.
.

Le triomphe de la vérité

.

Récents départs au sein de FCBE: Djemba et de Hounkpè s’enflamment contre les «débaucheurs»


Vues : 15

Le duo Djemba/Hounkpè

Les récents  départs de conseillers communaux et de nombreux militants des villages du septentrion, alors membres et élus du parti Force Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), ont fini par sortir de leur silence, ce week-end, le duo Alassane Soumanou Djemba et Paul Hounkpè à la dernière présidentielle 2021. Ils ont ouvertement exprimé une vive colère contre ceux qu’ils qualifient de «débaucheurs » tapis dans la mouvance Talon. C’était à la faveur de l’installation du Réseau des mouvements des femmes Fcbe à l’hôtel Casacilo à Cotonou, Fijrossè Plage. Actuel président d’honneur de Fcbe, en remplacement de Boni Yayi, Alassane Soumanou Djemba n’y va  pas du dos de la cuillère. « Comment comprendre que ceux qui ont voté nuitamment la loi portant Charte des partis politiques, détruisent le chasme  du système partisan et boycottent ladite Charte ?» s’interroge-t-il. « Pour nous, ce qui était bon dans la Charte des partis, c’est parce que cela allait mettre fin aux débauchages et aux retournements de veste. Cela allait consolider le militantisme et le respect de la décision des électeurs. Mais que constatons-nous sur le terrain ? Ceux-là qui agissent de cette manière, ceux-là qui vont à la pêche de nos conseillers, qui vont leur faire du chantage, sont des ennemis de la démocratie  béninoise. Comment pour débaucher sur le terrain, on va dire à nos conseillers, si vous n’allez pas à la mouvance, on ne va  pas vous construire de stades, vous n’aurez pas de l’asphaltage ? C’est une honte. ». Il était tout furieux quand il évoque le sujet. Cet ex-ministre de Boni Yayi, candidat au poste du président de la République à cette présidentielle 2021 poursuit, plus ferme : « Nous avons perdu, nous l’avons accepté. Mais de grâce, qu’on nous respecte et qu’on laisse tranquilles nos conseillers. Qu’on laisse tranquilles nos militants et nos militantes ». Alassane Djemba insiste  et exige même qu’il y ait du respect envers la Force Cauris pour un Bénin Emergent. Pourquoi : « Parce que nous avons été honnêtes et nous avons respecté tout ce que la loi électorale a dit, parce que nous sommes des démocrates. Nous avons compris avant les autres, que c’est par la vérité des urnes, qu’on arrive au pouvoir, contrairement à ceux-là qui n’ont pas voulu suivre la voix qu’on leur a indiquée : aller aux élections. Mais l’histoire nous donne raison aujourd’hui. » Il appelle à faire constater s’il y a un seul parti qui ne parle parti qui ne parle pas de dialogue politique aujourd’hui.  «  Quel est le parti politique aujourd’hui qui n’est pas décidé à aller aux élections ? » s’interroge-t-il, rappelant que FCBE l’avait  dit très tôt  mais « nous avons été traités de vendus. On nous a traités des gens qui ont pris des milliards ».  Alassane Soumanou Djemba  jure qu’ils ( lui et les siens)  n’ont pris aucun franc de qui que ce soit, comme opérateur économique dans ce pays, à l’intérieur comme à l’extérieur. « Personne  ne nous  a aidés. Nous sommes partis parce qu’on avait confiance au peuple, aux femmes, aux hommes, aux entrepreneurs, aux étudiants, en disant que la démocratie est équilibre » explique le leader politique demeuré  charismatique et très adulé  à  Djougou, sa terre natale. « Je préfère la qualité à la quantité. Que les spécialistes et débauchages et les débaucheurs continent leurs œuvres. Ils finiront par être rattrapés par l’histoire. » Prévient-il

« On n’a pas besoin de détruire Fcbe pour gagner les élections »

Candidat au poste de vice-président à la dernière présidentielle, secrétaire exécutif national du parti Fcbe et chef de file de l’opposition, Paul Hounkpè ne cache pas non plus son mépris pour  ces récents actes de « débauchages » dont des élus du parti ont été l’objet. Il insiste et persiste sur le mot «débauchage » et bat en brèche une quelconque démission. «  On n’a pas besoin détruire Fcbe pour gagner les élections. Et je crois que le Chef de l’Etat va siffler la fin de la recréation, parce qu’il y en a qui sont même  grotesques et qui manquent d’élégance dans leur manière.  Ce que vous ne savez pas. Ils sont également plusieurs de la mouvance à nous rejoindre, mais est-ce que nous allons les montrer comme des trophées de guerre pour dire  qu’ils ont quitté là-bas ? Et s’il en a qui sont encore là-bas, ce n’est pas de cœur. ». Paul Hounkpè se demande aussi  «  pourquoi, les gens ont peur de la compétition ? », estimant que « si nous sommes en démocratie, nous devons accepter la compétition. » Mais il  fait le constat que « les gens ont peur. On va toujours utiliser des méthodes tordues pour gagner les élections ? Ce qui se passe là, c’est la peur de la compétition. Mais nous nous disons, quelle que soit la mine du cabri, la cérémonie aura lieu. ». Le Secrétaire exécutif du parti Fcbe fera aussi savoir qu’aucun conseiller communal n’est élu ex nihilo. Il prend le cas du maire de Copargo, un ex Fcbe qui a aussi démissionné pour un autre parti, il y a quelques semaines. «  Le maire de Copargo, est-ce qu’il peut se dire qu’il a été élu, à cause rien que des voix de Copargo ? S’il n’y a pas eu des voix d’ailleurs,  Grand-Popo et autres, est-ce que nous aurions eu les 10% ? Il ne peut  pas donc démissionner du parti aussi facilement.  La démission doit d’abord commencer à ce qu’il libère le siège communal qu’il occupe. Au moins, cela appartient à Fcbe et nous l’avons eu parce qu’on a voté pour nous sur toute l’étendue du territoire. »

Christian TCHANOU  

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page