.
.

Le triomphe de la vérité

.

Hygiène menstruelle en milieu scolaire: FAWE/Bénin engagé à réduire les discriminations pour le respect des DSSR chez les adolescents


La photo de famille à la fi du lancement du projet de réduction des discriminations pour le respect des DSSR chez les filles et garçons des collèges dans les communes d’Avrankou, Bohicon et Parakou

Dans le cadre de la réduction des pratiques discriminatoires à l’égard des filles pendant leurs menstrues, le projet de réduction des discriminations pour le respect des Droits en Santé Sexuelle et Reproductive (DSSR) chez les filles et garçons des collèges a été lancé ce mardi 5 octobre 2021, à la mairie d’Avrankou. La cérémonie a connu la présence de la présidente de FAWE/Bénin, Ida Tokpo Médali, du Maire de ladite commune, Gabriel Ganhoutodé, du Directeur départemental des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle de l’Ouémé, Bertin Dansou représentant le ministre de tutelle, et des directeurs d’écoles.

Le projet de réduction des discriminations pour le respect des Droits en santé sexuelle et reproductive (DSSR) chez les filles et garçons des lycées et collèges des communes d’Avrankou, Bohicon et Parakou est une initiative conduite par FAWE/Bénin et financée par Amplifychange. Cette initiative apporte une réponse adéquate à la mauvaise gestion de l’hygiène menstruelle des filles dans les communes cibles et vise à fournir des données fiables sur la gestion de l’hygiène menstruelle en tant que Droit à la santé sexuelle reproductive, et à susciter une prise de conscience individuelle au niveau des détenteurs de pouvoir au plan communautaire et national. En effet, malgré les efforts consentis pour propulser la scolarisation des filles, il existe d’autres facteurs qui handicapent leur épanouissement en milieu scolaire. Il s’agit par exemple de l’insuffisance, voire l’absence d’infrastructures adaptées à la gestion des menstrues des jeunes filles dans les collèges. « Dans le système éducatif, bien que l’éducation à la santé sexuelle soit intégrée dans les programmes, l’hygiène menstruelle reste encore à aborder dans tous ses aspects afin de permettre aux filles d’avoir une bonne compréhension de leur développement sexuel et encore plus une bonne gestion de leur cycle menstruel », a fait comprendre la présidente de FAWE/Bénin, Ida Tokpo Médali. A l’en croire, la plupart des jeunes filles dans les collèges n’ont aucune connaissance de la gestion des menstrues avant leurs premières apparitions. Ce défaut d’information et de formation auquel s’ajoute le déficit en infrastructures sensibles au genre dans les collèges expose les filles à beaucoup de maux dont : la stigmatisation, les absences répétées au cours, les grossesses non désirées, etc. Selon les explications du Maire d’Avrankou, Gabriel Ganhoutodé, les jeunes filles peinent à bien gérer leur menstruation, car les conditions de vie dans les milieux éducatifs ne sont pas encore adaptées à ce besoin. Et cette situation ne leur facilite pas la pleine jouissance de leur droit à la santé sexuelle et reproductive et encore moins à leur droit à une éducation équitable. Pour le Directeur départemental des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle de l’Ouémé, Bertin Dansou, ce projet apporte une contribution à la réalisation du Programme d’actions du Gouvernement 2016-2021, conformément à l’Axe 6 du pilier 3 qui vise le renforcement des services sociaux de base et protection sociale en luttant contre les discriminations et stigmatisations liées à la gestion de l’hygiène menstruelle. A cet effet, il a félicité les acteurs pour l’engagement dont ils font preuve pour accompagner FAWE/Bénin dans la concrétisation de cette œuvre. Selon la Représentante des élèves, Sékinath Houessou, ce projet vient à point nommé. Les élèves, a-t-elle dit, sont ravis de savoir que leur collège fait partie des collèges bénéficiaires de ce projet. « Au nom de mes camarades et en mon nom personnel, je remercie sincèrement FAWE/Bénin et profite de cette tribune pour lui réitérer notre entière disponibilité à participer aux différentes activités du projet en vue d’acquérir des connaissances en matière de gestion de nos menstruations », a-t-elle fait savoir.

Les actions prévues dans le cadre du projet
Durant les dix-huit mois que va durer ce projet, FAWE/Bénin aura à mener les actions suivantes : améliorer les connaissances et compétences des jeunes lycéennes et lycéens en vue de leur permettre de jouir de leurs Droits en Santé Sexuelle et Reproductive (DSSR), recueillir des données qualitatives pour apprécier l’impact de la mauvaise gestion de l’hygiène menstruelle sur le rendement scolaire des jeunes filles, démythifier la gestion de l’hygiène menstruelle à travers le numérique en vue de réduire les tabous liés à la gestion de l’hygiène menstruelle, informer et éveiller la conscience des jeunes lycéennes et lycéens sur les DSSR en vue de les inciter à adopter de meilleurs comportements en matière de la Gestion de l’Hygiène Menstruelle (GHM), obtenir l’adhésion des garants de la tradition et chefs coutumiers en vue de la réduction des pratiques néfastes liées à la GHM, encourager un changement des politiques éducatives en matière de l’éducation sexuelle des jeunes. L’avènement de ce projet vient d’une part renforcer les compétences des jeunes filles afin de leur permettre de mieux gérer leurs menstrues et d’autre part mobiliser les acteurs communautaires en vue de la réduction des pratiques discriminatoires à l’égard des filles pendant leurs menstrues. Il intègre donc ses objectifs de développement communal qui accordent une priorité à l’autonomisation des filles et des femmes à travers le renforcement de leurs capacités et la lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG).

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *