.
.

Le triomphe de la vérité

.

Départ du président de la tête de la Cour Constitutionnelle: Voici où  va Djogbénou après sa démission ! 


Vues : 15

Des actes et faits récents qui ne trompent  pas

La Cour constitutionnelle prend acte 

 La passation de charges entre le président sortant et le vice-président prévue ce jour

2095 décisions rendues sous le président Djogbénou

Joseph Djogbénou face à la presse ce jour

Qu’est-ce qui est important : Le président de la Cour Joseph Djogbénou a démissionné. C’est à travers le communiqué n°..008../CC/SG/SAC en date du 12 juillet 2022 et signé du Secrétaire Général de la Cour constitutionnelle, Gilles Bade, que l’information a été donnée. Selon l’information rendue public, le Vice-président de la Cour constitutionnelle, Razaki Amouda-Issifou a reçu le mardi 12 juillet 2022, la lettre de démission de Joseph DJogbénou en sa qualité de conseiller et consécutivement de président de la Cour constitutionnelle. « La passation de charges entre le président sortant et le Vice-président de la Cour constitutionnelle est prévue dans la journée du mercredi 13 juillet 2022 dans les locaux de la Cour constitutionnelle », peut-on lire dans le communiqué.

De l’autre côté : Par ailleurs, indique le communiqué, toutes les dispositions constitutionnelles, légales et réglementaires sont prises pour assurer le fonctionnement continu et régulier de la haute juridiction.

Joseph Djogbenou chez Louis G. Vlavonou

Le Président de l’Assemblée nationale, Louis Gbèhounou Vlavonou a reçu en audience dans l’après-midi de ce lundi 11 juillet 2022 au palais des gouverneurs à Porto-Novo, le Président de la Cour Constitutionnelle, Joseph Djogbenou. Les échanges entre les deux hommes ont duré environ une trentaine de minutes. A sa sortie d’audience, le Président Djogbenou n’a fait aucune déclaration à la presse parlementaire.

Pour rappel, le milieu parlementaire n’est pas inconnu du Président Joseph Djogbenou. Professeur agrégé des facultés de droit, droit privé et sciences criminelles de l’Université d’Abomey-Calavi, il était le Président de la commission des lois, de l’Administration et des Droits de l’Homme sous la 7ème législature avant sa nomination au poste de ministre de la justice, garde des sceaux par le Président de la République, Patrice Talon en 2016.

Joseph Djogbénou explique les raisons face à la presse

Ce qui s’est passé : Le professeur Joseph Djogbénou a démissionné de la tête de la Cour constitutionnelle ce mardi 12 juillet 2022. Face à la presse ce mercredi 13 juillet 2022, il donnera les vraies raisons de sa démission.

Entre les lignes : En fonction depuis 2018, le désormais ex-président de la Cour constitutionnelle, professeur  Joseph Djogbénou va s’expliquer dans l’après-midi de ce jour selon nos informations. La passation de charges entre Joseph Djogbénou et le Vice-président de la Cour constitutionnelle aura lieu ce mercredi 13 juillet 2022 dans les locaux de la Cour constitutionnelle. A noter que l’avocat et universitaire béninois était  depuis le 8 juin 2018, président de la Cour constitutionnelle du Bénin, sixième mandature.

A la suite de sa démission de la tête de la Cour Constitutionnelle

Djogbénou :   au perchoir du parlement ou à la  Marina ?

Démission assez surprenante, mais quelque peu suspecte aussi.  L’avocat et Professeur titulaire de droit des universités, Joseph Djogbénou vient de se décharger d’une haute et prestigieuse fonction qu’il assumait voici environ   quatre ans. Il n’est plus président de la Cour constitutionnelle depuis ce mardi 12 juillet 2022.  Sa démission fait grand bruit sur la toile et suscite à n’en plus finir des interrogations dans tous les sens.

A priori, il n’y a aucun fait explicatif récent ou acte délictueux qui pourraient pousser Djogbénou vers la porte de cette institution, encore moins une sollicitation à un poste international, connue du grand public. Mais il y a des contextes et des éléments qui peuvent tenter de l’expliquer. Les commentaires  vont bon train. D’aucuns annoncent le retour fracassant de l’homme dans le monde politique national. Depuis hier déjà, il se susurre qu’il pourrait  remplacer très bientôt le vétéran Amoussou Bruno à la tête de l’Union Progressiste (UP) dont il est l’un des membres fondateurs. Ce sera certainement à l’occasion d’un conseil national imminent de ce parti de la mouvance présidentielle ou toute autre assise légale prévue par les textes de l’UP. Qu’à cela ne tienne. Joseph Djogbénou ne quitte par les rennes de la  Cour  constitutionnelle pour aller dormir sur ses lauriers. Jamais !,  martèle un proche à lui. Pour qui connait cet habile avocat, ex acteur influent du jadis mouvement «Mercredi Rouge » sous Yayi, il s’en ira loin encore. Et ici, d’autres voix soupçonnent déjà une destination jugée immanquable : le parlement béninois. Il y reviendra, candidat presque probable de la prochaine liste de l’UP aux législatives de janvier 2023. Plus encore, candidat presque désigné au perchoir du parlement pour le compte de la 9ème législature. Tout semble concourir vers cet objectif politique majeur pour le désormais ex président de la Cour constitutionnelle. Dans les  commentaires qui s’enchaînent depuis sa démission,  les uns estiment que Djogbénou, président du parlement à partir de 2023  est une perspective qui tient de la haute stratégie politique pour le camp Talon qui n’a pas fini de redéfinir ses cartes pour mieux assurer ses futurs combats électoraux. Il y a aussi que ce dessein éminemment tactique pourrait avoir été pensé pour affronter toutes velléités de perturbations de la prochaine   gouvernance aux lendemains des législatives 2023, avec un homme de droit très affûté à la tête de la législature béninoise.

 La marina 

 On s’interroge encore.  Si 2023 est déjà à côté,  2026 n’est pas loin non plus. A plus de 3 ans des prochaines présidentielles, Joseph Djogbénou, en démissionnant de la  Cour constitutionnelle ne se donne-t-il  pas du temps pour mieux se consacrer à la réussite de ses prochaines ambitions politiques, même  les plus osées ?  Sans doute qu’une certaine réponse s’y trouve. En évoquant, il y a quelques temps,  la succession de Patrice Talon en 2026, ce nom n’a pas manqué de circuler sur certaines lèvres. Que diantre, Joseph Djogbénou vient chercher dans la prochaine course présidentielle ? Mais que oui. Depuis sa démission  d’hier, la question revient sur le tapis. Il pourrait bien être  l’oiseau rare recherché pour poursuivre les œuvres de la rupture  à partir de 2026. C’est vrai qu’à aucune occasion, Patrice Talon n’en a parlé,  même pas laissé échapper le moindre indice sur le profil d’un successeur digne. Ce qu’il ne fait que dire avec force vigueur est qu’il quittera le pouvoir en 2026, conformément aux textes de la République, après y avoir exécuté ses deux mandats constitutionnels. Djogbénou, son remplaçant ? Il n’en a pas moins le pourvoir que le peuple électeur. Reste qu’il y a des signes qui ne trompent pas.

Acte, après acte….

Il y a eu de récentes rencontres évocatrices d’une destination prochaine  plus ou moins certaine de Joseph Djogébnou dans de hautes sphères politiques béninoises. Acte par acte, des non-dits se dégagent de quelques audiences précédentes avec souvent le même avocat, au centre ou en invité d’honneur. Rencontre  Talon-anciens présidents de la République ;   rencontre Houngbédji-Djogbénou, rencontre Talon-Djogbénou, rencontre Vlavonou-Djogbénou, démission de Djogbénou….En espace d’un mois, l’opinion publique s’est laissée surprendre par  ces rencontres qui ne semblent pas aussi anodines, au-delà des caractéristiques républicaines ou  de civilité qu’elles peuvent revêtir. Dans tous les cas, la démission de Djogbénou ce mardi pourrait prêter flanc à une action hautement politique  en téléchargement à son profit,  non sans converger des intérêts  communs de tous les autres acteurs qui y prêtent main forte.

En décidant de retourner au barreau, l’avocat Adrien Houngbédji, n’échappe pas non plus aux supputations relatives à un certain accord qui se noue pour le permettre d’accéder très prochainement à la présidence de la Cour constitutionnelle. Ragaillardi par ce  nouveau profil d’avocat en fonction, son choix au moment opportun ne souffrirait plus d’aucune critique, s’il devrait remplacer Djogbénou, alors désigné par le parlement pour siéger dans la haute juridiction, en tant que représentant du barreau béninois. S’il a encore la charge de la présidence de son cher parti Prd, Houngbédji sait pertinemment que ses chances de décrocher de nouveaux sièges au prochain parlement sont davantage affaiblies face à l’impossibilité de révision du code électoral en vigueur avec le fameux critère de 10% du suffrage national dont son parti fut l’une des victimes aux législatives 2019. Avec ses accointances irréversibles avec le pouvoir Talon, un ministre au gouvernement et autres cadres nommés ailleurs,  ne lui vaudrait-t-il pas mieux de saisir la nouvelle opportunité de la présidence de la Cour constitutionnelle? Houngbédji pourrait ne plus trop y réfléchir.

Bref, quantité de  non-dits et de variabilité d’éléments à prendre en considération face à une démission dont les lendemains réservent encore plus de surprises que l’acte lui-même.

2095 décisions rendues sous le président Djogbénou

Que retenir : Depuis 08 Juin 2018 qu’il a été porté  à la tête de la Cour constitutionnelle, le professeur Joseph Djogbénou a rendu 2095 décisions avant de démissionner.  Auréolé d’une solide réputation pour avoir redressé avec succès la Cour constitutionnelle, le professeur Joseph Djogbénou quitte l’institution la tête haute et sans remords. Surnommé le réformateur par le personnel de la Cour Constitutionnelle, Joseph Djogbénou a modernisé la haute juridiction du pays, à travers les décisions prises. Sous sa présidence, 2095 décisions ont été rendues soit  (211 décisions en 2018,  565 en 2019, 578 en 2020, 478 en 2021 et 263 au 07 juillet 2022). Après cinq années donc, il serait le président ayant rendu assez de décisions.

Sur sa démission : Il a présenté sa lettre de démission ce mardi 12 Juillet 2022 au vice-président de la haute juridiction, Razaki Amouda-Issifou. A noter que la passation de charge entre le président sortant Joseph Djogbénou et le président entrant Razaki Amouda-Issifou est prévue ce mercredi 13 juillet 2022 au siège de la Cour constitutionnelle. A cette occasion, le personnel de l’institution rendra un hommage bien mérité à un grand serviteur de l’Etat et à un homme d’engagement.

Joseph Djogbénou explique les raisons face à la presse

Ce qui s’est passé : Le professeur Joseph Djogbénou a démissionné de la tête de la Cour constitutionnelle ce mardi 12 juillet 2022. Face à la presse ce mercredi 13 juillet 2022, il donnera les vraies raisons de sa démission.

Entre les lignes : En fonction depuis 2018, le désormais ex-président de la Cour constitutionnelle, professeur  Joseph Djogbénou va s’expliquer dans l’après-midi de ce jour selon nos informations. La passation de charges entre Joseph Djogbénou et le Vice-président de la Cour constitutionnelle aura lieu ce mercredi 13 juillet 2022 dans les locaux de la Cour constitutionnelle. A noter que l’avocat et universitaire béninois était  depuis le 8 juin 2018, président de la Cour constitutionnelle du Bénin, sixième mandature.

La rédaction

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page