.
.

Le triomphe de la vérité

.

Sommet extraordinaire Uemoa-Cedeao: Voici les décisions prises par Talon et ses pairs


Vues : 5

Le président Patrice Talon a participé le samedi 04 juin 2022, à Accra au Ghana, aux côtés de ses pairs de l’Afrique occidentale, au sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Cedeao. Le sommet de la Cedeao a été suivi d’une session extraordinaire de l’Uemoa.

Vue partielle des chefs d’État à l’issue des travaux

De quoi ont-ils discuté : L’évolution de la situation politique au Burkina-Faso, en Guinée et au Mali est au centre de ce sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest, ce samedi. Le sommet de la Cedeao a été suivi d’une session extraordinaire de l’ Uemoa. Celle-ci est consacrée à la situation sociopolitique dans l’espace communautaire et aux questions relatives aux institutions et organes de l’union.

Ce qu’il faut retenir  : Les chefs d’État ouest-africains de la Cédéao se sont penchés sur les transitions en cours au Mali, au Burkina Faso et en Guinée. Dans ces trois pays dirigés par des juntes militaires depuis les coups d’État, aucune décision  d’assouplissement des sanctions ou de durcissement n’a été prononcée. D’abord les discussions ont tourné autour du Mali dirigé par le Colonel Assimi Goïta. Sur ce pays, la Cédéao n’est pas satisfaite des 24 mois de transition proposés par les autorités de la transition. Elle demande à la junte de faire une transition de 16 mois maximum. Cependant  au sein de l’organisation sous-régionale Cedeao, le consensus n’a pas été trouvé lors des discussions. Les pays membres sont divisés sur les décisions à prendre. Certains ont décidé de garder une position ferme sur les sanctions du Mali comprenant notamment le Niger, la Gambie ou le Ghana. Alors que d’autres, comme le Nigeria, trouvent les sanctions trop dures, particulièrement en cette période de guerre en Ukraine qui affecte toutes les économies du monde. Pour le Burkina Faso, la Cedeao n’accepte pas les trois ans que va durer la transition. Mais elle reconnait toutefois les dispositions des autorités à maintenir le dialogue avec elle. C’est pourquoi l’ancien président nigérien Mahamadou Issoufou a été désigné médiateur pour le Burkina Faso en vue d’aboutir à une évolution progressives des échanges. En Guinée -aussi, les 36  mois  décidés pour la période de transition, restent toujours inacceptables. La junte au pouvoir a encore un mois pour revoir son calendrier.

Par ailleurs : Le Consensus n’étant pas trouvé, les chefs d’État ont donc décidé de reporter leur décision. Un sommet ordinaire de la Cédéao aura lieu le 3 juillet 2022. Ce n’est que là, qu’un éventuel  assouplissement ou durcissement des sanctions sera décidé.

Alban Tchalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page