.
.

Le triomphe de la vérité

.

8e session du comité régional de pilotage du projet Waca ResIP: La meilleure résilience des zones côtières encore examinée


Vues : 10

La lutte contre l’érosion côtière est une des préoccupations majeures de l’union économique et monétaire ouest africaine. A cet effet, la commission de cette institution sous régionale a mis en place un projet d’investissement pour la résilience des zones côtières en Afrique de l’ouest dont le comité régional de pilotage a tenu sa 8e session à Cotonou, au Novotel Hôtel. C’était le vendredi 15 juillet 2022. Étaient présents au lancement des travaux de cette réunion qui permet de faire un point à 18 mois du terme de ce projet, les ministres béninois de l’environnement et du cadre de vie, et Togolais de l’environnement et des ressources forestières.

Photo de famille des participants à l’ouverture de la session

De quoi il s’agit : Le comité régional de pilotage du projet d’investissement pour la résilience des zones côtières en Afrique de l’ouest (Waca ResIP) a tenu une importante réunion à Cotonou. Il s’agit de la 8e session au cours de laquelle les participants ont eu à faire le point des réalisations des 4 ans de mise en œuvre, soit à 18mois de la clôture du projet Waca ResIP. Outre ce point, ils ont également revu la mise en œuvre des conclusions de la dernière session et l’état de mise en œuvre du projet aux niveaux national et régional tout en examinant les conclusions de la revue à mi-parcours du projet et l’état d’avancement de la préparation de la seconde phase. Ils n’ont pas manqué de formuler les orientations nécessaires pour l’amélioration des performances.

Entre les lignes : Revenant aux réalisations, Yawovi Batchassi, représentant résident de la commission de l’Uemoa au Bénin a, au nom du commissaire en charge du département de l’agriculture, des ressources en eau et de l’environnement de la commission de l’Uemoa, énuméré quelques-unes. Il s’agit du développement et du renforcement du travail collaboratif entre les niveaux régional et national, les institutions régionales et internationales, les États côtiers et les partenaires au développement ; du renforcement de l’efficacité de la coordination des investissements et de la cohérence des interventions ; de la mutualisation des compétences et des efforts entre les institutions régionales de mise en œuvre et de l’enthousiasme dans la coopération régionale ; de la conduite et/ou la finalisation des études devant guider la réalisation des infrastructures physiques. «Autant de progrès qui auraient été plus importants si la mise en œuvre du projet n’avait pas été contrariée par la situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 et par les contraintes de mise en œuvre des plans d’actions de relocalisation (Par) subséquent à la réalisation des investissements prévus », a souligné le représentant résident.

Qu’en disent les Ministres: Le ministre de l’environnement et des ressources forestières du Togo, Katari Foli-Bazi, a remercié la commission de l’Uemoa pour cette initiative prise qui consiste à organiser les différentes réunions après celle de Lomé. «C’est des réunions qui nous permettent de faire le point des avancées du projet et de donner une nouvelle dynamique pour qu’on puisse voir dans quelle mesure on pourra avancer», a-t-il lâché avant d’ajouter que le projet est arrivé à une phase décisive de sa réalisation. «Comme vous le savez bien, nos populations sont impatientes. Il y a plusieurs années qu’on parle de la protection de la côte mais nos populations ne voient pas le concret», a-t-il indiqué tout en saluant le fait que la question de la  protection de la côte soit abordée de façon collégiale. «Car, la côte n’a pas de frontières», dit-il.

Vue partielle des participants à cette 8e session

Présidant la cérémonie d’ouverture de cette réunion, le ministre de l’environnement et du cadre de vie du Bénin, José Tonato a recommandé aux organes de gestion du projet d’emprunter la voie de l’efficacité et de la performance. Aux participants, il a exprimé son espoir de voir leurs orientations qui sortiront de la présente session, servir aux bonnes coordinations du projet Waca ResIP financé par la Banque mondiale. «Je voudrais compter sur l’ensemble des participants ici présents que ce soit la coordination de la l’Uemoa, des équipes de pilotage des différents pays du Waca ResIP et les différentes unités de gestion du projet et les exhorter à tout mettre en œuvre pour la réussite rapide et effective des travaux», a insisté le ministre José Tonato. Il n’a pas manqué d’inviter l’union internationale pour la conservation de la nature Uicn, le centre de suivi écologique de Dakar et la convention d’Abidjan, à ne ménager aucun effort «pour continuer leurs appuis techniques de toutes sortes afin que les plans de travail et le budget annuel de l’année 2022, soient régulièrement suivis dans chaque pays avec des taux de réalisation satisfaisants».

Par ailleurs : Pour finir, le ministre a dit être convaincu que les orientations qui seront issues de ses assises serviront à l’amélioration des performances des différentes coordinations du projet Waca ResIP de nos pays respectifs. Il a également remercié les populations bénéficiaires des différentes interventions du projet pour leur adhésion active et la bonne collaboration dont elles ont fait preuve. Il n’a non plus oublié la commission de l’Uemoa et surtout la Banque mondiale pour l’appui significatif au projet.

Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page