.
.

Le triomphe de la vérité

.

Edito: La république des arnaqueurs


Vues : 16

Je ne sais plus ce qu’il faut dire à cet ami qui m’a fait confiance à propos de son enfant. Il y a à peine quatre mois, toute la famille m’avait averti : ce jeune homme, 24 ans environs ne veut plus rien entendre d’autre que l’e-commerce. Il a laissé l’université chèrement payé par ses parents pour, disait-il, devenir riche en faisant l’e-commerce, le dropshipping  et le trading. Il  voulait être milliardaire comme Junior Natabou qu’il citait abondamment. Il avait le numéro de celui qu’il appelait « le petit » avec qui il discutait d’ailleurs  et demandait l’appui de sa mère pour participer à la prochaine conférence de son gourou. J’avais pensé pouvoir lui faire changer d’avis, tout au moins l’amener à le raisonner. Pour son père, une autorité de ce pays, c’était clair :  ce garçon ne voulait rien faire d’autre que l’escroquerie. Je finis par lui faire accepter l’idée que s’il était parvenu à avoir un modèle connu, c’était bien la preuve que son garçon n’était pas aussi foutu qu’il le pensait. J’avais tort.

En fait, je m’en tenais à deux choses. La première, ce sont mes cours d’e-commerce d’il y a une quinzaine d’années. On nous avait dit que pour prospérer dans ce secteur, il fallait être d’une intégrité de moine. Je voyais et je vois encore la dextérité avec laquelle Jack  Ma et son équipe d’Alibaba sont parvenus à hisser leur entreprise sur le toit mondial en construisant la confiance des clients à travers le monde. Quant à Amazon, j’y ai personnellement acheté des tas d’articles de toutes sortes. Les derniers en date, ce sont des livres que j’ai reçus il y a à peine un mois. Deuxième raison : j’ai des amis ici même à Cotonou qui font du e-commerce. Ce sont des gens très sérieux, visionnaires, intégristes de l’intégrité ayant fait les meilleurs universités et qui sont rentrés dans leur pays pour y exercer à la force du poignet. Gagner leur vie à la dure comme on dit. Et quand on me dit que Junior Natabou est bien excellent dans ce secteur, je ne pouvais que croire en son génie.

Seulement voilà, les déballages de ces derniers jours m’ont complètement déstabilisé sur cette assurance. Non pas à cause du e-commerce en tant que tel, mais du fait de ce qu’en font certains jeunes qui l’utilisent pour escroquer de parfaits innocents. Ils poussent même l’outrecuidance jusqu’à monnayer leurs techniques  dans des conférences de formation chèrement payées. Les témoignages qui fusent de plus en plus depuis quelques jours dépeignent ces séances comme de la farce destinée à leur arracher leur argent. Du grand art ! Pendant longtemps, beaucoup de ceux qui écrivent aujourd’hui contre Junior Natabou, ont parfaitement fait sa publicité par ici. J’en ai vu qui sont allés vers ce petit garçon juste pour avoir lu les nombreux dithyrambes que ceux qui le critiquent aujourd’hui avaient pourtant écrits sur lui.  Les escrocs ont une longueur d’avance sur les gens sérieux qui ont du mal à imaginer qu’on puisse vouloir construire une vie sur l’arnaque.

La vérité est que nous avons perdu une partie de notre jeunesse. Elle ne croit plus du tout au travail acharné. Elle vit dans les nuages du bling-bling : voitures de luxe, châteaux et bijoux de classe, Dubaï et ses splendeurs…Pour y parvenir, tous les moyens sont bons. Quand je regarde dans mon propre quartier, je commence à me rendre compte que la plupart d’entre eux quittent précocement les bancs pour être récupérés par ce milieu où on leur promet l’argent facile. Il y a même la filière ghanéenne qui leur promet mille et une merveilles par la voie de l’occultisme. Il suffit d’accepter quelques sacrifices.  Malgré les rafles de la police, ils sont nombreux à n’avoir que la philosophie de Hushpupi, le fameux arnaqueur nigérian qui affichait un train de vie fastueux sur les réseaux sociaux jusqu’au jour où la police a découvert son empire de mensonges et de faux. Bien sûr, le temps de Junior Natabou est compté. Sauf si, par extraordinaire, il parvenait à nous démontrer que ce que disent les nombreux témoignages qui l’accablent, n’est qu’un pur montage. Mais la philosophie qui a généré cette pratique est faite pour durer encore. Pour une bonne partie des jeunes aujourd’hui, il faut être riche tout de suite.

Par Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page