.
.

Le triomphe de la vérité

.

Initiative pour le dégel de la tension socio-politique: Le sociologue Aimé Tcheffa désavoue les critiques contre la rencontre Talon/Yayi


Docteur Aimé Tcheffa, sociologue et expert en stratégie de développement

Invité de l’émission « Diagonale » de la chaîne numérique Bi-News TV ce dimanche 10 octobre, Docteur Aimé Tcheffa, sociologue et expert en stratégie de développement ne partage aucunement les critiques portées depuis peu par certaines personnalités contre la rencontre tenue entre l’ancien Chef de l’Etat Boni Yayi et le président Patrice Talon le mercredi 22 septembre dernier au palais de la Marina. Analysant la ligne idéologique des deux hommes d’Etat, il estime que cette rencontre participe de la paix et ne devrait pas générer autant de polémiques ou autant de remous. « Se voir de temps en temps et discuter, se voir surtout depuis les différents événements survenus depuis 2016 jusqu’à aujourd’hui pour parler et essayer d’accorder les violons, n’a rien de mauvais. Cela ne signifie pas que Boni Yayi n’est plus un farouche opposant et cela ne signifie pas que désormais Patrice Talon ira recevoir l’onction de Boni Yayi pour faire tout ce qu’il fait. Chacun reste ce qu’il est, la philosophie politique de chacun le caractérise.» Ceci dit, il ne cache pas son amertume contre la déclaration faite par l’ex chef de l’Etat, Nicéphore Dieudonné Soglo à propos de cette rencontre. Des déclarations selon lesquelles, ce dernier n’aurait pas donné une autorisation à Boni Yayi pour se rendre au palais de la Marina. Mais le sociologue Aimé Tcheffa estime que l’accord ou le désaccord de Nicéphore Dieudonné Soglo ne « change rien à la tenue même de la rencontre ». « Ce que Boni Yayi a dit n’engage que lui, ce que Nicéphore Dieudonné Soglo a dit n’engage que lui. Que Boni Yayi déclare publiquement qu’il a reçu l’onction de son aîné à la présidence de la République pour venir voir celui qui est là actuellement, qu’il soit désavoué ou non, la rencontre a eu lieu. Le Président Soglo est libre de formuler les commentaires et les critiques qu’il veut.», a-t-il fait savoir ce dimanche sur l’émission. Pour lui, Boni Yayi a plutôt des raisons valables d’engager cette démarche de paix avec son successeur après « les humiliations, les dégâts, la torture morale et autres risques encourus du fait d’un affrontement ouvert sur la scène politique ». Avec cette rencontre, pense le sociologue Tcheffa, l’on peut « espérer le dégel de la tension, la libération des prisonniers politiques, la décrispation de l’atmosphère politique». Dans tous les cas, il se dit convaincu que cette rencontre ne peut pas être improductive. Elle aura à la longue, des incidences et des impacts, à le croire. « Notre personnalité psychologique transparaît dans tout ce que nous faisons. Ils ne sont pas Yayi Boni, Yayi Boni n’est pas eux. Il y a des gens qui sont profondément attachés à la paix, il y en a qui justement n’ont pas besoin de paix pour vivre, parce que c’est dans les dissensions, dans les conflits qu’ils se réalisent. Il y en a qui tirent au bout jusqu’à la dernière minute sans démordre. Il y en a qui n’aiment pas tirer parce que du point de vue personnalité psychologique ils ne sont pas comme ça.» a-t-il laissé entendre. «Boni Yayi a prêté serment dans ce pays pour dire qu’il ne comploterait jamais contre le pays, Azannaï n’en n’a prêté aucun, Azatassou n’en n’a prêté aucun, donc en terme de niveau de responsabilité, ces acteurs ne sont pas arrivés à un niveau aussi élevé que celui de Boni Yayi » a-t-il aussi dit par ailleurs.

Christian Tchanou

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *