.
.

Le triomphe de la vérité

.

Centenaire de Joseph Ki-Zerbo: L’IFB et l’UAC célèbrent l’illustre historien


Vues : 6

Vue partielle des participants au Colloque

A l’occasion de la célébration du centenaire de l’historien Joseph Ki-Zerbo, l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) a, en collaboration avec l’Institut français du Bénin, organisé un colloque scientifique dénommé  ‘’Colloque Ki-Zerbo’’. Le lancement officiel des travaux dudit colloque qui va durer 2 jours, a eu lieu le mercredi 22 juin 2022 dans l’amphithéâtre Houdégbé du campus d’Abomey Calavi.

Quel est l’objectif : Le 21 juin 2022 marque le centième anniversaire de naissance de Joseph Ki-Zerbo. Pour rendre hommage à cette grande figure de l’histoire africaine, l’Institut français du Bénin et l’Université d’Abomey-Calavi ont initié un colloque. L’objectif est de célébrer cet illustre historien à travers son héritage intellectuel, son engagement politique et sa vision du développement intégré de l’Afrique. Etaient présents, les professeurs chercheurs, enseignants et étudiants du Bénin comme de l’étranger. Ce colloque a également réuni plus de vingt personnalités du monde universitaire venues du Togo, Burkina-Faso, Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Bénin. A l’ouverture des travaux, l’Ambassadeur de France au Bénin, Marc Vizy et le Vice-recteur de l’Uac, Professeur Saliou Alidou ont salué la contribution de Joseph Ki-Zerbo à la reconnaissance de l’histoire africaine.

Que disent les experts : Pour le diplomate français, la coopération  culturelle entre le Bénin et la France se noue davantage en hommage de cet homme scientifique dont la connaissance et les recherches ont donné espoir à l’Afrique. Selon lui, l’éducation fut pour Joseph Ki-Zerbo un leitmotiv constant. Il a profité pour remercier ceux qui ont honoré de leur présence à ce colloque. Dans son allocution, Marc Vizy a souligné que l’Afrique est l’actrice de l’écriture de l’histoire mondiale. Il a salué à cet effet, l’importance de l’apport  de Joseph Ki-Zerbo à la science, sa conviction du rôle fondamental de son enseignement à l’éducation. Il met également en exergue son engagement politique et l’originalité de ses recherches avant de souhaiter de fructueux échanges aux participants. « Il paraît digne de célébrer les africains qui ont contribué au savoir », dit le Vice-recteur. Ces savoirs longtemps méconnus et mésestimés sont soigneusement en train d’être reconnus par les africains.  Et Joseph Ki-Zerbo de son point de vue, s’impose comme une figure. Il a salué les mérites de cette figure emblématique de l’histoire qui de par ses connaissances, a dépassé les frontières de son pays. ll a été tenu au cours de ce colloque cinq tables rondes avec des discussions sur l’héritage de Joseph Ki-Zerbo, la place de l’oralité dans l’historiographie africaine, le rôle de l’universitaire dans le débat politique, la vision de l’Afrique par Joseph Ki-Zerbo et la visibilité de la recherche africaine.

Qui est Joseph Ki-Zerbo : Joseph Ki-Zerbo est né le 21 juin 1922 en Haute-Volta (aujourd’hui Burkina Faso). Après ses études au Sénégal et au Soudan français (aujourd’hui Mali), puis à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, il obtient en 1956 son agrégation en histoire à la Sorbonne. Il est compté parmi les grandes figures intellectuelles que l’Afrique ait connues. Sa contribution à l’histoire africaine est immense et se matérialise en 1972, par la parution de son ouvrage ‘’Histoire de l’Afrique noire d’hier à demain’’, aux éditions Hatier, préfacée par Fernand Braudel. Il s’engage par ailleurs, avec 230 chercheurs, dans le projet porté par l’UNESCO, de publication en 8 volumes d’une Histoire générale de l’Afrique. Il dirige l’édition du 1er volume, « Méthodologie et préhistoire africaine », sortie en 1980. Joseph Ki-Zerbo  n’aura de cesse de démontrer la contribution de l’Afrique à l’histoire de l’humanité, notamment en ouvrant l’historiographie à l’oralité, et en construisant une histoire endogène du continent. Travailleur acharné, homme de conviction et d’engagement, il accorde à l’éducation une place prépondérante dans ses préoccupations. Parmi ses publications sur le sujet, on peut citer ‘’Eduquer ou périr’’, paru en 1990.

Alban Tchalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page