.
.

Le triomphe de la vérité

.

CCI-Bénin: Le CAMeC forme les nouveaux arbitres-médiateurs


Vues : 4

William Sourou, Secrétaire permanent du CAMeC-Bénin

Le Centre d’arbitrage, de médiation et de conciliation (CAMeC) de la CCI-Bénin entend renforcer les capacités des arbitres et des médiateurs nouvellement sélectionnés. Une formation se tient à cet effet depuis ce mardi 29 mars 2022 au siège de l’institution consulaire à Cotonou. La cérémonie d’ouverture de ces deux jours d’échanges a eu lieu sous la coupole de Madame Sidonie Houndonougbo, représentant le secrétaire général de la CCI-Bénin, ainsi que William Sourou, secrétaire permanent du CAMeC-Bénin. Celui-ci, à l’occasion de son allocution, n’a pas manqué de rappeler que cette formation répond à l’article 58 des statuts de la CCI-Bénin qui prescrit à l’institution consulaire d’assurer la conciliation et la médiation des litiges commerciaux de ses membres. A cet effet, assure-t-il, ce sont les arbitres et les médiateurs qui se penchent effectivement sur les litiges et leur règlement. Les sentences qu’ils rendent ont une valeur de décision de justice et restent exécutoires. « Un arbitre mal formé ou mal informé est un danger pour le règlement des litiges commerciaux », a-t-il dit avant d’ajouter à l’endroit des participants : « Le CAMeC-Bénin a besoin de vous ». A sa suite, les formateurs ont assuré que l’arbitrage et la médiation constitution un mode alternatif de règlement des litiges commerciaux. Pour docteur Karel Osiris Dogué, enseignant de droit privé à l’Ecole régionale supérieure de magistrature, et spécialiste de la médiation, la séance organisée à l’intention des participants vise à harmoniser les connaissances au profit des nouveaux arbitres agréés. La plupart de ceux-ci sont des juristes, des avocats, des magistrats, des consultants sélectionnés selon des critères rigoureux. Pour le Secrétaire général de la CCI-Bénin représenté par Mme Sidonie Houndonougbo « l’ambition de la CCI-Bénin, est de participer à travers le CAMeC, à la réalisation de la vision de l’OHADA de faire de l’arbitrage un instrument de développement de la sécurité judiciaire et juridique au Bénin ». L’arbitrage est un mode essentiel de règlement des litiges commerciaux. Il est organisé à travers l’article 35 de l’acte uniforme de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA). La formation de renforcement de capacités qui s’achève ce mercredi se basera notamment sur le nouveau règlement de procédure du CAMeC-Bénin, règlement adopté en février dernier.

Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page