.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dévoilement de la stèle de Bio Guera: Tuons le Béninoisard, réveillons le Béninial !


Vues : 11

Dr Djibril Boussou, Sociolinguiste

Il est des événements précis dans la vie qui nous révèlent à nous-mêmes. L’érection de la stèle de Bio Guera, le samedi 30 juillet 2022, entre dans l’Histoire du Bénin comme ce déclic d’une catharsis que Dieu a voulu que le président Patrice TALON portât sur ses frêles épaules. En effet, l’érection de ce monument à la gloire de nos héros est (gageons-le) l’arme fatale qui va donner le coup de grâce à une tare que nous croyions congénitale et consubstantielle à l’homo benininsis.

Pour le Baatonu métissé qui a quitté Parakou en 1981 pour s’installer à Cotonou, émerveillé par la découverte de l’environnement de la plage, de l’existence des feux tricolores, de l’exhibition des kalétas à l’approche de la Noël (toute chose qui n’existait pas à Parakou à l’époque), il y en a loin de la coupe aux lèvres. La stèle de Bio Guera qui trône à la satisfaction de la majorité des Béninois (beaucoup ont commencé à y faire des selfies depuis le dévoilement du joyau) mérite qu’on s’attarde sur le discours révolutionnaire de Patrice TALON qui va impacter les mentalités : celles de ma génération et beaucoup plus celles à venir. « La caricature que nous faisons de nous-mêmes, ce que nous chantons quotidiennement et transmettons de génération en génération, c’est ce qui est négatif, ce qui relève des travers humains de manière générale mais que nous, nous attribuons exclusivement à nous-mêmes au point de les baptiser parfois de ‘’ béninoiserie’’ », a déploré le Chef de l’Etat. Le diagnostic est sans conteste et inattaquable. Et de prendre, au nom de tous les Béninois, une résolution ferme : «… il est temps de nous débarrasser de ce faux complexe qui nous isole, nous divise, nous fait nous avoir peur les uns des autres, nous inhibe et nourrit notre sous-développement ». Pour chaque dahoumè et chaque kaïkaïnou (appellation en langues locales des personnes originaires respectivement de la partie méridionale et de la partie septentrionale du Bénin), cela fait sens. Nous laisserons le soin aux experts en Psychologie sociale, en Psychologie opérationnelle, et aux coaches de tous bords d’administrer la thérapie adéquate pour notre transfiguration. En ce qui nous concerne, le champ lexical nous ouvre une fenêtre que nous empruntons à cœur joie.

Exit Béninoiserie, input Béninialité

En morphologie du français moderne et contemporain, l’une des formes d’enrichissement de la langue c’est la dérivation. Selon Hervé-D BECHADE, « la dérivation en est un réel formateur, pouvant morphologiquement créer des unités lexicales à partir d’éléments offerts par la langue ; elle présente la plus grande variété dans ses manifestations et donne aujourd’hui les plus grandes possibilités à la néologie- au moins dans le strict domaine de la formation des préfixes et par suffixes » (1992 : 95). C’est donc suivant le principe de la dérivation que l’imagerie populaire ou les observateurs ont créé le terme de « béninoiserie ». C’est ce nominal qui a été tout le temps utilisé, aussi bien par les experts que par les profanes. Personne n’a jamais songé à lui attribuer un adjectival. Le terme étant dépréciatif, il existe dans la langue française huit (08) possibilités, en termes de nominaux ou d’adjectivaux, résumées dans le tableau présenté en annexe de cet article. Il s’agit des suffixes de la série suivante :-ade, -aille, -ard, -asse, -in, -eton, -ot, -aud. Pour la facilité de prononciation qu’elle offre et pour l’euphonie, l’adjectival dépréciatif ‘béninoisard’ emporte ma préférence. Quelqu’un qui fait montre de béninoiserie fait preuve d’un comportement béninoisard. A contrario, celui qui se sublime et fait preuve d’une attitude de béninialité mérite notre félicitation béniniale. Par devoir de filiation à la nation béninoise, de socialisation, d’enrichissement culturel, d’échange et de partage, j’ai fait ma part. Nous sommes tous Bio Guera. Positive Benin is back.

Dr. Djibril BOUSSOU, Sociolinguiste

Laboratoire de la Dynamique des Langues et Cultures d’Abomey Calavi (LABODYLCAL, UAC)

Références bibliographiques

1. BÉCHADE, Hervé-D, 1992, Phonétique et morphologie du français moderne et contemporain, Paris, PUF, 302p.

2. DUCROT, Oswald et alii,1972, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Editions du SEUIL, 470 p.

3. LEHMANN(A.) et MARTIN-BERTHET(F.)‚ Introduction à la lexicologie. (Sémantique et morphologie)‚ Paris‚ DUNOD‚ 1998‚ 201 p.

SuffixeOrigineBaseSensExemple
01-ademéridionale -adaSubstantif Nom propre, VerbeCollection Dépréciation, ActionCotonnade Tartarinade Ruade
02-aillelatine – aticumSubstantif VerbeCollection Dépréciation, Action, RésultatGrenaille, Poulaille Fiançailles, Trouvaille
03-ardGermanique -hardSubstantif VerbeHabitant Dépréciation,Banlieusard Smicard, Tortillard
04-asselatine -aceamSubstantif  DépréciationCaillasse, Lavasse
05-in -inelatine -inus, -inum, -inamSubstantif  Diminutif Dépréciation, ProduitTableautin, Blottine Plaisantin Cocaïne
06-on (veron) -eton -illonlatine – onemSubstantif animé ou inanimé Adjectif, VerbeDiminutif Dépréciation, Produitânon, caneton, cruchon, aileron grapillon, nazillon, tendron, laideron, avorton
07-ot, -ote, -ottelatine -ottum, -ottamSubstantif VerbeDiminutif Qualité Dépréciation,lourdaud
08-audgermanique -waldAdjectifDépréciation 

TABLEAU DES HUIT(8) SUFFIXES DÉPRÉCIATIFS DU FRANÇAIS MODERNE ET CONTEMPORAIN

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page