.
.

Le triomphe de la vérité

.

06 avril, 11 avril, 23 mai: Le Bénin traverse trois dates sensibles, la fatalité vaincue


Vues : 1

Le pire a été craint pour le Bénin autour de trois dates majeures, ces derniers mois. Le 06 avril à partir de 00 heure, si le président Patrice Talon continuait à exercer le pouvoir d’Etat. L’opposition radicale multipliait les menaces de l’intérieur comme depuis l’extérieur au point de créer une certaine psychose dans le pays. Ses acteurs contestaient vigoureusement la prorogation du premier mandat de Talon pourtant autorisée par la constitution révisée le 1er novembre 2019. ” Il ne fera pas une seconde de plus au pouvoir le 05 avril 2021 à partir de 00 heure” avait même vociféré un opposant. Pour eux, Patrice Talon a prêté serment en 2016 pour un mandat de 5 ans et ne devrait en aucun cas s”accorder un seul jour de plus avant une nouvelle élection présidentielle s’il est réélu. Le débat juridique et juridico-politique autour de cette question fut intense mais assez divergent. La seule arme à laquelle les opposants se sont finalement accrochés est le soulèvement populaire. Il y a eu effectivement des contestations dès que sonnait 00 h le 5 avril dernier. Des manifestations qui ont monté d’un cran les jours suivants jusqu’à la veille du scrutin le 11 avril dernier. C’aurait été un carnage ailleurs en Afrique où ces genres de questions suscitent beaucoup de passions et engendrent des conflits armés et des morts en grand nombre. S’il est vrai que le Bénin, n’en était pas non plus épargné, pour avoir compté à l’occasion des dégâts matériels majeurs et des blessés gravés dans le rang des forces de l’ordre, la fatalité semble avoir été vaincue à ce niveau aussi..
Passé le 11 avril et vient une autre date crainte. Celle du dimanche dernier, le 23 mai où le président réélu a été solennellement investi. Beaucoup de Béninois n’ont pas pu se démettre de la même psychose des jours précédents. Mais rien n’y fit. Toutes les dispositions ont été prises sans doute pour qu’il y ait zéro incident. Ce n’était pas gagné d’avance, au regard des possibilités de perturbations à grande échelle toujours soupçonnées dans le camp des anti Talon.
Du reste, il faut déjà se réjouir de ce le Bénin ait pu traverser ces trois dates sans connaître l’hécatombe tant crainte. Un pays béni au-delà de toute autre considération.

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page