.
.

Le triomphe de la vérité

.

Infrastructures sous la rupture: « Nous avons un réseau routier performant », révèle Hervé Hèhomey


Vues : 25

Ministre des Infrastructures et des Transports Hervé Hèhomey,

Les nouveaux chantiers bientôt ouverts: le contournement Nord de Cotonou, la reconstruction en deux fois deux voies de l’axe Cotonou-Allada-Bohicon jusqu’à Dassa

Selon le ministre, le dédoublement de la route Sèmè-Porto-Novo démarre d’ici à la

Après un an de gouvernance du second mandat du président Patrice Talon le ministre des Infrastructures et des Transports Hervé Hèhomey, a passé aux peignes fin les chantiers et projets en termes de réseau routier et aéroportuaire. C’était le lundi 20 juin 2022 sur l’émission ‘’Gouvernement en Action’’.

En ce qui concerne le port de Cotonou : « Le Pag 2021-2026, c’est 25% d’infrastructures », c’est ce qu’a affirmé le ministre Hehomey pour montrer la vision du gouvernement qui est d’accorder une place de choix aux infrastructures. Pour le ministre Hèhomey, le gouvernement a une grande ambition d’aménager le port de Cotonou. Pour le faire, il a mis en place plusieurs réformes dont « la création de la Société des infrastructures routières et de l’aménagement du territoire (SIRATE) qui est née de la vision de l’ancienne société des infrastructures routières et l’agence du cadre de vie pour le développement du territoire ». Il poursuit que les réformes ont également touché les marchés. « Nous sommes en train d’implanter le système d’information portuaire au port de Cotonou qui implique tous les acteurs », a-t-il précisé. Ces réformes selon le ministre ont pour conséquence directe la réorganisation de la direction des infrastructures et des transports (DGIT). Après la réalisation, l’exploitation et l’entretien des infrastructures enregistrées dans le port de Cotonou, le ministre Hervé Hehomey a affirmé que « le port aujourd’hui est crédible ». Au cours de cette entrevue, le ministre des infrastructures et des transports a dévoilé que 12 projets ont été lancés au cours de ce mandat. «  Nous avons un Terminal 5 à la manœuvre des grands navires. La reconstruction des Quais nord et en même temps, l’extension vers l’Ouest du bassin portuaire à 154m. Pour doubler la capacité du port de Cotonou, l’aspect centralisé automatisé et numérisé a été fait avec la construction de parking à Zongo. La construction d’un poste d’hydrocarbure pour augmenter la capacité à traiter les hydrocarbures. L’aménagement de l’actuel zone port de pêche en lieu et place une zone de service nautique. Délocalisation de tous les entrepôts qui sont actuellement dans le port pour le parking logistique du Grand Nokoué. Nous aménageons un port de pêche, construction du centre des affaires maritimes. Le relogement des vendeuses avec la construction des bâtiments modernes. La reconstruction du mur de port », a-t-il fait savoir.

En termes de construction de route : « Aujourd’hui, nous avons un réseau routier performant. Dans la sous-région, le Bénin occupe une place de choix en matière de réseau routier. En 2016, l’indice général du réseau routier était de 46%. Déjà en 2020, on était à 64% et aujourd’hui jusqu’à la fin du quinquennat nous serons au-dessus des 80%. Ce qui va nous permettre d’être en tête des pays en matière d’indice de réseau routier », a avancé le ministre. Avec l’appui de la coopération technique Belge, le gouvernement a rédigé une loi sur le code routier. Une autre réforme, c’est l’adoption d’une politique nationale de sécurité routière. Lorsqu’on a un port performant, on se doit d’avoir un réseau routier performant. C’est pourquoi, selon le ministre, la modernisation du réseau routier va se poursuivre.

Des chantiers en cours d’achèvement : Il a énuméré à ce niveau, le boulevard de la Marina, la route Kétou-Savè, la route Lokossa-Dévé-Aplahoué, le 2è pont de Womè, 3 autres ponts à Djizozoun, Bètèkou, La route des pêches, la route de l’esclave, la route Banikoara, Guéssou-Sinendé frontière Burkina-Faso, Bétérou-Tchaourou frontière du Nigéria, la route Pehunco-Djougou-Banikoara route cotoière, les tronçons Calavi-Kpota-Ouèdo, Bérouboué-Kandi-Malanville, Ouèdo-Tori, Akpo-Missérété-Pobè frontière du Nigéria, le pont sur Lac Tohoué. 

A propos des nouveaux chantiers : Au sujet des nouveaux chantiers qui seront d’ici là ouverts pour le bonheur des populations, il cite le contournement Nord de Cotonou. « Ce projet est vital, structurant et pertinent », précise Hervé Hèhomey. Il y aussi la reconstruction en deux fois deux voies de l’axe Cotonou-Allada-Bohicon-Dassa. « Nous allons partir de l’échangeur de Védoko. A la descente de l’échangeur, le projet commence. Avec le Millenium Challenge Account II (MCA II) l’axe Bohicon-Dassa. Nous allons rouler deux fois deux voies de Cotonou à Dassa. Indépendamment des corridors. Le dédoublement de la route Sèmè-Porto-Novo », fait-il remarquer. L’idée qui sous-tend tout cela, à l’en croire, c’est l’option faite par le chef de l’Etat de relier tous les chefs lieu de Commune par au moins une route bitumée.

Transport aérien : Le gouvernement a déplanifié ces interventions dans le secteur aérien. Ceci dit l’aéroport international de Glo-Djigbé a été différé pour son démarrage. Puisque selon ses dires, la crise sanitaire a un impact direct sur le transport aérien. « Tout ceci n’est pas de nature a engagé un investissement lourd dans la construction des aéroports. Le gouvernement a opté, mais en revanche la modernisation de l’aéroport de Cotonou. C’est une rénovation majeure qui se fait pour moderniser cet aéroport », conclut-il.

Alban Tcahalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page