.
.

Le triomphe de la vérité

.

Symposium sur la Couverture sanitaire universelle: Bénin Santé Plus et la Pssp mobilisent les experts et les professionnels de la santé


Vue partielle des participants à l’ouverture du symposium

Le Palais des congrès de Cotonou abrite depuis le lundi 8 novembre 2021 et ce jusqu’au vendredi prochain, les activités de la deuxième édition de « Bénin Santé ». Il s’agit d’une initiative de l’association Bénin Santé Plus et de la Plateforme du secteur sanitaire privé pour accompagner le Gouvernement du Bénin dans la réalisation de son programme d’actions dans le secteur sanitaire. L’ouverture du Symposium Bénin Santé 2021 a eu lieu ce mercredi 10 novembre à la salle rouge du Palais des congrès.

« Contribution du secteur privé à la réalisation de la Couverture sanitaire universelle au Bénin ». C’est le thème du symposium initié par l’Association Bénin Santé Plus et la Plateforme du secteur sanitaire privé (Pssp) dans le cadre de la deuxième édition de « Bénin Santé ». A l’ouverture de cette grande rencontre entre experts et professionnels de la santé venus de divers pays, le président de la Pssp, Dr Lucien Dossou-Gbété a souligné que « Bénin Santé 2021 » est un véritable carrefour d’échanges qui ouvre ses portes sur quatre principaux axes à savoir les ateliers de formation et de masters class, le salon d’exposition d’équipements médicaux, l’hackathon et le symposium qui en est la parie scientifique. Prévu pour durer deux jours, le symposium Bénin Santé 2021 sera meublé de 25 communications réparties en 11 sessions. Pour la Ministre des Affaires sociales et de la microfinance, Véronique Tognifodé, la Couverture sanitaire universelle est un enjeu moral lorsqu’on constate combien les inégalités se sont accrues ces dernières années. « La Couverture sanitaire universelle constitue en grand enjeu pour le Gouvernement du Président Patrice Talon qui s’emploie à un développement inclusif », a-t-elle laissé entendre avant d’ajouter que la coopération avec le privé s’avère plus qu’indispensable pour l’atteinte des objectifs du Gouvernement de ce secteur. A en croire le Ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, dans ses efforts quotidiens pour assurer la couverture sanitaire universelle aux populations béninoises, le Gouvernement a mis en place l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch). Aussi a-t-il insisté comme sa collègue que le partenariat public-privé est indispensable pour la réalisation de la Couverture sanitaire universelle. « Le secteur privé offre plus de 50% des soins aux populations du Bénin et joue un rôle clé dans le renforcement de notre système de santé dans un esprit synergique de promotion d’un partenariat public-privé », a fait savoir le Ministre Benjamin Hounkpatin en précisant que cette rencontre qui connait la participation des experts et des professionnels de la santé constitue un signal fort, favorable au maintien d’un partenariat public-privé pour la mise en œuvre effective de la couverture sanitaire universelle au Bénin et en Afrique.

Des ateliers de formations pour améliorer le pouvoir de traitement

Dans le cadre de la deuxième édition de l’initiative « Bénin Santé » qu’organise l’Association Bénin Santé Plus de concert avec la Plateforme du secteur sanitaire privé (Pssp), il s’est déroulé au palais des congrès de Cotonou les 8 et 9 novembre 2021, des ateliers de formation continue au profit des médecins béninois et de la sous-région. A en croire Dr Jean Noël Eriyomi, président de Bénin Santé Plus, l’objectif visé est de renforcer les connaissances des participants afin de leur permettre d’améliorer leur pouvoir de traitement. Au total cinq, différents ateliers ont été animés sur les vertiges, les syndromes d’apnée du sommeil, la qualité et la sécurité des soins en gastro-entérologie, l’hémogramme et les principes de la juste antibiothérapie empirique. Selon les explications du Dr Stéphane de Corbière, vice-président de l’Association Bénin Santé Plus, ces maladies relèvent de la médecine préventive, et actuellement le continent africain cumule des pathologies telles que la tuberculose, le paludisme, la fièvre typhoïde, la traumatologie et l’implantation des maladies chroniques occidentales que sont hypertension, l’apnée, le diabète, l’obésité etc. Comme résultats attendus, il souhaite que cet événement médical soit encré au Bénin, car c’est un pays bien structuré et bien organisé pour recevoir ces événements médicaux, et est favorable à une continuité de formation du personnel médical, surtout paramédical comme le souhaite le Gouvernement en place. Dr Olivier Spatzierer, gastro-entérologue et l’un des formateurs a confié au terme de sa communication que les diverses explications qu’il a données correspondaient aux impressions des participants.

Laurent D. Kossouho

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *