.
.

Le triomphe de la vérité

.

Jacques Migan à propos de la formation du Centre International de Formation des Avocats Francophones (CIFAF), édition 2021: “Des thématiques en rapport au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme seront abordées”


Vues : 2

Le Centre International de Formation des Avocats Francophones (CIFAF) que dirige le Bâtonnier Jacques Migan, entame du 29 au 30 novembre 2021 à Libreville au Gabon une session de formation en prélude aux assises de la Conférence Internationale des Barreaux de tradition juridique commune. En prélude à ladite session, Maître Jacques Migan, ancien Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Bénin, et Directeur du CIFAF lève ici un coin de voile sur les tenants et aboutissants de cette initiative du CIFAF et donne également les grands axes de cette rencontre internationale des avocats du monde.

L’événement précis: Monsieur le Bâtonnier Jacques Migan, le Centre International de Formation des Avocats Francophones (CIFAF) sera à Libreville, du 29 au 30 novembre 2021 pour une session de formation en prélude aux assises de la Conférence Internationale des Barreaux de tradition juridique commune. Parlez-nous-en.

Bâtonnier Jacques Migan: La conférence internationale des Barreaux (CIB) est un creuset qui permet le rassemblement des avocats de tous les barreaux francophones du monde pour discuter et échanger d’une part, sur des problèmes communs à l’exercice de la profession, et d’autre part sur le rôle de l’Avocat dans la promotion et le renforcement de l’Etat de droit et de la démocratie aujourd’hui. Alors, le CIFAF a institué depuis 2000 et tient de façon régulière avant cette « grande messe » des Avocats que constituent les assises de la CIB, une session de formation continue. La tenue de cette session de formation présente l’avantage de ressembler un grand nombre d’avocats qui participent par la même occasion aux activités de la CIB. La session du CIFAF de cette édition aura lieu à la Maison de l’Avocat sise au Palais de Justice. Elle sera axée sur des thématiques en rapport au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme.

Pourquoi avoir choisi un tel sujet et quelles seront les différentes déclinaisons de la formation ?
Alors, il convient de dire d’emblée que cette thématique générale ne sera pas abordée sans lien avec ce qui fait le cœur de la profession d’avocat : la déontologie, la pratique professionnelle, le droit processuel. Vous savez, il y a au plan mondial une montée de la criminalité organisée, et les auteurs de ces actes criminels tentent par tous les moyens de blanchir l’origine criminelle des fonds afin de les injecter dans le circuit normal et régulier. En tant que conseil, l’avocat se retrouve au cœur de grandes opérations juridiques et économiques. Il est donc important pour l’Avocat de connaître les dispositions applicables en la matière pour prendre les mesures prudentielles qui s’imposent en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Ainsi, les thèmes suivants seront abordés à cette occasion :

  • Panorama de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme ;
  • L’obligation de signalisation des opérations dans la lutte contre le blanchiment de capitaux par l’avocat ;
  • Le délit de blanchiment de capitaux au regard des affaires dites MBA
  • De quels outils les avocats ont-ils besoin pour évaluer et documenter leurs risques LCB-FT en ce qui concerne l’activité de leur cabinet et pour chaque dossier client ?;
  • L’identification de la clientèle par l’avocat dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme;
  • La déontologie de l’avocat aujourd’hui.
    Ces différents modules seront animés par des formateurs expérimentés venus d’Europe et d’Afrique. Ces derniers ont été choisis par le CIFAF, le barreau du Gabon et la CIB.

Quelles seront les modalités de participation à cette formation ?
D’abord, il faut dire que la participation à la session est gratuite pour tous les avocats francophones.
Par ailleurs, la formation se déroulera en bimodale pour permettre à tous les avocats qui ne feraient pas le déplacement en raison des contraintes sanitaires de pouvoir suivre la session par visio-conférence.

La Rédaction

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page