.
.

Le triomphe de la vérité

.

Au sujet des accusations faîtes contre certains députés à la Criet: Le bâtonnier Me Jacques Migan explique les raisons de s’auto-saisir des déclarations de Reckya Madougou


Vues : 3

Sur l’émission « dimanche politique » du 12 décembre 2021 de la télévision numérique  ESAE TV, l’ancien bâtonnier Me Jacques Migan, Directeur  en exercice   du centre international de formation  des avocats francophones ( CIFAF)  s’est prononcé sur les verdicts des procès Joël Aïvo  et  Reckya Madougou. Au cours de l’émission, l’invité a passé  aux peignes fins les contours des deux procès qui ne relèvent selon lui que d’actes du  droit commun. Lors de cette entrevue,  il s’est notamment appesanti sur les déclarations de Reckya Madougou et a recommandé que la justice s’auto-saisisse pour rétablir la vérité et situer les responsabilités.

L’une des déclarations faites par Reckya Madougou au cours de son procès à la Cour des infractions économiques et du terrorisme (Criet) continue d’inquiéter plus d’un et suscite de débat au sein de l’opinion. Il s’agit des révélations au sujet de quatre  députés de la huitième législature  cités par l’accusée d’être allés la voir à son domicile à Lomé pour lui soutirer de l’argent en contrepartie  de leur parrainage dans le cadre des élections  présidentielles d’avril dernier. Invité sur l’émission « dimanche politique » animée par Kader Achirou, Me Jacques Migan a dévoilé les principales raisons pour lesquelles d’autres procédures judiciaires doivent être engagées pour que toute lumière soit faite sur les accusations afin de situer l’opinion publique. Pour Me Migan qui a précisé que le Bénin est un pays de droit, ces déclarations de Reckya Madougou sont tellement  graves que les députés cités se doivent de laver leur honneur et sauver leur dignité. Il a à cet effet recommandé aux élus concernés d’intenter un procès contre Madougou à travers une dénonciation calomnieuse  s’ils ne se retrouvent pas dans ces déclarations qui relèvent  absolument de l’infamie. Mieux, vu le caractère hautement  pénal des déclarations pour être un acte de corruption  en période electorale  punie par la loi, Me Jacques Migan  a proposé que la justice  s’auto saisisse de cette affaire. C’est  à  dire que le ministère public  doit verser ces déclarations aux juges d’instruction  ou à  une commission d’instruction  pour mener les enquêtes et statuer conformément aux lois de la République. Plus loin, l’invité de l’émission a souligné que en attendant que la justice ne fasse son travail  conformément  à  ses prérogatives, les états-majors des partis d’où  proviennent ces députés doivent convoquer en toute urgence  ces députés dans une séance de travail pour en savoir plus sur cette nébuleuse,  pour ensuite infliger une sanction disciplinaire à  ces élus si ces informations  se vérifiaient tant les actes dénoncés, sacrément  gravissimes sont blâmables  à  plusieurs égards pour avoir à  entacher eux-mêmes  leur honorabilité,  jeter du discrédit sur la fonction  du parlementaire et plus grave c’est  lorsque l’image de leur parti politique  de provenance en prend un coup. À noter que l’ancien bâtonnier, Jacques Migan est membre du conseil d’administration de la Conférence Internationale des Barreaux Francophones de Traditions  juridiques Communes (CIB)  et membre du bureau politique du parti   le Bloc républicain,  l’un des plus  grands ensembles politiques à  l’ère  de la réforme du système partisan.

Alban Tchalla (stag)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page