partis  ne sera point laissé sur le carreau ?

Pas du tout. Justement, c’est tout l’art de cette collaboration de pouvoir faire cas par cas ce travail d’union, de fusion et de collaboration. C’est un défi politique et les défis sont faits pour être relevés. Que ce soit à Toffo, à Allada ou dans la 5e circonscription et dans  les autres circonscriptions du pays, le travail se fera pour que chacun trouve sa place dans l’architecture globale du nouveau parti à construire.

Nul ne sera de trop voulez-vous dire ?

Oui. Nul ne sera de trop. Chacun aura sa part et avec ce parti nous devenons la plus grande force politique du pays. Donc, il y a beaucoup de place que ce soit sur les listes électorales, que ce soit au parlement, que ce soit dans les autres structures de décision du pays, je pense que nous avons la force de frappe au niveau du gouvernement, au niveau des institutions de la République, au niveau des ministères. Donc si le Prd rentre dans cette dynamique je pense qu’il y a de la place pour tout le monde dans l’architecture du pays.

Le portail est ouvert aux autres qui souhaitent adhérer au mouvement ?

Bien sûr, toujours conformément à la vision de la réforme du système partisan je pense que la porte sera grandement ouverte. D’autres fusions, d’autres collaborations ou de toutes sortes de coopération qui pourront enrichir la vie démocratique de notre pays. Il faut toujours aller de l’avant de réforme en réforme. Parce que la construction de la démocratie n’est jamais achevée. On a vu dans l’histoire des États-Unis, de la France et tous les pays qui nous ont précédé sur ce chemin de la démocratie. C’est un chemin qui n’est jamais achevé et qui demande d’entretien et toujours à être approfondi.

Transcription Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page