.
.

Le triomphe de la vérité

.

3è édition de la conférence sur le 10 janvier: Les participants décortiquent le volet intellectuel et scientifique de la fête du Vodun


Vue partielle des panélistes

L’Amphithéâtre Etisalat de l’Université d’Abomey-Calavi a abrité, le samedi 9 janvier 2021, les activités de la 3è édition de la conférence publique sur la fête du Vodun. L’événement a été marqué par une série de communications animées par des enseignants-chercheurs, dignitaires traditionnels et des étudiants.

Initiée depuis trois ans par le Boologue, le Professeur Raymond Assogba, la conférence publique à panels intitulée « le 10 janvier : Et après ? » s’est déroulée le samedi dernier en présence de plusieurs dignitaires traditionnels, enseignants-chercheurs et étudiants. Une véritable rencontre qui a permis aux participants de partager leurs savoirs et de réfléchir sur ce que le Vodun et les religions endogènes peuvent apporter aux principaux défis du monde. En effet, au cours de cette activité, plusieurs communications ont été animées par des spécialistes comme Corneille da Silva qui a entretenu l’assistance sur le thème : « 10 janvier : origine historique ». Quant au Docteur Saliou Henri Sohougan, sa communication a porté sur l’environnement social du Vodun et ses fonctions. A le croire, le Vodun est l’identité des Béninois et la fête du 10 janvier confirme cette identité parce qu’elle est constitutionnalisée. Par ailleurs, il a affirmé que le Vodun est une source de bénédictions et de prospérité dont les fonctions sont légions. Il a cité entre autres Vodun comme économie, Vodun comme sauveur, Vodun comme justice et Vodun comme union, puis souligné que le Fâ est le porte-parole du Vodun. Dans sa communication qui porte sur le thème : « la rééducation du noir : un impératif spirituel pour une meilleure perfectibilité de soi », le Professeur Patrick Houessou a surtout invité les Béninois à un changement de mentalité en se débarrassant des séquelles de l’esclavage, de la colonisation, du système éducatif qui traumatise par son contenu, en se libérant du syndrome de scotome et en cultivant l’amour de soi et du prochain. A sa suite, Dah Kpéyi a donné une communication sur les besoins fondamentaux pour le développement en pays Vodun : la parole du Fâ pour corriger l’échelle des besoins d’Abraham Maslow, avant de céder sa place à Zavier Kintossou Goï qui a parlé de la vitalité par la consommation du manioc. En effet, celui-ci a exposé les vertus du manioc comme un élément efficace pour le traitement du cancer de la vessie, du cancer de prostate et autres. Avec l’assistance, le journaliste Sèmèvo Bonaventure Agbon et Victor Gognon ont abordé respectivement ‘’les croyances face aux jôwamon’’, et ‘’la créativité du rêve pour entreprendre’’. Pour boucler les différents panels, le Professeur Raymond Coovi Assogba a entretenu le public sur ce que font les Béninois quand les Etats d’Asie et d’Occident définissent des stratégies globales de contrôle du monde. Ces communications ont été suivies d’une discussion au cours de laquelle les uns et les autres ont posé des questions de compréhension. A noter que toutes les communications de cette conférence publique seront publiées par le biais d’un ouvrage dans les tout prochains jours.

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *