.
.

Le triomphe de la vérité

.

Santé et Egalité Genre: Des voix s’élèvent pour l’élimination des MTN et du paludisme à l’horizon 2030


Vue des panélistes

Dans le cadre de la Journée internationale de la Jeune Fille célébrée le 11 octobre de chaque année, l’organisation Speak Up Africa en collaboration avec le Musée de la Femme Béninoise a attiré l’attention des gouvernants sur la nécessité d’une lutte efficace contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN) et le paludisme au Bénin. C’était à l’occasion d’un panel tenu le samedi 9 octobre à l’Espace Ifedu, sur le thème : « Combattre conjointement les Maladies Tropicales Négligées et le paludisme pour favoriser l’égalité des genres ».

La Filariose Lymphatique, l’Onchocercose, les Schistosomes, les Géo-helminthiases, le Trachome, le Dracunculose, la Lèpre, la Trypanosomiase Humaine Africaine, l’Ulcère de Buruli sont entre autres Maladies Tropicales Négligées encore appelées MTN, très fréquentes au Bénin et qui se développent dans des régions où les taux de pauvreté sont les plus élevés, où l’accès des soins de santé de qualité et à des installations sanitaires est rare et où les plus vulnérables souffrent le plus. Jusqu’en 2016, 5 millions de Béninois ont bénéficié d’un traitement de MTN tandis que 1,9 million ayant besoin de traitement n’ont pas été pris en charger. Les MTN sont également responsables de milliers de décès évitables chaque année et qui provoquent des handicaps à long terme qui perpétuent des cycles de pauvreté. Et c’est pour faire la lumière sur ces groupes de maladies notamment leur impact sur les femmes et les filles que s’inscrit ce panel animé par des experts dont : Dr Wilfried Batcho, Coordonnateur du Programme National de Lutte contre les Maladies Transmissibles, Pr Aurore Ogounyemi Hounto, Coordonnatrice du Programme national de Lutte contre le Paludisme, Dr Odry Agbessi, Présidente de l’Association Via-Me, Eunice Loisel Directrice de la Banque commerciale Ecobank Bénin, Zakiath Latoundji, Présidente de l’Union des Professionnels des Médias du Bénin. Une occasion pour les experts de faire la lumière sur les causes de la prévalence des MTN au Bénin et leur impact sur les filles et les femmes. Selon Dr Wilfrid Batcho, la prévalence des MTN au Bénin est due au manque d’attention des dirigeants sur l’ampleur de ces maladies ainsi que de ressources disponibles pour lutter contre les MTN. « On a besoin de l’adhésion des décideurs et opérateurs économiques dans l’élimination de ces maladies », a-t-il fait remarquer. Une exhortation qu’épouse entièrement la Directrice de la Banque commerciale Ecobank Bénin, Eunice Loisel, qui insiste sur la poursuite de la sensibilisation à tous les niveaux. « Il faut continuer la sensibilisation des populations, la prise de conscience pour se défaire des MTN afin que ces maladies ne demeurent que de vieux souvenirs en 2030 », a-t-elle souligné. Il fait noter que cette initiative de Speak Up Africa vise à renforcer le plaidoyer et la communication sur la lutte contre les MTN et le paludisme au Bénin en soulignant l’importance d’une lutte intégrée contre ces maladies et l’importance du leadership des femmes et des jeunes filles pour y mettre un terme au niveau communautaire, national et régional. A en croire le chargé de plaidoyer et coordonnateur de Speak Up Africa, Franz Okey, il s’agit non seulement de travailler pour porter de voix à la priorisation de la lutte contre le paludisme, les MTN, mais aussi travailler à ce que les dirigeants, les communautés puissent comprendre l’impact de ces fléaux sur les femmes et les filles. Franz Okey appelle donc à une symbiose des forces pour soutenir les efforts du Gouvernement dans le cadre de la lutte contre les MTN et le paludisme au Bénin.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *