.
.

Le triomphe de la vérité

.

Première édition du concours ‘’ Nyɔdo’’ à l’Uac : Le Cabinet ACEF valorise les langues nationales, socle du développement


Les lauréates avec les deux parrains de l’évenement

Les langues nationales tendent à disparaitre de nos jours. Pour les valoriser et surtout les promouvoir dans le système de scolarisation du Bénin, les enseignants des universités, membres du Cabinet ACEF (Assistance, Conseil, Education et Formation) ont initié un concours d’art oratoire dénommé ‘’ Nyɔdo’’. La phase finale de cette compétition ayant réuni plusieurs candidats dans différentes langues, s’est déroulée le samedi 23 avril 2022 dans l’amphi Houdégbé de l’Université d’Abomey-Calavi.

« Importance des langues nationales dans le système éducatif formel ». C’est le thème qui a mis en compétition les finalistes de la 1ère édition du concours ‘’ Nyɔdo’’ à l’Université d’Abomey-Calavi. Pour le compte de cette phase finale, les candidats ont planché en deux langues à savoir le Fongbé et le Yoruba. Il s’agit de Chantal Adiko, Richard Dansossou, Michaël Tobomè, Rosa Hermione Edoh, Orphé Akohouhoué, Lazare Sewlan, Jacqueline Ogoubeyi et de Wikoyatou Soulé. Ces derniers se sont exprimés sous le regard de deux équipes de jury composées des spécialistes avérés de la linguistique, des enseignants et autres acteurs de l’alphabétisation en langue maternelle. L’activité a connu la présence de personnalités et cadres de l’administration publique, d’éminents Professeurs des universités et d’une forte délégation des enseignants du département de linguistique de l’Uac. A en croire, la directrice du cabinet ACEF, Zakiath Bonou-Gbo, enseignante à l’Uac, l’initiative vise à promouvoir la destination ‘’Bénin’’ à travers ses langues. « Nous avons voulu être en commun accord avec les langues pour apporter notre part dans le développement du pays », précise-t-elle. Ce concours constitue en même temps un plaidoyer pour l’intégration des langues maternelles dans le système éducatif en vue de sauvegarder et valoriser la culture à travers les langues. Les organisateurs entendent revisiter l’histoire de la linguistique au Bénin et montrer le rôle du linguiste dans la valorisation des langues nationales. Selon le coordonnateur de ACEF, De-Laure Laurent Faton, enseignant au département de Linguistique qui a présenté le projet ‘’ Nyɔdo’’, personne ne peut se développer en dehors de sa langue. « Le Cabinet ACEF mis sur pied depuis 2011, travaille pour l’enracinement de l’écriture et de la lecture dans toutes les langues du Bénin », souligne-t-il. Il a insisté qu’il est important de valoriser les langues nationales. Selon le parrain de l’évènement, l’ancien recteur, professeur Maxime da Cruz, il s’agit de redonner le goût de la langue maternelle face  au déclin de sa pratique. « La promotion de la langue nationale est souvent mal perçue. Ne nous laissons pas découragés », soutient-il. Le recteur honoraire a salué la bravoure et les talents des candidats en compétitions. « Ecrire, lire et parler la langue nationale est un devoir pour tous. Ce qui est intéressant est que vous n’êtes pas simplement lauréats, mais désormais membres de ACEF », fait-il savoir. Il les a invités à penser donc à l’évolution de cette institution avant de déclarer qu’il n’a aucun regret d’être choisi parrain. A l’issue de la délibération, les titres de « meilleur orateur » en langue Fongbé et Yoruba ont été décernés respectivement à Chantal Adiko et Wikoyatou Soulé. « Je suis heureuse parce que tout au début, je n’y croyais pas. Mais, après je me suis mise au travail et j’ai fait assez de recherches pour y arriver. Je compte bien continuer le combat pour la valorisation de nos langues », a martelé Chantal Adiko tout en remerciant les organisateurs de ce concours. Il faut noter la présence à ce concours du directeur honoraire de l’Enstic, Jean-Euloge Gbaguidi, co-parrain de l’évènement, du directeur adjoint de l’Enstic de Wenceslas Mahoussi, des professeurs de linguistique, Charles Ligan, Elie Yebou et biens d’autres. La remise de trophée, des cadeaux et enveloppes financières a mis un terme à la cérémonie.

Alban TCHALLA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page