.
.

Le triomphe de la vérité

.

Discours d’investiture et formation du premier gouvernement de Talon 2: Les appréciations de l’He. Assan Séibou et Georges Anagonou


L’He Assan Séibou, député du parti Bloc Républicain et Georges Anagonou, analyste politique

Sur l’émission « Actualité à la loupe » de JociaTv, le Député Assan Séibou élu du parti Bloc Républicain et Georges Anagonou, Analyste politique ont décrypté l’actualité liée au deuxième quinquennat de Patrice Talon. Du discours d’investiture à la formation du nouveau gouvernement ainsi que les attentes et actions à poursuivre pour les cinq prochaines années, les invités ont donné leurs appréciations et exhorté le peuple béninois à taire les divergences pour s’accrocher à ce qui fera du Bénin, un pays prospère.

Le premier sujet abordé au cours de cette émission est lié à la cérémonie d’investiture du chef de l’État. Pour Georges Anagonou, Sociologue et analyste politique, le Président Patrice Talon marque avec simplicité les cérémonies d’investiture. « Il n’a pas dérobé à la règle. On peut faire les choses de façon simple », a-t-il commenté en insistant sur le caractère sobre et succinct de l’événement. « Il faut réserver l’énergie pour combler le vide ailleurs », a-t-il ajouté. Abondant dans le même sens que son co-débatteur, l’honorable Assan Séibou a expliqué que l’organisation de cette cérémonie a été une très belle réussite. « On n’a pas besoin de perdre notre énergie dans des choses inutiles. Le gouvernement fait tout pour économiser de l’argent », a avoué le député Assan Séibou du Bloc Républicain. Quant à l’absence des chefs d’État étrangers à cette cérémonie qui est perçue par certains comme un isolement diplomatique à l’avènement du gouvernement de la Rupture, le Sociologue Georges Anagonou répond en montrant que le Président est d’abord pour les Béninois. « Les Béninois ont accepté et assisté à l’investiture de leur président de la République et désormais, c’est lui qui représente le pays à l’extérieur. Et en ce moment, il pourra prendre contact avec les autres chefs d’État », a-t-il laissé entendre. Selon ses explications, le fait que les institutions de la République citées par la Constitution devant lesquelles, le Président doit prêter serment, soient présentes, est déjà l’essentiel. Il est appuyé dans ses propos par l’honorable Assan Séibou qui a déclaré que le Bénin ne vit pas en autarcie. « Tous les ambassadeurs accrédités au Bénin étaient à l’investiture. Si un diplomate est là, son pays est déjà représenté », a soutenu le parlementaire qui pense qu’avec la nouvelle dynamique engagée depuis 2016, il ne faut plus s’attarder sur ce qui arrière les Africains. Et c’est ce qu’a fait le chef de l’État dans son discours, selon lui.

Un discours historique plein d’engagements
Abordant les grands axes du discours d’investiture du Président Patrice Talon, les invités sur le plateau ont reconnu que le discours dans sa globalité était plein d’engagements. « C’est un discours simple plein d’engagements, qui est venu répondre aux attentes », a fait savoir Georges Anagonou. Dans ce discours prononcé devant le peuple béninois détenteur de la souveraineté, deux phrases ont retenu son attention : un quinquennat hautement social et la devise « liberté, démocratie et bonne gouvernance » sous laquelle veut gouverner le Président. De son avis, c’est une très bonne chose, une façon d’orienter ses compatriotes. De son côté, l’honorable Assan Séibou convaincu que le chef de l’Etat va joindre l’acte à la parole au regard des réalisations visibles de son premier quinquennat, a déclaré avoir suivi un discours historique. « Tout ce que le Bénin a fait, a été applaudi à l’international », s’est réjoui le député avant d’ajouter que ce discours contient tout parce que dans tous les domaines régaliens de l’Etat, il a donné des objectifs clairs. « Ce n’est plus un quinquennat où nous allons construire les infrastructures, assainir les routes. Nous ne sommes plus au début dans tous les domaines. Il est sûr qu’il va y arriver », a-t-il rassuré. En mettant l’accent sur l’enseignement technique dans son discours, le chef de l’État, à en croire Georges Anagonou, est dans la logique de lutter contre le chômage des jeunes, car sur le plan technique et professionnel le Bénin est en retard par rapport à ces voisins.

Du maintien de l’équipe gouvernementale
Pour l’He Assan Séibou, l’adage qui dit qu’on ne change pas l’équipe qui gagne, explique à suffisance le maintien de la quasi-totalité des ministres dans le nouveau gouvernement. Il analyse que stratégiquement, c’est une chose qui était nécessaire. « Ce que nous cherchons, c’est la compétence et si cette compétence est là, ce n’est plus la peine de changer », a-t-il affirmé. Pour Georges Anagonou, ce gouvernement est beaucoup plus technocrate que politique. A propos de la suppression du ministère de la communication, le député Assan Séibou a expliqué que ce département ministériel, avec les réformes au niveau de la Présidence, joue pratiquement le même rôle que la structure chargée de la communication à la Présidence de la République. Pour lui, à travers cette réforme, le chef de l’Etat a voulu montrer la différence entre la propagande et l’information, c’est pourquoi il a ramené la propagande politique au palais présidentiel. « C’est une réforme qui enlève un certain embarra sur le partage de la fonction communicationnelle », a-t-il confié. Et à Georges Anagonou de souligner que la décision du chef de l’Etat instaure le vrai débat sur la presse béninoise.

Alban Tchalla (stag)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *