.
.

Le triomphe de la vérité

.

Livres: Yannick Somalon plaide pour l’amélioration des conditions de vie des dockers


L’Auteur remettant un tableau à un docker ayant témoigné

Le journaliste Yannick Somalon a procédé, ce lundi 12 juillet 2021, au lancement du tome 1 de son livre intitulé, « Docker béninois : occasionnels à vie, des sacrifiés à la mer, des témoignages émouvants ». Placée sous le parrainage du Père Pierre Gaga, la cérémonie s’est déroulée à la Bourse du travail à Cotonou devant un parterre de dockers et les parents et amis de l’Auteur.

Touché par les conditions de vie et de travail déplorables, lamentables et inhumaines dans lesquelles vivaient, vivent et vivront probablement les dockers béninois livrés à tout risque sans aucune protection, le journaliste Yannick Somalon a décidé d’attirer l’attention des autorités sur l’injustice dont sont victimes ces ouvriers qui constituent en réalité un maillon important dans le fonctionnement du port de Cotonou, le poumon de l’économie nationale. Il l’a fait savoir à travers son premier livre baptisé « Docker béninois : occasionnels à vie, des sacrifiés à la mer, des témoignages émouvants », préfacé par Eric David Capo-Chichi. A en croire la présentatrice du livre, Sèna Léa Glago, cette œuvre en prose dont les couleurs de la couverture annoncent subrepticement la charge émotive du contenu regorge d’une série de récits de vie, acerbes, poignants, mordants et mordicants, recueillis directement sur le terrain et présentés dans les moules de la littérature. En effet, constituée de cinq chapitres, le premier livre sur les dockers béninois est une mine d’or, un véritable document qui renseigne sur l’univers des dockers béninois, fait-t-elle remarquer, avant de souligner que le premier chapitre raconte le passé de l’auteur en tant que docker, ses premiers pas, ses expériences et le poste fixe qu’il a occupé durant cinq bonnes années sur le parc d’empotage et de dépotage. Dans le second chapitre, il évoque les différentes catégories de dockers, leur façon de fonctionner, les primes, le rang pour travailler, le rang pour percevoir et bien d’autres faits banals qui sont pourtant le calvaire au quotidien des dockers. Yannick Somalon consacre le troisième chapitre aux cas d’accidentés ou de décès survenus sur les lieux de travail des dockers. Quant au quatrième, il présente des témoignages des dockers qui, au cours de leur travail, ont été victimes d’accidents divers, leur ayant laissé des séquelles à vie. Devenus inactifs, ils vivotent aujourd’hui à cause de la rémunération insignifiante que leur donne la société employeuse en guise de dédommagement. Face ces nombreuses vicissitudes, l’auteur propose quelques approches de solutions aux décideurs dans le dernier chapitre de l’ouvrage.

Quelques recommandations de l’Auteur

A entendre la présentatrice Sèna Léa Glago, Yannick Somalon suggère que les dockers soient formés selon les spécialités des navires et que ceux qui s’occupent des vracs soient formés et soient uniquement disponibles pour ça avec le traitement y afférent et selon les risques que confèrent les navires-vraquiers de telles ou telles marchandises. Il souhaite aussi qu’une convention soit établie avec des avantages conséquents, une assurance santé digne de ce nom, avec une retraite paisible et assurée. Il évoque également la possibilité pour la société qui exploite les dockers, d’acquérir un domaine à mettre à la disposition de ces agents qui, de façon bien organiser pourront y construire et habiter comme cela se passe dans bien d’entreprises au Bénin. Car, nombreux sont ces dockers sans domiciles fixes et qui dorment à longueur de mois dans le hall reconnu comme le bureau commun des dockers. « C’est un ouvrage atypique, unique en son genre avec des témoignages à couper le souffle. Le style rédactionnel est aussi singulier qu’il n’a rien à envier aux grands essayistes, car, de la description au portrait, du récit à l’analyse, tout y est. Pourvu que le lecteur se montre un peu curieux et tous les secrets cachés du monde des dockers lui soient dévoilés », a laissé entendre la présentatrice. Après ce tome 1, l’Auteur projette un second tome dans lequel il va aborder les réformes en cours et leurs retombées sur le quotidien des dockers. Dans son intervention, l’Auteur Yannick Somalon a rassuré que son livre est un véritable plaidoyer à l’endroit des décideurs, afin que les conditions de vie et de travail des dockers puissent connaître une nette amélioration et que les injustices cessent. Il a aussi invité les dockers à faire preuve de courage pour revendiquer leurs droits les plus absolus. L’Auteur a, pour finir, exprimé sa reconnaissance à l’endroit de tous ceux qui ont cru en ce projet et l’ont soutenu d’une manière ou d’une autre. A noter que le livre « Docker béninois : occasionnels à vie, des sacrifiés à la mer, des témoignages émouvants » est déjà disponible en librairie.

Laurent D. Kossouho

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *