.
.

Le triomphe de la vérité

.

Match amical Bénin-Zambie 2-2: Les Écureuils et les Chipolopolos se séparent dos à dos


Le Onze des Écureuils du Bénin contre les Chipolopolos de la Zambie

Pas de vainqueur entre les Écureuils du Bénin et les Chipolopolos de la Zambie. Les deux équipes qui s’affrontaient, ce mardi 8 juin 22021, au stade Général Mathieu Kérékou de Kouhounou (rénové) en match amical international, se sont quittés dos à dos (2-2). Cebio Soukou (12e) et Yohan Roch (80e) ont marqué côté Béninois. Tandis que, chez les Zambiens, c’est Salulami Phiri (18e) et Miwapé Tandi (45e+1) qui ont trouvé les failles. Ainsi, les deux équipes ne parviennent pas à prendre le meilleur l’une sur l’autre pour la deuxième fois en amical. Ce résultat étant le remake de celui d’il y a 18 moi de cela, au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo.

Des erreurs qui ont coûté chers aux Écureuils

Ce nul au vue de la prestation des deux équipes durant les 90 minutes, semble être le meilleur résultat. Et pour cause, la formation alignée à l’entame de la partie par le sélectionneur béninois bien qu’elle ait réussi à ouvrir le score, a manqué de présence d’esprit et de concentration dans son jeu. Ce qui l’a conduit à encaisser 2 buts suites à des erreurs d’inattention. 11e minute, le Bénin attaque sur le côté droit. Youssouf Assogba revient dans l’entre jeu pour servir Cebio Soukou. Ce dernier prolonge pour Rodigue Kossi qui sous le pressing de l’adversaire manque de fermeté dans sa prise de balle, la perd. Ainsi, les zambiens parte en contre-attaque. Très rapides et vifs, Phiri sollicite Kola Rodgers qui lui remet la balle dans sa course. D’un tir sec, il bat Saturnin Allagbé (1-1). A la 45e minute, les zambiens qui sont devenus menaçants en toute fin de la partie, obtiennent un corner. Sur le coup, Saturnin Allagbé apprécie mal la trajectoire du ballon. Khaled Adenon, Moïse Adilehou et autres qui étaient au marque des 5 Zambiens présents dans la surface de réparation, restent oisifs ce qui permet à Miwape d’ajuster sa tête pour battre à nouveau Saturnin Allagbé (1-2).

Dussuyer dépasse sa limite et Yohan Roche marque

Menés, les Écureuils du Bénin sont désormais dos au mur. Il fallait oser. Le sélectionneur longtemps taxer de conservateur décide de passer à autre chose. Il sort Jodel Dossou, Mickeal Poté, Moïse Adilehou (blessé) et Rodrigue Kossi pour lancer Charbel Gomez, Johan Roche, Marcellin Koukpo et Djiman Koukou. Une audace qui a payé tant dans la stabilité et l’assurance dans le jeu mais surtout pour le rétablissement de la parité. Puisque, devenus plus offensifs mais avec une certaine assurance dans la récupération et l’organisation du jeu ceci avec la présence de Djiman Koukou, les Écureuils se sont offerts des occasions d’aller mettre Chibwe Mwenya en danger. Ainsi, sur un corner, Steve Mounié remet le ballon sur Koukpo dont la frappe s’écrase sur le montant droit avant de revenir sur Roche en position d’attaque. Ce dernier frappe le ballon d’une puissance qui lui a permis de traverser la ligne de but (2-2).

La nécessité de vraiment changer
Sur cette fin du match, s’il y a des choses qui ont convaincu, c’est d’une part l’impact physique de Djiman Koukou qui a permis de désorganiser le jeu zambien, la touche technique de Charbel Gomez et de Marcellin Koukpo qui ont constitué des menaces permanentes pour les zambiens, et d’autre part, la possibilité de varier le jeu sur les côtés. Michel Dussuyer peut donc surfer sur les performances de ses joueurs pour opérer des changements définitifs. D’abord, commencer par donner la chance aux jeunes surtout sur les côtés. Ce qui suppose que Poté sur le côté ne doit plus exister. Outre cela, l’équipe a montré plus d’envie et sa capacité à attaquer tout en veillant au grain derrière.

L’apport du local Ouorou Djalilou
Seul joueur local aligné dans l’effectif des Écureuils, le joueur des Dragons a bien fait usage de son pied gauche. Crisper et hésitant lors de la première partie, il n’a pas tourné comme l’aurait fait un jeune à la conquête d’un poste. Mais, en seconde mi-temps, le latéral gauche des Dragons a profité de l’activité de Marcellin Koukpo sur son côté pour s’affirmer. Même s’il a manqué de justesse dans certains choix, il aura réussi à appuyer en lors des attaques avec quelques tentatives de passes en profondeur. Il a donné la preuve qu’on ne peut pas constituer la sélection nationale sans faire un clin d’œil dans le championnat local.
Après ce match test, tous les regards sont tournés vers la prochaine sortie de l’équipe. Une sortie au cours de laquelle, les Écureuils du Bénin et leur sélectionneur, Michel Dussuyer doivent avoir plus d’audace.

Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *