.
.

Le triomphe de la vérité

.

Edito: Objet inconnu


Vues : 8

Il y a longtemps que Lionel Zinsou était un objet politique non identifié. Komi Koutché ne s’en rend compte que maintenant, après la claque électorale de 2016. Il ne s’en rend compte que maintenant, après avoir été l’un des soutiens les plus visibles de l’ancien premier ministre en 2016.

Au fond, l’échec électoral de 2016  a probablement permis à tous les soutiens de Lionel Zinsou de voir qu’il n’était pas fait pour la politique béninoise. La stratégie ayant consisté à le faire venir sur la scène politique béninoise pour lui faire endosser le manteau de premier ministre et, plus encore, de candidat à une élection présidentielle, était un du pain béni pour l’opposition. Elle n’en a fait qu’une bouchée. Ceux qui avaient soutenu cet OVNI politique sur le terrain à coups de milliards, se lamentent aujourd’hui sur le lait renversé. Ils avaient commis une erreur d’adolescent face à des carnassiers prêts à le manger. On connait la suite de l’histoire.

Mais il a fallu vivre assez longtemps pour voir une chose et son contraire. C’est Patrice Talon qui réécrit allègrement l’histoire sous nos yeux pour donner le change au come-back de Zinsou.  Que Zinsou n’était pas son adversaire, qu’il était son compétiteur. Et que comme la compétition est terminée…Et de l’autre côté, il y a les anti-OVNI, ceux qui se sont réveillés après le cauchemar de 2016. C’est Komi Koutché qui éructe toute sa colère contre son idole d’hier. On tombe de haut. Mais pour les observateurs avertis, la messe était dite depuis longtemps. Il fallait trouver le bon timing pour faire rentrer l’ancien premier ministre dans les rangs. Les égarements de Yayi Boni ont rendu un grand service au maitre de la Rupture. A la limite, Patrice Talon est reconnaissant envers Lionel Zinsou de lui avoir permis d’accéder au pouvoir. Sa naïveté a été le principal moteur de la victoire de l’homme du Nouveau Départ. Qui est fou ?

Depuis janvier 2021, lorsque Lionel Zinsou a surpris son monde en qualifiant d’historique l’émission d’Eurobond par le Bénin, tout en couvrant d’éloges la gouvernance économique et financière du pays, les nombreuses critiques de l’opposition sur l’endettement du Bénin sous Talon ont pris un coup. Cet auto-goal enlevait aux opposants radicaux l’une de leurs critiques les plus acerbes contre le régime Talon, à savoir le surendettement supposé du Bénin. Et quelques mois plus tard, c’est l’un des bras droits du banquier, Hamet Aguèmon, qui est nommé ministre conseiller aux investissements de Patrice Talon. Depuis lors, on avait compris que la condamnation de l’ancien premier ministre avait été conjuguée au passé. On passe désormais au business as usual, surtout que l’ex-premier ministre  est cofondateur d’une private equity, la Southbridge bank. Les affaires roulent. L’opposition s’en mord les doigts, la mouvance boit son petit lait.

Non, Lionel Zinsou est en train de se venger de ceux qui l’ont entrainé dans le guêpier politique pour s’enrichir. Endetté à milliards pour participer à la compétition électorale, il s’est rendu compte que l’argent est surtout allé dans les poches de quelques-uns qui lui miroitaient la présidence mathématique. Les plaintes du patron d’Ebomaf contre lui, ont permis de le tirer de sa longue torpeur. Il ne pouvait voir l’escroquerie que nous voyions, engoncé dans les théories idéalistes à l’occidental. Se réveiller soixante ans après sa naissance pour tenter de diriger un pays où l’on n’a jamais fait ses classes, où l’on n’a jamais passé une année entière de sa vie, où même la couleur de peau vous dit de faire attention, voilà le piège où il s’était fourvoyé. Même avec la meilleure expertise du monde, c’était mission impossible, surtout pas devant les techniciens chevronnés de la politique béninoise qu’il devait affronter.

Cinq ans après, alors qu’on pensait que tout ce monde avait tiré les leçons politiques de cette funeste expérience, les voilà qui ramènent un messie venu de Lomé pour faire face à Talon en 2021. Vous avez dit OPNI ou OVNI ?

La réalité c’est que Lionel Zinsou ou Réckia Madougou font partie d’un schéma de pensée qui s’alimente de milliards. Ces gens ne croient qu’au dieu argent. Lionel Zinsou fut un instrument de leurs fantasmes. Il n’avait jamais été un acteur politique. Le dire six ans après la débâcle, est un premier signe de lucidité.

Par Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page