.
.

Le triomphe de la vérité

.

Cherté de la vie: Romuald Wadagni dément la hausse des impôts en montant


Vues : 2

Romuald Wadagni, ministre d’Etat

La position du gouvernement depuis 2016 est de simplifier l’administration fiscale, de limiter le nombre de prélèvement, d’élargir le nombre de contributeurs et de baisser le montant des taxes. C’est ce qui convient de retenir du passage du ministre d’État, chargé de l’Économie et des Finances, Romuald Wadagni, sur l’émission débat public de l’Ortb, dimanche dernier. Répondant à la prétendue  hausse du prélèvement des impôts qui serait à l’origine de la cherté de la vie au Bénin, le ministre a déclaré que « le nombre d’impôts a été réduit. Aucun impôt n’a connu une hausse en montant ». Par exemple, la TVA  généralement payée par tous, est à 18% pendant que dans d’autres pays, le taux est à 19, 20%. « Ce taux de 18%, nous n’avons pas touché. Sur le riz, nous avons fait un abattement de 80% de TVA », a-t-il expliqué. Prenant l’impôt sur les sociétés, il fait savoir qu’il y avait à peu près de 16.000 contribuables en 2016. En 2021, le nombre de contribuables tourne autour de 25.000. Donc pratiquement 40% de plus. « Le taux d’impôts sur les sociétés qui est de 30% n’a pas augmenté. Donc on n’a pas augmenté le taux, il y a eu plus de personnes qui contribuent. Ce sont des personnes qui devraient payer qui ne payaient pas qu’on a progressivement amené vers le champ de la formalisation, le champ du respect de la loi. Les gens qui ne payaient pas et paient aujourd’hui, ils le présentent comme une pression nouvelle, de taxes nouvelles », précise-t-il. Pour lui, en 2016, il y avait 52 prélèvements. Aujourd’hui, cela est passé à peu près à 34 prélèvements. « Ça veut dire qu’en nombre, nous avons supprimé, réorganisé nos prélèvements qui existent au niveau du Bénin », s’est-réjoui le ministre. Dans la droite ligne des mesures du gouvernement, figure aussi la facilitation des relations avec l’administration fiscale. Car, soutient-il, il y a encore deux ans, il faut payer 5. 000 FCFA pour avoir une attestation fiscale. Aujourd’hui, c’est gratuit et disponible en ligne. « Si dans un pays il y a 100 personnes qui contribuent alors qu’il faut 1000, ces 100 personnes qui contribuent vont contribuer de façon peu ou pas assez significative pour faire face aux besoins. Si vous travaillez pour que tous ceux qui sont censés contribuer, contribuent, vous allez vous retrouver avec une assiette de recettes fiscales et vous serez même en condition de baisser », a-t-il ajouté.

Alban Tchalla

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page