.
.

Le triomphe de la vérité

.

Evasion de Georges Bada: Un affront à la justice et à la sécurité, le régime Talon interpellé


Vues : 2

(Des têtes et des sanctions doivent tomber)

Georges Bada, l’ex-maire de la commune d’Abomey-Calavi

 L’évasion visiblement si aisée de l’ex-maire de la commune d’Abomey-Calavi, Georges Bada, alors qu’il subissait des soins au Cnhu est un fait qui interpelle le gouvernement au plus haut sommet. Si depuis  le vendredi 18 mars dernier où cela s’est opéré, il y a eu des interpellations et des enquêtes ouvertes tous azimuts, cette affaire appelle à d’autres mesures plus fortes et  actions hardies. Il ne doit pas échapper au gouvernement que l’évadé est une personnalité  publique, d’un certain rang, ancien député, ex maire, acteur politique influent d’un parti soutenant la mouvance… Qu’une telle posture en arrive à cet acte, après avoir été  jugé et condamné par la justice  dans une affaire de 39 hectares de réserves administratives pour « abus de fonction et autres infractions  connexes, il faut s’interroger sur les tenants et les aboutissants. Que s’est-il bien passé pour que Georges Bada, prétextant des ennuis de santé se retrouve en situation d’hospitalisation  au Cnhu pendant près d’un mois pour en finir par échapper à tout contrôle exigible autour de lui  en sa qualité de détenu. Les faits rapportés laissent croire que les policiers en charge de sa garde, se seraient entre temps portés vers les services d’enregistrement de la morgue du Chnu pour y transférer un  autre détenu dans la même affaire  , Sébastien Kinssiklounon, ex secrétaire  général de la mairie d’Abomey-Calavi.  Les gardes devraient pourtant avoir tous les réflexes  en toutes circonstances pour éviter toute évasion de détenu. Mais  ils ont laissé Georges Bada partir si facilement.  Tout semble incompris  dans cette affaire et en même temps, tout donne l’air d’un pur montage pour le libérer des geôles de la prison. Du reste, l’évasion de l’ex-maire d’Abomey-Calavi qui défraye  rageusement la chronique depuis peu est un affront aux institutions judiciaires et au système sécuritaire qualifié de rigide  sous Talon. Il faut absolument que le gouvernement en fasse une préoccupation majeure et  en sort des décisions et mesures conséquentes. A ce propos, les enquêtes en cours doivent  pouvoir très rapidement aboutir et déboucher sur des  sanctions fortes à l’encontre de tous ceux  dont les missions et les attributions diverses  auraient pu contribuer à empêcher une telle évasion. Le silence du gouvernement, plus de 72 heures après, à travers le ministère de la  justice et celui de l’intérieur,  ne semble pas non plus adapté à cette actualité et  aux circonstances dans lesquelles, cette évasion est survenue.  Du coup, d’aucuns se confortent déjà dans la thèse qui laisse  apparaitre  l’existence de « liens solides et insoupçonnés »  dans l’appareil d’Etat, ayant contribué  à la réussite de la disparition de Georges Bada  dans la nature. Taire toute polémique dans cette affaire  appelle le gouvernement à agir  avec empressement et de la plus forte manière.    

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page