.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rencontre du médiateur avec les partis politiques : Le Bloc républicain formule des doléances pour des élections apaisées


Vues : 17

Vue d’ensemble de la délégation des leaders du Bloc républicain

La médiation initiée par le médiateur de la République dans le cadre du scrutin législatif de janvier 2023 se poursuit à Grand-Popo. Après le passage de plusieurs partis de l’opposition comme de la mouvance à la table de dialogue avec le médiateur Pascal Essou et les membres de son équipe, c’est le tour du parti Bloc républicain (Br), ce mardi 3 mai 2022. Les responsables au plus haut niveau du parti, ont responsabilisé une délégation de députés pour présenter leurs doléances et souhaits en vue des législatives prochaines. La délégation était composée des députés Nassirou Arifari Bako, Chantal Ahyi et Joseph Anani. Ceux-ci se sont faits assistés du secrétaire administratif permanent Eugène Dossoumou, et de l’une des porte-paroles du parti, Faridath Naro Assouma. Lors des échanges, le médiateur de la République, Pascal Essou, après avoir présenté le contexte de la rencontre, a laissé le parti s’exprimer sur ses propositions pour des élections législatives de 2023 apaisées. Au sortir de cette séance de travail, l’une des porte-paroles du parti, Faridath Naro Assouma, a fait le point. Elle a évoqués trois points essentiels sur lesquels le parti invite les autorités en charge du processus électoral à tenir compte. Il s’agit du seuil de suffrages de 10% pour avoir un siège à l’Assemblée nationale, de la caution de candidature et des modalités de financement des partis politiques. Tant que lesdites actions des uns et des autres  ne remettent pas en cause la loi et les réformes qu’on se doit de respecter, le parti, souligne-t-elle, est dans cette dynamique pour favoriser des élections inclusives et apaisées. S’agissant des réformes, la délégation a démontré qu’elles se justifient davantage puisqu’elles permettent aux partis d’être représentatifs pour l’unité nationale. Le parti demande aux autorités de faire un travail de communication pour permettre à la population de comprendre que les réformes sont à son avantage. En ce qui concerne la caution de candidature, Faridath Naro Assouma, a montré que les innovations qu’elles contiennent ont induis la réduction de la caution des Législatives qui est passée à 1.5 million de FCfa au lieu de 3 millions de FCfa soit 50%. Il se pourrait donc que les accusations soient par mauvaise foi en interprétant mal les textes. Elle n’a pas passé sous silence l’aspect des réformes qui arrange la jeunesse et la majorité du peuple composé de 56% de femmes.

Alban Tchalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page