.
.

Le triomphe de la vérité

.

Campagne agricole 2022-2023: Gaston Dossouhoui expose la pertinence des mesures


Vues : 6

Gaston Cossi Dossouhoui, Ministre en charge de l’agriculture, de l’élevage et de la Pêche

Le Conseil des Ministres, en sa séance du mercredi 20 avril 2022, a pris des mesures de soutien à la production au titre de la campagne agricole 2022-2023. Ces mesures consistent, entre autres, à stabiliser les prix de cession des intrants agricoles et engrais aux producteurs à un niveau. Le ministre en charge de l’agriculture et de l’élevage et de la Pêche Gaston Cossi Dossouhoui reçu sur l’émission ‘’Entretien Spécial’’ a donné des explications sur l’opportunité et la pertinence de ces nouvelles mesures.

Selon le ministre, l’économie du Bénin dépend de l’agriculture. Et cette flambée du prix des intrants constatée sur le marché est descriptive de la pénurie des éléments constitutifs de l’engrais qui favorise d’ailleurs une bonne quantité de production agricole. Dans son intervention, le ministre a révélé la pertinence ainsi que la procédure prise par le gouvernement pour rendre abordable les prix des intrants. « On a renoncé à prendre des taxes sur les exportations de produits, nous avons renoncé à la redevance perçue sur la promotion de l’agriculture », a déclaré Gaston Dossouhoui. A le croire, c’est grâce à ces mesures que l’Etat a pu combler les dettes qui s’élèvent à 31,55 milliards dans le secteur agricole. Pour le ministre, le Bénin joue aujourd’hui un rôle stratégique en matière de fourniture de cultures vivrières aux pays de la sous-région. Ce progrès selon lui est possible au regard des réformes qui sont mises en place et également de la confiance que les acteurs ont vis-à-vis de l’Etat. « On a fait de géants progrès, sur les céréales, nous n’avions plus jamais été en dessous de 1,5 millions de tonne malgré la situation de la pandémie qui a influencé la production céréalière », a fait savoir Gaston Dossouhoui. Selon lui, ces progrès ont capté l’attention des pays voisins qui viennent maintenant s’approvisionner dans le pays. Le ministre n’a pas manqué de faire le point des trois dernières années en matière de production vivrière. « Sur les trois dernières campagnes en matière de céréale, nous sommes à 2 millions de tonne de céréales toutes confondues en 2021, pour les racines et tubercules nous sommes autour de 7 millions de tonne », a-t-il laissé entendre. Il a par ailleurs invité les agriculteurs à beaucoup planter d’igname parce qu’elle est devenue une base alimentaire de presque tout le monde. En ce qui concerne la production de l’arachide, du Soja, du Voandzou, Gaston Dossouhoui propose d’accompagner la prolifération de ces légumineuses. « Il faut développer des semences améliorer, renforcer leur vulgarisation et ne pas les laisser comme des cultures en rade », a proposé le ministre. Le ministre a profité de l’occasion pour souligner que ces mesures n’ont pas été prises pour uniquement avantager une spéculation phare de l’agriculture béninoise qu’est le coton. Il a précisé que le coton bien étant une production locomotive a permis grâce à ses recettes de combler les dettes.

Assise Agossa

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page